Archives par étiquette : Sylvie Le Bon de Beauvoir

Interview N. Fernandez-Ferrer

Diffuser les films féminins et féministes – Interview de Nicole Fernandez-Ferrer

Un grand merci à Nicole Fernandez-Ferrer d’avoir répondu à nos questions, et de donner envie d’investir le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir (Paris 9ème, cf. sitographie en fin d’article) pour y découvrir ses vastes archives féministes et féminines.

Tiphaine Martin – Depuis quand es-tu directrice du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir ?

Nicole Fernandez-Ferrer – Je suis déléguée générale depuis 2004, depuis le dépôt des statuts pour la réouverture du Centre en juillet 2003. Trois personnes m’ont aidée à réouvrir le centre :  Annie Kensey, présidente actuelle du Centre ; Maryvonne Wattelez, trésorière ; Sophie Laurent, qui s’occupe du site Genrimages. Ensuite, ont rejoint le bureau du Centre Suzanne Robichon, qui travaille actuellement sur la mémoire des déportées lesbiennes ; Joëlle Bolloch, ancienne iconographe, spécialiste de la photo mortuaire et qui militait dans le même groupe féministe que moi en Normandie dans les années 70-80.

Pour ma part, j’ai fait des études de lettres et langues, puis de documentation, archives audiovisuelles et informatique. J’ai commencé à travailler au Centre en 1982, à son ouverture. Le Centre a été fondé par Delphine Seyrig, Ioana Wieder et Carole Roussopoulos. Simone de Beauvoir lui a donné son nom à la demande des fondatrices. Ensuite, j’ai travaillé à VideoOut avec Carole, puis dans des festivals et comme traductrice Le Centre a fermé en 92, les fonds ont été récupérés par le CNC. Le Centre a réouvert en 2004. Un bref historique du premier Centre est disponible sur notre site, la suite est à écrire ; l’ensemble de la saga du Centre serait à filmer, grâce aux témoignages et aux vidéos dont nous disposons et que nous pourrions recueillir.

Ioana Wieder, Carole Roussopoulos et Delphine Seyrig, au Centre audiovisuel Simone de Beauvoir 1982
©Martine Franck

T.M. – Quand et comment as-tu rencontré Simone de Beauvoir ?

N.F.F. – J’avais déjà croisé Simone de Beauvoir dans des manifestations avec Sylvie Le Bon de Beauvoir. J’ai rencontré de Beauvoir chez elle rue Schœlcher, en 1982, en compagnie de Delphine et de Carole. Alors que je pensais assister simplement à la conversation, Delphine m’a donné la parole pour exposer les projets des archives. Quand je parlais, Beauvoir écoutait vraiment ce que je disais, sans m’interrompre, ce qui pour moi était très impressionnant. C’était quelqu’un de très attentif. Beauvoir avait le sens de l’humour et sa conversation était passionnante. Notre dialogue s’est déroulé de façon très agréable, Beauvoir, Delphine, Carole et moi-même partagions le même humour. Dans son appartement, j’ai été frappée par ses nombreux souvenirs de voyage, une véritable collection. Autre écho mémoriel : Beauvoir venait au Centre pour les soirées de projection notamment. Les films passaient sur des téléviseurs que nous installions au rez-de-chaussée. Je me souviens également de Beauvoir aidant aux recherches de financements, sachant que sa notoriété pesait dans les décisions. Delphine était très active aussi pour cela et a continué après le décès de Beauvoir.

T.M. – Quel est le rôle du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir ?

N.F.F. – Le Centre a un rôle central dans la préservation du matrimoine de films réalisés par des femmes et des films féministes (réalisé par des femmes et/ou par des hommes). Les archives sont au cœur de notre activité, et participent à enrichir la culture en France, à l’étranger et auprès des jeunes générations. Nous travaillons beaucoup avec les publics scolaires, même très jeunes, sans tabous, mais toujours avec une contextualisation précise des films et des explications plus ou moins détaillées, selon l’âge des spectateurs et spectatrices. J’ai développé ce travail avec des scolaires au Centre, travail que j’avais effectué au Festival des Femmes de Créteil.

Film No Gravity de Silvia Casalino (en distribution au Centre).

Le site Genrimages est né de ces ateliers, animés également ma collègue Laetitia Puertas. Mon intérêt pour les activités avec les personnes incarcérées a donné lieu à des projections, rencontres et ateliers à la Maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, particulièrement chez les femmes, mais également chez les jeunes détenus et les hommes Je me rends également dans des associations, des lieux culturels, des salles de cinéma, mais aussi des syndicats, des établissements scolaires pour diffuser et débattre des films. J’interviens également dans les écoles d’art et les universités en France et à l’étranger, pour parler de l’histoire de la vidéo féministe à partir des années soixante-dix. Notre travail avec les artistes vient d’un groupe de réflexion, Travelling féministe, créé à l’initiative d’Elisabeth Lebovici. Ce groupe compte des critiques d’art, des curatrices, des historiennes de l’art et des commissaires d’exposition. Grâce à la Fondation de France, nous avons organisé des séminaires avec des artistes, des chorégraphes, des plasticiennes, des réalisatrices. Ces séminaires sont filmés. Un autre exemple de cette collaboration est l’exposition Delphine Seyrig et les collectifs vidéo féministes des années 70-80 au Museo Reina Sofía à Madrid et au LaM, à Villeneuve-d’Ascq, par les commissaires Nataša Petrešin-Bachelez et Giovanna Zapperi.

T.M. – Comment établis-tu les partenariats et quels sont-ils actuellement ?

N.F.F. – Nous avons des partenariats avec deux salles de cinéma, à Paris : le Forum des Images, le cinéma le Luminor-Hôtel de Ville et entamons une nouvelle collaboration avec la Cité audacieuse (une projection est prévue le 21 décembre). Nos partenaires financiers sont : la Mairie de Paris, le CNC, la mission cinéma de la mairie de Paris, le ministère de l’égalité femmes-hommes, le CNC et des partenaires privés ou institutionnels sur des projets comme Wom@rts avec Europe Creative.

Nos partenariats sont les suivants :

  • le réseau de cinémathèques et vidéothèques de films amateurs et militants, DIAZ Interegio,
  • les Archives du féminisme,
  • le service audiovisuel de la BnF (depuis 2005, avec un programme de numérisation et de restauration),
  • l’association Lire c’est vivre, active dans les bibliothèques de prison comme la bibliothèque de la MAF de Fleury Mérogis ouverte en 1987, grâce à une nouvelle loi initiée par Robert Badinter. Avec ce dernier partenaire, nous faisons un choix des films (films encore à l’écran), et invitons des personnes ayant travaillé sur le film : la réalisatrice ou le réalisateur du film, preneuse·eur de son, comédien·n e, productrice·teur, costumièr·e… qui débattent avec les personnes détenues, après la projection.

Nous avons également des partenariats ponctuels, comme des musées à l’instar du Reina Sofia. Quelques autres partenariats et projets : avec l’association Autour du Premier Mai, le projet de programmation Les filles sages vont au paradis, les autres où elles veulent ; et notre projet collectif Wom@rts, qui dure trois ans, et se terminera fin 2021.

Yilian Cañizares dans Madre Habana d’Emmanuelle de Riedmatten (en distribution au Centre).

T.M. – Habituellement (hors pandémie), à quelle régularité projetez-vous des films ?

N.F.F. – À Paris, nous organisons des projections une fois par mois. En prison, c’est une fois par mois, sauf en août. Les projections en France et à l’étranger sont assez régulières, je me déplace souvent.

T.M. – Au Centre, avez-vous encore beaucoup de vos archives à numériser ?

N.F.F. – La BnF a encore un lot à numériser, les films vont revenir vers le printemps/été 2021. Ce sont les collections des années 80-90-2000. Avec les nouveaux supports, il n’y a plus besoin de numérisation. À partir de 2021, le flux de numérisation sera réduit. La BnF conserve nos archives dans des conditions de températures et de sécurité optimales, elles restent notre propriété.

T.M. – Quels sont tes projets, vos projets au Centre ?

N.F.F. – Nous avons un projet de restauration de Sois belle et tais-toi ! et d’Ines (une militante brésilienne, incarcérée, torturée et violée dans les années 70), deux films de Delphine Seyrig.

Maria Schneider, Delphine Seyrig et Carole Roussopoulos (tournage Sois belle et tais-toi ! 1975-1976)
©Famille Seyrig

Nous avons également nos projets de numérisation avec la BnF. Trois rencontres Wom@rts sont prévues avec Jackie Raynal (monteuse, actrice, programmatrice et gérante de deux salles cinémas indépendants à NYC). Une rencontre avec Pascale Obolo (artiste, réalisatrice, fondatrice d’Afrikaada, revue d’art africain contemporain) et Wetsy Mposa, galeriste bruxelloise, sont également prévues, ainsi q’une rencontre avec Maria de Medeiros, actrice, chanteuse et réalisatrice, et marraine du Centre. Nous poursuivons  la coopération avec la Cinematek de Bruxelles sur un projet autour des archives de Chantal Ackerman. Le Centre possède un film d’Akerman, Letterd Home, et la Cinémathèque travaille avec la fondation Chantal Akerman à la restauration et préservation de tous ses autres films. Nous continuons à alimenter en contenu le site Genrimages et nous poursuivons les ateliers. Le montage des captations des débats, rencontres et séminaires que nous avons filmés depuis quelques années se poursuit, tout comme la reprise des projections, avec des nouveaux films qui rentrent dans notre catalogue. Et bien sûr le travail de fond sur les archives et la distribution.

Nicole Fernandez-Ferrer

 

Sitographie

Festival des Femmes de Créteil : https://filmsdefemmes.com

GenrImages : https://www.centre-simone-de-beauvoir.com/education-a-limage-formation/ateliers-genrimages/

Le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir : https://www.centre-simone-de-beauvoir.com

Lire c’est vivre : https://www.lirecestvivre.org

VideoOut : http://www.videoout.org

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Nicole Fernandez-Ferrer, « Diffuser les films féminins et féministes – Interview de Nicole Fernandez-Ferrer », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/968

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte Les Inséparables

“Etouffée par cette blancheur” : l’amie géniale des Inséparables

Très vifs remerciements aux Editions de L’Herne.

Les Editions de L’Herne publie aujourd’hui Les Inséparables, longue nouvelle/court récit de deux cents pages à peine. Elle est écrite par Simone de Beauvoir en 1954, après le prix Goncourt reçu pour Les Mandarins, d’après les propos de sa fille adoptive et héritière, Sylvie Le Bon de Beauvoir, qui signe la remarquable préface de cette édition. Sylvie Le Bon de Beauvoir analyse et met en lumière le contexte d’écriture, à savoir ressusciter l’amie géniale1, Elisabeth Lacoin, dite Zaza, encore une fois, après l’échec de « Anne » dans le recueil Quand prime le spirituel (1937-1979). Sylvie Le Bon de Beauvoir décrit ensuite les liens entre la réalité de la famille Lacoin et celle des Gallard dans Les Inséparables. Parallèles fort utiles au public qui n’a pas encore lu, ou qui a lu il y a fort longtemps, les Mémoires d’une jeune fille rangée (1958).

Située donc entre « Anne » et les Mémoires, Les Inséparables, dédiées à Zaza, porte au pinacle la figure d’Andrée Gallard, vue par les yeux de Sylvie Lepage. Beauvoir l’écrivaine assume le « je » de l’autobiographie, malgré l’épigraphe qui réfute l’assimilation totale et sans nuances d’Andrée avec Zaza, et de Sylvie avec Simone. L’autrice abandonne le point de vue maternel, qui était celui de Madame Vignon, dans « Anne », mais en conservant la vision indirecte de l’amie dévouée (et égoïste) Chantal (Simone) sur Anne/Andrée/Zaza.

Tous les épisodes de la saga Lacoin-Beauvoir tels que racontés dans les Mémoires et repris sous une forme condensés au début de Tout compte fait (1972) sont ici présents : l’arrivée inopinée d’Andrée en cours d’année scolaire, le vide ressenti par sa présence à la rentrée suivante, l’admiration sans borne de Sylvie pour Andrée, l’épisode du cadeau chapeauté maladroitement par les mères, la lettre de vacances sans style de Sylvie, les séjours à Béthary (Laubardon), l’évolution mentale de Sylvie vers l’intellectualisme athée, bête noire des bon·nes bourgeois·es catholiques, choqué·es au cœur par la séparation de l’Eglise et de l’Etat en 1905, les souffrances amoureuses d’Andrée (Bernard puis Pascal), le coup de hache auto-infligé pour échapper aux corvées sociales, les dissensions familiales qui montent en acmé, le délire et la mort. Son violon, qu’elle réclame (p. 172), ne quittera plus son « petit cercueil » (p. 138).

Et on est happé, une fois de plus, par ce destin qu’on sait tragique : le blanc virginal de la robe d’Andrée devient le blanc mortuaire, celui du suaire (une chemise de nuit) et celui des fleurs sur sa tombe. Pourtant, on le sait dès le début de notre lecture, l’héroïne va mourir, victime d’un milieu borné par des conventions sociales hautement patriarcales. Mais l’écriture de Beauvoir est telle qu’on se laisse conduire à travers les mésaventures de Sylvie et d’Andrée. Et qu’on relit inlassablement la montée d’Andrée vers une folie féminine, faite de frustrations et de déchirements, qui la conduit à la mort.

En 1954, l’autrice a derrière elle une œuvre romanesque, théâtrale, viatique et philosophique déjà conséquente. Ses descriptions des infortunes féminines sont solidement documentées, et reposent sur ses analyses établies dans Le Deuxième Sexe (1949). Ce passage théorique l’aide à fouiller le personnage de Madame Gallard, vue par différentes photographies (p. 118). L’éclat qui a disparu de ses yeux de femme mariée, c’est celui de l’individu vivant qu’elle retrouve chez sa fille et que, typiquement, elle étouffe. Contrairement à la vipère qu’elle est dans « Anne », ici, on arriverait presque à la plaindre et à lui souhaiter d’avoir eu le courage de s’arracher à son milieu et à ses pensées étroites, par exemple en lisant Du mariage (1907) de Léon Blum, cité par Beauvoir dans le chapitre de « La Femme mariée » du Deuxième Sexe. Mais comment une bourgeoise catholique aurait-elle pu ouvrir le livre d’un Juif, dreyfusard, dandy et intellectuel ? Donc, elle a brisé sa fille cadette. Et elle a imposé à ses autres filles son propre destin de femme soumise au viol conjugal, irréductiblement liée à un homme haï, étouffant sa flamme et sa frustration sexuelle dans les corvées ménagères et les œuvres de charité. La personne/personnage de Madame Mabille/Lacoin  dans les Mémoires sera un mélange des étapes narratives beauvoiriennes, à la fois moins nuancé que dans Les Inséparables, mais aussi plus nettement expliqué – sans l’excuser – que dans « Anne ».

Reste que Beauvoir a gagné contre la mère (la sienne, celle de Zaza) : c’est Andrée/Anne/Elisabeth qui nous retient et à laquelle nous nous attachons, quoique impuissant·es à la sauver. Contre la blancheur du deuil, vive le rouge de l’ardeur de vivre dont brûle Andrée, cette figure inoubliable.

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « “Etouffée par cette blancheur” : l’amie géniale des Inséparables », Voyages autour de mon cerveau, octobre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=652

 1Référence à la tétralogie d’Elena Ferrante (2011-2014).

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn