Archives par étiquette : Sous les jupes des filles

Pas de mariage pour les directrices de mode

Le droit à une sexualité sans autre bannière que celle de son consentement et celle de sa/son partenaire est une bataille qui est loin d’être gagnée pour les femmes. Et le cinéma en est le miroir patriarcal fidèle, lui qui relègue sans vergogne certaines catégories de femmes soit dans l’asexualités, soit dans une sexualité en-dehors des cadres communément acceptés, donc condamnable et condamnée dans la diégèse.

Dans Drôle de frimousse (Stanley Donen, 1957), Maggie Prescott (Kay Thompson) est la directrice bouillante du magazine étasunien Quality Magazine. Au cours du film, elle entraîne son équipe à Paris, pour un défilé chez le couturier Paul Duval (Robert Flemyng), en intérieur et en extérieur.

Dans La Mariée est trop belle (Pierre Gaspard-Huit, 1956), Judith Aurigault (Micheline Presle), dirige avec enthousiasme et volubilité L’Amour de vivre, revue à destination d’un public exclusivement féminin (encore que…). Elle créé un jeune couple factice pour mettre en valeur les produits qu’elle vend via ses partenaires commerciaux, notamment de vêtements. Elle transforme donc l’ingénue Catherine (Brigitte Bardot) en « Chouchou » (aucun rapport avec Salut les copains) et l’apprenti comédien Patrice (Jean-François Calvé, déjà avec BB dans Manina, la fille sans voiles en 1952) en tourtereaux pour midinettes, la revue étant plutôt destinée au public populaire des Prisunic.

Si Maggie n’a le droit ni à une romance ni à une quelconque sexualité, même temporaire, Judith a un amant censé être plus jeune qu’elle, son photographe, Michel Bellanger (Louis Jourdan). Le film commence par son divorce, après de longues années de procédure, afin qu’elle puisse régulariser sa situation avec Michel. Bien entendu, son projet matrimonial échoue, Michel épousant « Chouchou ». Et Patrice le remplace, mais sans se marier avec Judith.

Il est vrai que, côté USA, Stanley Donen et ses scénaristes ont parfois du mal à imaginer des seconds rôles avec une histoire d’amour, témoin Cosmo Brown (Donald O’Connor) dans Chantons sous la pluie (1952).

Cependant, Drôle de frimousse s’ouvre avec Maggie, son rôle est crucial dans le déclenchement de l’intrigue et son déroulement. Sauf que… c’est une femme et elle est âgée, selon les critères de l’époque, soit une cinquantaine d’années. Et célibataire. Il est donc inimaginable qu’elle puisse aimer, désirer et être désirée, d’autant qu’elle est femme de pouvoir. Toutes les cases de la sublimation sont donc cochées, l’empêchant d’être perçue comme un être de chair, même lorsqu’elle esquisse quelques pas avec les portiers du Ritz, contrairement à Maxine (Ava Gardner) dans La Nuit de l’Iguane de John Huston (1964), qui a deux jeunes hommes à sa disposition en permanence. Même lorsque Maggie regarde le photographe du magazine, Dick Avery (Fred Astaire), de sa génération, qui, lui, n’a d’yeux que pour la très jeune Jo Stockton (Audrey Hepburn).

Un petit tour des âges réels des actrices et des acteurs s’impose donc. En 1956, Micheline Presle a trente-quatre ans, Louis Jourdan trente-cinq et Brigitte Bardot vingt-deux. En 1957, Kay Thompson a quarante-neuf ans, Fred Astaire cinquante-huit ans et Audrey Hepburn vingt-huit ans. Judith et Michel ont, en fait, presque le même âge et c’est Michel le plus âgé. Leur couple pourrait être du même âge, même si la persona de Presle est faite de force et de modernité (Le Diable au corps, L’Amour d’une femme, puis, entre 1965 et 1970, la série Les Saintes Chéries), et celle de Jourdan de beauté plastique et de légère veulerie (Lettre d’une inconnue, Madame Bovary puis, en 1958, Gigi). Et il serait logique que Maggie et Dick soient ensemble, comme le sont Judith et Michel (Presle et Jourdan ont failli se marier pendant l’Occupation).

Sauf qu’il est impensable, dans les deux cas, qu’une sexualité épanouie existe dans un couple où la femme est plus âgée que son compagnon. Et que les jeux de pouvoir soient à l’avantage des femmes, quel que soit leur âge ou leur statut social.

Certes, les jeunes filles, vierges, pures, innocentes, que sont Catherine et Jo, gagnent le gros lot patriarcal, à savoir l’entretien financier par un homme beaucoup plus âgé qu’elles, via un mariage à l’église, qui est le seul valable dans les films occidentaux et dans la société de leur époque. Si ce n’est qu’elles perdent leur liberté, dont celle de travailler. Alors que Maggie et Judith, elles, conservent leur droit au labeur ainsi que leur indépendance financière.

Il est inconcevable, dans les années 1950, pour les hommes et même pour l’écrivaient Odette Joyeux – également actrice, et pourtant habituée aux rôles de rebelles -, qu’une femme, âgée ou non, puisse posséder de l’argent à elle, un poste à responsabilités, la liberté, la gentillesse et l’amour. leçon à l’attention des spectatrices : mesdames, laissez le pouvoir aux hommes et soyez des enchaînées heureuses, sans responsabilités. Car les responsabilités, ça dessèche le cœur, ça aigrit (Judith), ça rend indésirable (Maggie). Par conséquent, Mesdames, faites-vous épouser, et surtout à l’église, vierges encore, par un homme plus âgé que vous, et tout ira bien.

Et continuez à vous tirer dans les pattes les unes des autres, ça consolide le patriarcat. En effet, si Maggie aide Dick à reconquérir Jo, Judith fait tout ce qu’elle peut pour empêcher Catherine de conquérir durablement Michel et de se faire épouser par lui. En outre, Judith gronde Catherine d’avoir découragé un de leurs partenaires commerciaux, qui la harcelait. Et ce sont les hommes, Patrice et Michel, qui prennent alors le parti de Catherine.

Pour terminer sur une note un peu plus joyeuse, je dirais que le portrait des deux directrices est tout de même séduisant, au vu de leur énergie et de l’empire qu’elles ont bâti et qu’elles tiennent à bout de bras.

Un doigt d’honneur de toute beauté aux véritables frustrés, ceux qui veulent emprisonner les femmes, s’impose donc, celui que Rose (Vanessa Paradis), cheffe d’entreprise, envoie avec ses nouvelles amies au médecin du travail (Rodolphe Dana) à la fin du film Sous les jupes des filles (Audrey Dana, 2014). Au début du film, le praticien a en effet mis en doute la capacité de Rose à être « normale », c’est-à-dire, entre autres, sexuellement épanouie, mariée, mère de famille, avec un travail d’appoint puisque c’est monsieur qui fait le « vrai » job.

Donc, mesdames, on ne se laisse pas faire !

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Pas de mariage pour les directrices de mode », Voyages autour de mon cerveau, septembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/6539

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Modern Love : film intersectionnel en négatif

Film de 2008 de Stéphane Kazandjian, Modern Love est un film tellement aberrant que j’ai longtemps hésité à en parler. Emprunté à la médiathèque musicale de Paris il y a plusieurs années, son visionnage m’avait sidérée et accablée par son avalanche de clichés sexistes, homophobes et racistes. Mais en 2022, il est possible de l’étudier en utilisant l’intersectionnalité, même en mode négatif. Et de le comparer à d’autres films qui manient bien mieux les clichés.

Or donc, ce film choral, qui doit faire les délices des membres de la Manif pour tous, des anti-féministes et des racistes de tout poil, raconte le parcours de plusieurs Français et Françaises, sur un an, d’une soirée dans un restaurant le 31 décembre au soir à l’autre.

Elsa est en pleurs dans les bras de sa meilleure amie – mariée mais elle ne fête pas le Nouvel An en famille, tout est normal – dans un restaurant bondé. Elles assistent toutes deux à une altercation. Une jeune femme quitte son compagnon barbu et compatissent… pour l’homme, bien entendu. Elsa pleurniche qu’elle n’arrive pas à trouver l’homme idéal : beau, gentil, attentionné, affectueux, bref, le Prince charmant Disney ou rien.

Un peu plus tard, Elsa renverse son jus d’orange sur la chemise impeccable d’un nouveau collègue, qui est se révèle beau, gentil, attentionné, affectueux… mais homosexuel, bien entendu. Parce qu’en fait, les hommes hétérosexuels ne peuvent savoir ce que les femmes attendent, il faut donc qu’ils soient un peu « féminins », donc homosexuels pour les comprendre, telle est la leçon du film. Mais en fait non, l’homophobie est abandonnée, contrairement au premier Bridget Jones (le film de 2001, avec l’« ami gay » avec lequel parler entres copines). Parce qu’en fait l’homosexuel est hétérosexuel – ou serait-ce Elsa qui l’a remis dans le « droit » chemin de l’hétéronorme ? Sauf que… tout va mal : les tartines grillées en forme de cœur, les énormes bouquets de roses à gogo, les dîners à l’impromptu avec chandelles, champagne et chorégraphies orchestrées par Sidi Larbi Cherkaoui (mais qu’est-il venu faire dans cette galère ?), ça va cinq minutes. Donc, en vingt minutes, on passe d’un mauvais remake de Coup de foudre à Nothing Hill (1999) à un mauvais remake des films avec Doris Day et Rock Hudson (Confidences sur l’oreiller, Un pyjama pour deux). Finalement, retour à la case départ pour Elsa, toujours en pleurs dans le même restaurant. Heureusement, le destin veille et lu fait rencontrer l’homme barbu quitté un an auparavant. Et, bien sûr, c‘est l’homme de sa vie, même s’il n’est pas beau, qu’il dit qu’il ne se lave pas tous les jours et qu’il « pisse debout » dans les toilettes – détail délicat qui présage bien d’une vraie relation hétérosexuelle. Parce que les vrais hommes, ça n’offre ni fleurs ni chandelles, mais ça sent fort et ça marque son territoire. Regarder donc plutôt La Délicatesse (David Foenkinos, 2011), avec son personnage de Markus (François Damiens) qui séduit progressivement Nathalie (Audrey Tautou), malgré un physique qui ne correspond ni au physique du défunt mari de Nathalie (Pio Marmaï) ni aux attentes de la société en matière de beauté masculine.

Autre pan de l’homophobie présente dans ce film, la relation adultère entre la meilleure amie d’Elsa et une autre femme. Autre femme qui est, bien entendu, sexuellement disponible à toute heure du jour et de la nuit. Pour autant, on ne voit aucune scène de sexe entre elles. Et, sans surprise, leur histoire finit mal, justement par la trop grande disponibilité sexuelle de l’amante. Rien à voir avec l’histoire extra-conjugale malaisée entre Ysis (Géraldine Nakache) et Marie (Alice Taglioni) dans Sous les jupes des filles (Audrey Dana, 2014), Ysis n’acceptant pas sa propre bisexualité ni le regard des autres vis-à-vis des couples homosexuels, et préférant retourner auprès de son mari et de ses enfants, tout en se libérant de sa peur de mourir jeune.

Dernière horreur, et pas des moindres, quoique apparaissant tardivement dans la narration, le racisme. Sans surprises, les histoires du film se passent entre ressortissant·es français·es à la peau blanche, comme dans 99,9999% des films français, qu’ils soient définis comme « populaires » ou « d’auteurs » (pour les actrices on repassera). Et je n’ai pas le souvenir d’avoir vu, dans les scènes de foule, un/des corps et des visages non-blancs.

Ensuite, Elsa ne trouve pas mieux, à plusieurs reprises, que d’ânonner des mots soi-disant « asiatiques » – je ne vais même pas dire « chinois », « japonais », « cambodgiens » ou « coréens », on n’en est pas là, à distinguer les différents pays du continent asiatique – tout en mimant en pouffant un salut mains jointes, là aussi assimilable au cliché raciste de se moquer de coutumes différentes de soi. On se croirait revenu au film de Claude Sautet Bonjour sourire (1956), où les moqueries racistes d’Annie Cordy et d’Henri Salvador (qui jouent leur propre personnage) à l’encontre du « cuisinier chinois » fleurissent allègrement et ne sont jamais contrées par quelque autre personnage que ce soit. Il est vrai que deux ans après l’échec des assassinats, tortures et viols des Indochinois·es par les soldats français, il fallait bine trouver un moyen de se venger de la déculottée de la Guerre d’Indochine. C’est la même chose dans Modern Love, personne ne tacle Elsa et sa victime garde le sourire – ben quoi, c’est de l’humour.

Tout est premier degré dans ce film à l’intersectionnel négatif, où racisme, sexisme et homophobie se mélangent pour le plus profond ennui et dégoût du public.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Modern Love : film intersectionnel en négatif », Voyages autour de mon cerveau, avril 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=5190

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube