Archives par étiquette : Syndrome du Grand Meaulnes

Priscilla VADMC

Partir, revenir, pourquoi ? (7) Un couple adolescent : Priscilla

Les portes blanches ornées de notes de musique s’ouvrent. Sa voiture franchit la grille. Ça y est, elle est libre. Elle, Priscilla Presley née Beaulieu (Cailee Spaeny), vient de rompre avec son époux, le chanteur et acteur Elvis Presley (Jacob Elordi), dans la bio filmée Priscilla de Sofia Coppola (2023). Ce ne sont pas tant leurs dix années de différence qui ont pesé dans l’échec de leur couple que l’immaturité persistante du King, ainsi que son machisme.

Ce manque de maturité est, dans un premier temps, rassurante pour l’adolescente de quatorze ans qui rencontre son idole de vingt-quatre ans chez lui, car il se conduit correctement avec elle, discutant vaguement à coup de poncifs et de longs silences, l’embrassant délicatement, avant de la ramener chez ses parents à l’heure convenue. Parents qui, contrairement à ceux d’Une éducation (An Education, Lone Scherfig, 2009), sont très réticents à laisser leur fille mineure en compagnie d’un homme majeur et de sa bande d’ami·es. Inquiets aussi à l’idée qu’elle ne réussisse pas au collège puis au lycée, et qu’elle ne poursuive pas ses études. 

Et, comme les parents du Bling Ring (Sofia Coppola, 2013), ils sont dépassés par les évènements, quand le flirt Elvis-Priscilla prend un tour sérieux. Pourtant, la mère de Priscilla a bien tenté de ramener sa fille sur terre, en lui parlant des adolescents de son collège, puis de son lycée. Mais rien n’y fait, Priscilla s’entête dans son syndrome du Grand Meaulnes, attendant que son prince charmant la rappelle.

Et gagne ainsi le droit d’être claquemurée dans la mal-nommée Graceland, la demeure de Presley à Memphis, avec un fiancé souvent absent pour cause de concert et de tournage de films. Quand il est là, il passe beaucoup de temps avec son groupe d’ami·es, tout en restant sous la coupe de son père et de son imprésario. Les échanges verbaux entre le couple sont toujours aussi brefs et remplis de clichés.

Lorsque Priscilla exprime son désir pour Elvis, il refuse tout contact charnel, alors qu’ils dorment dans le même lit. Elle a alors dix-sept ans et plus, elle est donc sexuellement majeure. Elvis préfère regarder la télévision en mangeant du pop-corn, ou lire des ouvrages de spiritualité hindoue, ou la photographier dans des tenues qui correspondent à ses fantasmes à lui. Le consentement féminin est totalement nié, à l’instar du choix des tenues de jour de Priscilla, de sa couleur de cheveux et de son maquillage, sans oublier l’addiction aux amphétamines. Toutes choses que la jeune femme balaie quand elle décide de prendre sa vie en main. Elle redevient physiquement Priscilla Beaulieu, avant de l’être psychiquement.

Ce qui l’aide dans sa transformation en femme libre et indépendante est de quitter Graceland  une première fois, pour Los Angeles, où elle apprend le karaté, et s’occupe de sa fille, qu’elle a eu avec Elvis après leur mariage. Priscilla voit également des amies qui ne font pas partie du clan Presley. Ouvrir les portes par elle-même est essentiel et lui permet de sortir définitivement de sa cage dorée de bonne épouse obéissante.

Sofia Coppola sort du cas singulier et réel de Priscilla pour dresser, aussi, le portrait d’une femme ordinaire qui sort d’un mariage désastreux par ses propres moyens. Un bel exemple combatif.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Partir, revenir, pourquoi ? (7) Un couple adolescent : Priscilla », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2024. URL : https://vadmc.hypotheses.org/14281

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 15

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

08 mai 2021 : Nous partons en milieu de matinée pour Lourdes, ville importante dans l’existence de Zaza.

Texte A bord de l'Aire avec Zaza
©Tiphaine Martin
Texte A bord de l'Aire avec Zaza
©Tiphaine Martin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle s’y rendait en famille chaque année pour le Pèlerinage national, c’est-à-dire un grand rassemblement des catholiques aux alentours du 15 Août, fête de la Vierge. Quoique profondément croyante, Zaza exerce sa verve aux dépens du clergé local, suite à la guérison d’une paralytique :

Quand elle s’est mise à marcher pour aller au bureau des constatations, tout le monde s’est rué à sa suite et, pendant que les brancardiers organisaient les barrages, les évêques prenaient le petit trot et passaient au pas accéléré sous les cordes pour entrer dans la salle avec la miraculée ; je n’avais jamais vu de course d’évêques, c’était assez drôle1.

La causticité de la jeune fille relève l’envie des prêtres de se faire bien voir aux côtés de la personne guérie. Pour ma part, je suis soulagée qu’il n’y ait aucune foule ni aucune boutique d’ouverte – contrairement à hier à Biarritz. En effet, j’aurais eu l’impression d’être voyeuse dans une mise en scène destinée aux croyant·es et d’assister à un spectacle qui n’est pas pour moi. Je suis contente de me reposer et de pique-niquer à l’ombre des arbres et au frais de la rivière qui passe entre l’église et les abris à cierges.

Texte A bord de l'Aire avec Zaza
©Tiphaine Martin
A bord de l'Aire avec Zaza
©Tiphaine Martin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ensemble est intéressant à visiter et je suis fort aise de visualiser le chemin qu’empruntaient Zaza, ses frères et ses sœurs lorsqu’elles étaient infirmières et eux brancardiers, mais cela me suffit amplement.

Place à Cauterets, avec Zaza et avec Beauvoir. Zaza écrit à son père en 1924 depuis cette ville, mais je n’en dirai pas plus, réservant le document en question pour mon exposition.

Beauvoir, quant à elle, s’est rendue dans cette station thermale avec son oncle Gaston et sa tante Marguerite en juillet 1926, d’où elle a envoyé deux cartes postales à son mentor Robert Garric, fondateur des Équipes sociales de Belleville2. Plongée dans les affres de sa passion pour son cousin maternel Jacques Champigneulle, elle n’a pas goûté plus que cela le point de vue des cascades. Que n’a-t-elle lu mon article sur « Le Syndrome du Grand Meaulnes », et, surtout, que n’a-t-elle lu, relu et médité la lettre que Zaza lui envoie le 3 septembre 1927, depuis Gagnepan : 

J’ai beaucoup pensé depuis deux jours aux influences que moi aussi j’ai subies au cours de ces deux ans ; il y a un livre que j’ai aimé et qui a influé sur moi au point de fausser peut-être ma propre vérité et de m’imposer une contrainte de mes sentiments naturels, c’est Le Grand Meaulnes. J’ai puisé là un amour, un culte du rêve auquel aucune réalité ne sert de fondement, qui m’a égarée peut-être loin de moi-même. Aujourd’hui, je distingue nettement tout ce qu’il y a eu de forcé, d’artificiel, dans un sentiment entretenu pendant deux ans à force de volonté et d’imagination3.

Zaza parle ici de son amour pour son cousin André, qu’elle a idéalisé via sa lecture du Grand Meaulnes. Elle a préféré, comme Beauvoir, fuir la réalité et cultiver son imagination plutôt que d’avoir le cœur vide et passer, peut-être, à une autre inclination.

Pour ma part, je suis ravie – au sens propre du terme – par le site du Pont d’Espagne : cascade profonde et majestueuse,

Texte A bord de l'Aire avec Zaza
©Tiphaine Martin
A bord de l'Aire avec Zaza
©Tiphaine Martin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

… jaillissements de-ci de-là que l’on voit depuis des rambardes astucieusement aménagées, petits arcs-en-ciel qui feront très bien sur mes photos, chemin en boucle qui permet de passer d’une rive du torrent à l’autre. Bien sûr, ma Cascade du Rouget, dite « La Reine des Alpes », n’est pas détrônée dans mon affection, loin de là, mais… ma foi… celle de Cauterets n’est pas mal du tout, merci Simone – et Zaza – de m’y avoir conduite. Et dans d’autres circonstances, je me ferais bien quelques randonnées dans le coin, qui a l’air peuplé de sites magnifiques, avec lacs naturels à disposition des touristes. En plus, je n’ai même pas à conduire, je peux donc me relaxer en savourant cette très belle journée.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 15 », Voyages autour de mon cerveau, juin 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1835

 

Lettre du 26 août 1926, à Geneviève de Neuville. Élisabeth Lacoin, Zaza, 1907-1929 : amie de Simone de Beauvoir, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 80-81.

2 Cf. notre thèse Les récits de voyage dans l’œuvre autobiographique de Simone de Beauvoir, p. 200, 201.

3 Élisabeth Lacoin, Zaza, 1907-1929 : amie de Simone de Beauvoir, op. cit., p. 101.

 

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube