Archives par étiquette : Solidarité

Easy Virtue VADMC

Partir, revenir, pourquoi ? (8) Ne jamais revenir : Un mariage de rêve

Il paraît que l’amour rend aveugle. Ou pas. En effet, l’Américaine Larita (Jessica Biel) sait que son second mari, l’Anglais John Whitaker (Ben Barnes), quoique majeur, est encore un petit garçon. Un enfant fasciné par sa beauté, son intelligence et son modernisme – Larita est pilote de course, ce qui, en cette année 1924, représente un défi au sexisme ambiant, et pas uniquement celui des circuits européens.  

En effet, dans Un mariage de rêve (Stephan Elliott, Easy Virtue, 2008), Larita est fraîchement accueillie par sa belle-famille, beau-père (Colin Firth) excepté. Sa belle-mère Veronica (Kristin Scott Thomas) ne lui pardonne rien : son origine transatlantique, d’être plus âgée que John, son métier, qui la tient éloignée de la verte campagne anglaise, son statut de veuve, son absence de fortune, son nouveau nom, qui la fait déchoir de son rang de maîtresse de maison, ses tenues (pantalons ou robe décolletée), son allergie aux fleurs, sa détestation de la chasse, l’amour de John. Bref, rien ne va. D’autant que la possible perte de pouvoir, sur sa sa maison et sur John, s’accompagne de l’envol de ses grandes espérances de redresser son domaine, par le mariage de John avec Sarah (Charlotte Riley), jeune fille de son riche voisin.

Elle refuse âprement toutes les tentatives d’approche affectueuse et d’aide de Larita, tout comme ses cadeaux et changements : un phonographe, un portrait de Larita par Picasso, une dinde succulente pour fêter l’alliance anglo-américaine. Symboliquement, Veronica noie sa portion de dinde sous la sauce dont elle couvre habituellement la nourriture grisâtre et sans goût dont elle nourrit sa famille. Comme le lui retourne Larita à la fin du film, ses incessantes récriminations sur l’absence d’aide qu’elle reçoit couvrent sa soif de pouvoir, ses frustrations divers et variées, ainsi que son esprit borné et sec.

Car, même si elle chérit son fils, elle ne supporte aucune initiative de sa part, qu’il s’agisse de son mariage ou de son achat d’un tracteur afin de mieux cultiver leurs terres. Pas question non plus de danser le tango lors d’un bal, seule la valse est bienséante. Et nous sommes donc après la Première Guerre mondiale…

Ses filles, Hilda (Kimberley Nixon) et Marion (Katherine Parkinson), ne sont guère mieux. Jalouses, aigries par le manque d’hommes de leur âge à cause de la saignée de 14-18, volontairement confinées dans leur maigre existence et leurs glorieux souvenirs d’avant-guerre, portant des vêtements ternes, elles ne supportent pas le vent de liberté solaire que Larita apporte avec elle. Elles préfèrent participer à la curée contre leur belle-sœur, secondées par leur oncle d’Amérique, qui va fouiller dans le passé de Larita. Hilda et Marion refusent d’entendre Larita, qui leur conseille de partir de leur trou campagnard et d’aller explorer le vaste monde par elles-mêmes et d’utiliser leur intelligence pour acquérir un travail, donc l’indépendance.

Quant au beau-père, Jim, il continue ses sarcasmes envers ses trois enfants, tout en évitant de se trouver longuement en présence de son épouse. Sa sympathie envers Larita se manifeste rarement en public, sauf à la fin du film, où il prend ouvertement son parti en dansant avec elle, lors du bal organisé par Veronica, enfin conscient de la solitude de Larita et de la faiblesse de caractère de John. Secouant finalement sa dépression et sa culpabilité de ne pas avoir ramené vivant un seul des hommes de son village en 1918, il part avec sa future ex-belle-fille. Nous ne sommes pas loin du conte de Cendrillon, version Disney, avec quelques aménagements.

Cendrillon-Larita n’a pas tant besoin d’un prince charmant, toujours perdu dans les jupes maternelles, que de sa propre voiture, pour partir du château. De victime, elle redevient actrice de sa propre vie. Adieu château, courants d’air, absence de chauffage et traditions obsolètes, welcome les Années Folles !

Elle laisse John aux bons soins de Sarah. Intelligente, celle-ci n’en a pas voulu à Larita de son mariage précipité avec John, mais bien du silence de John à ce sujet, alors qu’ils étaient promis l’un à l’autre depuis longtemps. De même, Sarah propose son aide à Larita lorsque celle-ci s’en va et dit la comprendre. Sarah ne saute pas de joie à l’idée de récupérer John, même si elle l’aime et qu’elle sait s’entendre bien avec Veronica. Elle félicite son frère cadet Philip (Christian Brassington) d’être allé vers Larita lors du bal et de lui avoir proposé son aide, alors que John la laissait seule au milieu de la piste de danse, avant que Jim ne prenne le relais. La sororité et la solidarité existent, face à la haine et à la bêtise.

Ce film montre bien à quel point rester engoncé·e dans le passé est mortifère, tout comme l’immobilisme spatial. Souhaitons le meilleur à Larita, libérée de toute obligation maritale, avec ou sans Jim, ainsi qu’à Sarah et à Philip, à la campagne ou ailleurs.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Partir, revenir, pourquoi ? (8) Ne jamais revenir : Un mariage de rêve », Voyages autour de mon cerveau, mai 2024. URL : https://vadmc.hypotheses.org/16095

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Femmes en guerre Miracle loups Bouches inutiles VADMC

Des femmes en guerre : Le Miracle des loups 1924 et Les Bouches inutiles

La guerre, tout comme la violence, est censée faire partie de la virilité-type, y manquer serait grave. Qu’en est-il lorsque les femmes s’emparent de ces activités mortifères ? Et peut-on voir dans le film Le Miracle des loups (Raymond Bernard, 1924), une des sources des Bouches inutiles (1945) de Simone de Beauvoir ?

Dans Le Miracle des loups (en intertitre, à une heure quarante-quatre minutes du début), qui se situe en 1461, la jeune Jeanne Fouquet (Yvonne Sergyl) harangue ses concitoyen·nes de Beauvais, afin qu’elles et ils résistent à l’envahisseur bourguignon, alors que le bourgmestre est prêt à se rendre et à ouvrir les portes de la ville. Non seulement il manque aux codes de la virilité, mais il condamne les habitant·es dont il a la charge à de multiples violences. Montée sur une estrade, en place publique, Jeanne est ferme dans ses propos : « Puisque le cœur manque aux hommes de défendre la ville, ce sera donc œuvre de femmes ! »

Miracle des Loups 24 (1)

©BnF ©Tiphaine Martin

Le bourgmestre devient le symbole de la lâcheté masculine de toute la cité.

Dans Les Bouches inutiles, le personnage de Jeanne est secondaire. Douce jeune fille, elle est victime de harcèlement sexuel, puis de meurtre. Son assassin est Georges, fils de l’échevin Louis d’Avesnes et de son épouse Catherine, alors que les Bourguignons font le siège de leur ville de Vaucelles, en Flandres, au quatorzième siècle, avant l’époque du Miracle des loups. Là aussi, les hommes sont prêts à sacrifier une large partie de la population, les personnes âgées, les enfants et les femmes, en les poussant hors de la ville, afin de pouvoir nourrir les hommes valides jusqu’à ce que leurs alliés, le roi de France et ses sujets les Parisiens, arrivent. Certes, les hommes politiques des Bouches inutiles ne sont pas des lâches, contrairement au bourgmestre de Beauvais. Cependant, tout comme lui, ils décident seuls du sort du reste de leur cité, comme le reproche Catherine à son mari, avant d’appeler sa fille Clarice, et Jeanne, encore vivante à ce moment-ci de la pièce (Gallimard, 1945, p. 79, 80) :

Vous ne me demandez rien. Vous m’avez condamnée. (…) Il ne m’est plus permis de rien vouloir. J’étais une femme et je ne suis plus qu’une bouche inutile. Vous m’avez pris plus que la vie. (…) Approchez. Regardez ces hommes. Ils se sont réunis avec trente autres hommes et ils ont dit : nous sommes le présent et l’avenir, nous sommes la ville entière, nous seuls existons.

Femmes, personnes âgées et enfants deviennent des objets, leur individualité est niée, alors que tous et toutes ont lutté afin de se débarrasser du pouvoir aristocratique qui les opprimaient.

Seule l’intervention d’une femme puissante, Jeanne et Catherine, pousse à la solidarité et à une résistance pleine et entière, contre un même ennemi, à plusieurs années d’intervalle. Raymond Bernard filme Jeanne tirant à l’arc, puis la hache à la main.

Miracle des Loups 24 (2)

©BnF ©Tiphaine Martin

Miracle des Loups 24 (3)

©BnF ©Tiphaine Martin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La cavalerie de Noyon arrive ensuite pour prêter main forte aux assiégé·es. L’ennemi en fuite, Charles le Téméraire (Jean-Émile Vanni-Marcoux) va reconnaître sa défaite auprès de Louis XI (Charles Dullin), Jeanne peut retrouver son promis, Robert Cottereaux (Romuald Joubé) et l’embrasser sur fond de feux de joie des habitant·es de Beauvais et des cavaliers de Noyon.

Miracle des Loups 24 (4)

©BnF ©Tiphaine Martin

Quant aux habitant·es de Vaucelles, nous les quittons alors qu’elles et ils s’apprêtent à sortir de la cité en armes, afin d’affronter les Bourguignons, sans attendre l’aide extérieure.

Pourtant, Beauvoir ne revendique pas ce film comme une de ses sources d’inspiration pour l’écriture de sa pièce. Elle cite Le Miracle des loups à deux reprises dans le deuxième tome de ses mémoires, La Force de l’âge (1960), mais uniquement par rapport à la formation du couple d’artistes Charles Dullin et Simone Jollivet (Gallimard, « Folio », 1999, p. 81, 83). Ses journaux intimes de l’année 1924 n’étant pas publiés, nous ne savons pas si elle a vu ce film à sa sortie, ou plus tard, ce qui serait logique, puisqu’elle est devenue amie avec le couple Dullin-Jollivet. Les similitudes entre les deux œuvres sont également frappantes, et viennent renforcer nos analyses antérieures sur le féminisme de la pièce de Beauvoir1.

Deux œuvres en miroir, liées par la force féminine.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Des femmes en guerre : Le Miracle des loups 1924 et Les Bouches inutiles », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/14033

1 Tiphaine Martin, « Des Bouches vraiment inutiles ? Voyage et féminisme chez Beauvoir dramaturge », in Dominique Bréchemier (dir.), Femmes en scène, femmes de théâtre, Paris : L’Harmattan, p. 243-254.

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Un petit hamster VADMC

 S’installer en France : Un petit hamster

Quel est le point de vue des étranger·es sur la France et comment les accueille-t-on ? Dans la chanson pour enfants « Un petit hamster » (1969), paroles et musiques de Mannick, chant de Jo Akepsimas, le rongeur, d’origine hollandaise, s’installe dans une famille française, d’abord pour l’hiver, puis définitivement.

Quoique discret, il provoque l’effarement des deux animaux de compagnie de la maison de son hôte : le chien s’enfuie « jusqu’au fond du poulailler » et le chat se demande si c’est un plat vivant, ou pas.

Son aménagement est progressif : il goûte vin, pain et radis français ; il met ses vêtements de nuit (culotte à pois et bonnet de nuit). Puis, comme c’est un être vivant et non un saint :

Quand il tombé dans le saladier

Je l’ai pris du bout des doigts, il était, quel maladroit !

De la tête aux pieds, plein de crème au chocolat.

Cet enfant hamster ressemble fort à un enfant humain, d’où l’identification possible entre hamster/enfant humain immigré/enfant humain non immigré. L’inadvertance du petit hamster n’est pas due à son origine néerlandaise, mais à son âge.

Et le refrain insiste sur le « courage » qu’il a fallu à notre héros pour venir en France depuis Amsterdam, et ce, en « tram » :

Le petit hamster a fait un long voyage

Il a pris le tram

Le petit hamster a vraiment du courage

Il vient d’Amsterdam

La migration et l’installation définitive dans un autre pays que le sien ne vont pas de soi. Heureusement, la chanson, le chanteur, la compositrice et musicienne, nous invitent à bien accueillir les étranger·es. À suivre.

 

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « S’installer en France : Un petit hamster », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9175

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Michka VADMC

Michka, choisir sa place

Récit d’apprentissage, Michka (Marie Colmont, Père Castor-Flammarion, 1941), fait voyager son héros, un ours en peluche, de la demeure d’une petite fille riche à la chaumine d’un petit garçon pauvre et malade. Son conte est magnifié par les illustrations de Rojan, en noir et blanc et en couleur. Notons le sexisme de l’autrice, qui oppose fille méchante et riche/garçon malade et pauvre. Il est vrai qu’en ces temps pétainistes, la dualité fille/garçon est forte et la lutte des classes, âpre.

Michka chemine mentalement autant que spatialement. Ce trajet vers l’acceptation de sa condition de jouet passe par l’expérience de la liberté. Il quitte sa place de jouet maltraité de son propre chef, sans être aidé par qui que ce soit. Il fait peur au roitelet qui se moque de lui. Il arrive à ouvrir le pot de miel abandonné sur le chemin enneigé. Il aide le renne de Noël dans sa distributions de joujoux : « Michka s’amusait comme un fou ; s’il était resté, sage petit joujou (…), aurait-il jamais connu une nuit pareille ? » Le choix de diriger son existence où bon lui semble n’appartient qu’à lui.

D’abord décidé à ne plus être un jouet, Michka renonce finalement à la liberté qu’il a acquise, au profit de l’entraide et de la solidarité. Entendre la discussion des oies dans la forêt sur « la bonne action » à faire le soir de Noël éveille son attention. Il accepte ensuite d’aider le « renne de Noël » à distribuer les cadeaux aux enfants. Puis, devant la supplication muette du renne, Michka  redevient jouet, pour le petit garçon malade. Ce n’est pas une liberté égocentrique, mais tournée vers les autres.

Trouver sa place au sein du monde est essentiel, et Michka, lui, se réalise en aidant les autres. Plutôt une belle vie.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Michka, choisir sa place », Voyages autour de mon cerveau, février 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/8355

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Nos frangins VADMC

Nos frangins : solidarités, République, justice

Paris, la morgue, décembre 1986. Un infirmier, Oussmane (Wabinlé Nabié) parle à un cadavre et lui promet que personne ne l’oubliera, lui, le cadavre inconnu. Tandis que le cadavre à côté, lui, a une identité : Malik. Oussekine.

Le réalisateur Rachid Bouchareb continue d’explorer l’histoire de France au vingtième siècle, après Indigènes (2006). Il revient sur la mort d’un jeune étudiant français, Malik Oussekine, tué par des policiers en marge de manifestations étudiantes demandant le retrait de la loi Devaquet, qui instaurait une sélection à l’entrée de l’université : « Devaquet, t’es foutu, les étudiants sont dans la rue ! » scandent les étudiant·es face au CRS : « CRS, vos enfants sont aussi des étudiants ! » lancent les jeunes aux policiers bottés, casqués, matraque et bouclier au poing.

L’heure n’est pas à la joie, les sinistres voltigeurs (policiers à moto) sillonnent les rues du Quartier Latin, matraquent, blessent et tuent1. Ils tuent Malik Oussekine, qui était extérieur à la manifestation, et qui s’était réfugié dans un immeuble rue Monsieur-le-Prince2. Et ne feront jamais de la prison, malgré le soulèvement de l’opinion publique et les demandes de justice de la famille Oussekine, ici interprétée par Lyna Khoudri (la sœur de Malik) et Reda Kateb (son frère aîné), comme le précise un carton à la fin du film.

Entre-temps, on a rendu son identité au cadavre sans nom : Abdel Benyahia, jeune homme habitant à Pantin, tué par un policier en civil et ivre3. Abdel tentait de séparer deux hommes qui se battait devant un bar. Son action d’apaisement l’a tué. Et l’inspecteur de l’IGN Daniel Mattei (Raphaël Personnaz, aussi opaque qu’Alain Delon chez Melville) est obligé d’affronter la colère du père d’Abdel (Samir Guesmi) et du frère d’Abdel (Laïs Salameh), auquel il a sciemment menti au début du film, prétendant qu’Abdel était toujours en vie et que les circonstances de son décès étaient inconnues. Le policier qui a tué Abdel sera, lui, condamné, et fera, lui, de la prison, un peu, comme le précise un carton à la fin du film.

Ce qui frappe, et qui, à la fois fait chaud au cœur et nous le brise, est la confiance des deux familles dans les institutions de la République. Et, bien sûr, la solidarité des étudiant·es, qui manifestent silencieusement, en hommage à Abdel et à Malik.

Laissons un instant nos larmes couler, et retenons bien les paroles de « Petite », chanson de 1988 de Renaud, qui clôt le film :

Garde-leur ton amour

Garde-toi de la haine

Non aux violences, oui à la démocratie, à la République et à la solidarité.

1 https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/malik-oussekine-mort-voltigeur

2 https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/on-vous-raconte-l-histoire-de-malik-oussekine-tue-par-des-policiers-en-1986

3 https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/abdel-benyahia-malik-oussekine

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Nos frangins : solidarités, République, justice », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7491

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube