Archives par étiquette : Tout compte fait

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 1

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

24 avril 2021 : Partir en voyage est toujours un plaisir, mais jamais autant qu’aujourd’hui. Pour la première fois depuis septembre 2020, lors du colloque Sorcières, êtes-vous là ? à Orléans, je franchis les limites de mon département. Et ce, en vue d’un jackpot : je me rends à Haubardin, près de Dax, pour un séjour d’écriture et de recherches archivistiques ; et je suis hébergée au sein de la famille Lacoin.

Quelques précisions s’imposent, pour les néophytes en terre beauvoiriano-lacoinienne. Or donc, il était une fois une petite fille, très fière d’être une brune aux yeux bleus, couvée par ses parents et première de sa classe parisienne du Cours Désir. Un beau matin de rentrée scolaire de 1918, « une petite noiraude, aux cheveux coupés court » se retrouve sur le même banc qu’elle. C’est un coup de foudre amical, puis amoureux, pour la première, une amitié sans faille pour la seconde : « (…) on nous appela désormais : “les deux inséparables”1. ». Non, je ne parle pas d’une version partiellement homosexuelle de L’Amie prodigieuse d’Elena Ferrante, mais bien de la future écrivaine Simone de Beauvoir et de sa meilleure moitié, Élisabeth Lacoin, surnommée Zaza.

En tant que lectrice assidue et comme chercheuse spécialiste de Beauvoir, la figure – oserais-je dire le personnage ? – de Zaza m’a fortement touchée, dès ma première approche des Mémoires d’une jeune fille rangée, au printemps 2000, alors que je m’acheminais vers la fin de mon année de Seconde et de mon premier voyage en avion, aux vacances d’avril, en Martinique, pour voir une de mes meilleures amies, Sarah, qui y avait emménagé un an auparavant avec ses parents. Je me souviens d’ailleurs avoir lu Tout compte fait au retour. Ou comment revenir à Zaza d’une autre manière, puisque Beauvoir reparle de sa « complice » dans ce dernier tome mémoriel.

Mon projet d’exposition vient justement de mes lectures et relectures de l’œuvre beauvoirienne, où Zaza est très présente, sous différents masques : jeune bourgeoise assassinée par son milieu, elle se nomme Élisabeth/Zaza Mabille dans les Mémoires, Anne dans la nouvelle éponyme du recueil Quand prime le spirituel, et Andrée dans le récit Les Inséparables. Je souhaitais donc, en cet automne 2020, sortir Élisabeth Lacoin de la gangue beauvoirienne, où Simone a placé son inséparable pour l’éternité, avec elle dans ses Mémoires d’une jeune fille rangée. J’ai donc pris contact avec Anne-Marie Taupin, fille de Vincent Lacoin frère de Zaza, et présidente de l’Association Élisabeth Lacoin, en novembre 2020, en lui proposant une exposition virtuelle sur sa tante, sur mon carnet de recherches Voyages autour de mon cerveau. Les membres de l’association ayant donné leur accord, j’ai commencé à échanger avec certain·es d’entre elles et eux, par visioconférence et par messages. Tout s’est si bien passé qu’Anne-Marie Taupin et Françoise Lacoin, une autre des enfants de Vincent Lacoin, m’ont invitée chez elles dans les Landes et le Pays basque. Cet énorme cadeau m’a fait flotter sur de bleus nuages et sourire toute seule dans mon bureau-bibliothèque bourguignon.

Et quand vint le moment de boucler ma valise, l’euphorie légère m’a fait siffloter gaiement. Ce fut pareil pendant mon trajet, même lorsque mes yeux se sont exorbités devant le graffiti « Non à la GPA-Non à la PMA-1 Papa – 1 Maman », en marge de l’autoroute, au niveau d’Orléans-Nord. Puis, je me suis détendue devant les panneaux « Chambord_Mer », « Tours », « Cheverny », « Chambord », « Amboise», « Blois », « Le Clos-Lucé », traces vivantes de notre histoire royale et surtout culturelle, époque où François Ier rejoignait, dit-on, son peintre et technicien préféré par un long couloir souterrain. Du moins, c’est ce que nous avait raconté le guide de la demeure de Léonard de Vinci lorsque je l’avais visité gratuitement avec mes parents dans les années quatre-vingt dix, grâce à mon abonnement au Petit Léonard, revue d’art pour enfants.

Dernière anecdote culturelle, avant de m’arrêter à Châtellerault pour manger, puis avant Bordeaux afin de me dégourdir les jambes, j’ai stoppé ma fière cavale sur l’aire d’autoroute de Meung-sur-Loire. J’ai eu une pensée émue pour le jeune Gascon qui a eu tant d’aventures dans cette bourgade, à cause de la couleur et de la carrure de sa jument, alors que lui montait à Paris. Oui, avant La Jument verte de Marcel Aymé (un Icaunais comme moi), il y a eu la jument jaune de d’Artagnan, le fameux

bidet du Béarn [dont les] qualités étaient si bien cachées sous son poil étrange et son allure incongrue que, dans un temps où tout le monde se connaissait en chevaux, l’apparition du susdit bidet à Meung, où il était entré il y avait un quart d’heure à peu près par la porte de Beaugency, produisit une sensation dont la défaveur rejaillit jusqu’à son cavalier2.

 

Heureusement, mon entrée et ma sortie de l’espace de pique-nique se sont effectuées sans tambour ni trompette.

Et je suis arrivée tranquillement à destination, soit à cinquante mètres de Haubardin, près de Dax, une des demeures familiales des Lacoin, où Zaza retrouvait sa grand-mère paternelle Marie Darracq, dite Bonne-Maman, sœur de sa grand-mère maternelle Céline Darracq, dite Anmé, qui habitait à Gagnepan, à une heure de Haubardin. Accueil souriant de la famille Taupin, apéritif et dîner en plein air – mon premier de ce printemps 2021 -, discussion jusqu’à une heure avancée : tout commence très bien.

 

Site de l’Association Élisabeth Lacoin : http://zazalacoin.fr

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 1 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1597

 

1 Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, Paris, Folio, 1999, p. 126.

Alexandre Dumas, Les Trois Mousquetaires, Paris, Le Livre de Poche, 2009, p. 57-58.

 

 

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Interview J. Coffin

Pour l’amour des lettres – Interview de Judith Coffin

Judith Coffin est professeure et chercheuse à l’Université du Texas. Son ouvrage Sex, Love and Letters. Writing  Simone de Beauvoir est paru en septembre 2020 chez Cornell University Press.  Elle travaille également sur Ménie Grégoire et Françoise Giroud. Un grand merci à elle de nous avoir répondu directement en français.

Tiphaine Martin – Comment êtes-vous venue à lire et à travailler sur Simone de Beauvoir, puis sur la correspondance de ses lecteurs et lectrices ?

Judith Coffin – J’écrivais un compte-rendu de quelques ouvrages au sujet du Deuxième Sexe quand je suis tombée sur un article de Mauricette Berne, l’archiviste et conservatrice générale au département des Manuscrits à la Bibliothèque Nationale. L’article se trouvait dans le beau volume créé pour le cinquantenaire du Deuxième Sexe par Christine Delphy et Sylvie Chaperon (Paris, Syllepse, 2002). Dans ce recueil, Mauricette Berne parlait des lettres de Beauvoir et je suis donc moi-même allée les consulter. Il n’y avait qu’une centaine de lettres au moment de ma visite, la collection n’étant pas encore cataloguée. Mais j’ai été bouleversée par cette collection –pour reprendre le mot préféré des lectrices et lecteurs dans leurs lettres à Simone de Beauvoir. Quel déferlement d’émotion, de projections, d’identification, d’attentes, de déceptions et de passions !

Je ne suis pas venue à ce sujet par le biais de la philosophie mais plutôt par celui de l’histoire sociale et culturelle. J’avais travaillé sur le genre, le travail des femmes, la consommation, et la sexualité. Je m’intéressais à la culture de masse, et à l’histoire du savoir social et de la connaissance de soi. J’ai beaucoup admiré La Lecture et La Vie de Judith Lyon-Caen, une analyse des lettres à Balzac. J’avais travaillé et écrit sur les archives de Ménie Grégoire. Mais petit à petit, les lettres de Beauvoir ont pris le dessus. Comme le dit si bien Amélie Nothomb dans Une forme de vie en parlant de son rapport épistolaire avec ses lectrices et lecteurs « (…) les autres ont tant de façon de débarquer chez vous et de s’imposer. » En plus, l’existence même de cette collection – le fait que Beauvoir a conservé cette correspondance — m’impressionnait. Je me suis rendu compte qu’il fallait penser l’archive en tant qu’objet historique produit par et représentant un moment bien particulier du vingtième siècle.

T.M. – Votre plus beau souvenir de lettre, dans un hasard proustien (sans réfléchir) ?

J.C. – Il y en a tant ! Mais voici une belle lettre, d’une jeune femme de 16 ans en 1963. Le Deuxième Sexe, comme Le Discours de la méthode, lui a appris à penser, dit-elle. Mais sa réaction au deuxième tome du Deuxième Sexe est plus vive :

 (…) je sentais d’une façon vague et confuse tout ce qui m’attendait dans ma vie, tout ce que j’allais vouloir faire sans le pouvoir faire, tout ce qui était d’injuste et ridicule dans la vie des femmes. Maman ne m’a pas défendu de lire ce livre, mais elle m’a dit qu’il n’était pas intéressant. Pas intéressant ???!!!!… Je l’ai dévoré et, en prenant des notes, j’ai fait de lui mon arme de bataille, mon livre de chevet (…).(17 novembre, 1963)

On entend bien la voix de jeune fille rebelle ; en fait, il y a relativement peu de lettres dans ce genre – moins qu’on en attend.

Par contre, voici une lettre d’une militante syndicale, impatiente et découragée :

(…) Alors on ne sait plus quoi faire. Brandir le drapeau du féminisme ? A quoi bon ? Faire des activités purement féminines ? Il y aurait le danger de retomber dans la complicité des démissions collectives. S’imposer, non comme femme, mais comme être humain ? On cherche toujours des motivations “féminines” et par là on vous refuse toute valeur (…). (16 nov. 1963)

Une belle illustration des impasses du féminisme dans la vie quotidienne.

T.M. – Quelle est la ligne directrice de votre ouvrage et comment est-il organisé ?

J.C. – Le livre traite de ce rapport intime et réciproque entre Beauvoir et ses lectrices/lecteurs. Je voudrais d’ailleurs en souligner la réciprocité, car l’on peut concevoir cette correspondance comme une collaboration. Cette intimité a plusieurs sources, dont le caractère même du genre épistolaire, le pouvoir de la lecture, la culture de la célébrité qui s’imposait alors à travers le pays (et le monde) à ce moment du vingtième siècle, les sujets intimes évoqués par ces lecteurs, sujets qui étaient tabous et pourtant prenaient de plus en de plus d’importance dans la culture, mais aussi le courage avec lequel Beauvoir semblait se risquer en tant qu’écrivaine et individu dans ses écrits autobiographiques. Cette intimité était souvent une invention du lecteur, un fantasme qui ancrait et encrait leur désir d’une relation privilégiée avec Beauvoir. Mais ce n’est pas parce qu’elle est fantasmée que l’intimité perd de son pouvoir ; elle continue à irriguer l’imaginaire de celles et ceux qui continuent d’écrire à Beauvoir. Dans mon ouvrage, je suis le cours de ces correspondances à partir de la publication du Deuxième Sexe (1949) et jusqu’à la rédaction de Tout compte fait (1972). On traverse donc plusieurs des périodes les plus tumultueuses qui ont suivi la Deuxième Guerre mondiale, en particulier, l’après-choc de la guerre, la Guerre d’Algérie, et l’apogée de la libération de la femme et de la libération homosexuelle après 1968.

T.M. – Beauvoir parle régulièrement dans ses mémoires des lettres qu’elle reçoit, s’en est-elle inspiré pour construire ses personnages romanesques ?

J.C. – Oui ! À plusieurs reprises (voir Tout compte fait, Gallimard, Folio, p. 171-179). Le plus intéressant, à mon avis, est sa nouvelle « La femme rompue » (1968). D’ailleurs, Beauvoir en parle longuement dans Tout compte fait 

J’avais récemment reçu les confidences de plusieurs femmes d’une quarantaine d’années que leurs maris venaient de quitter pour une autre. Malgré la diversité de leurs caractères et des circonstances, il y avait dans toutes leurs histoires d’intéressantes similitudes : elles ne comprenaient rien à ce qui leur arrivait… elles se débattaient dans l’ignorance et l’idée m’est venue de donner à voir leur nuit.

Monique, femme mécontente et mal-aimée de « La femme rompue », sert à illustrer les confusions et les impasses parmi lesquelles une femme peut se perdre à l’intérieur d’elle-même. « Elle tisse elle-même les ténèbres dans lesquelles elle sombre au point de perdre sa propre image, » dit Beauvoir (TCF, 175). Monique n’est pas un personnage particulièrement sympathique ni attirant ; il y en a beaucoup qui ont trouvé l’histoire morne et sans intérêt. Mais – et ce fait a beaucoup irrité Beauvoir- ce sont justement les lectrices que Beauvoir espérait éduquer qui ont tout de suite adoré le personnage de Monique : « … je fus submergée de lettres émanant de femmes rompues, demi-rompues, ou en instance de rupture. » Non seulement les lectrices s’identifiaient-t-elles à Monique, mais elles l’admiraient. Autrement dit, pour Beauvoir, elles avaient aussi mal compris leurs situations que l’avait Monique : elles étaient aveugles, « leurs réactions reposaient sur un énorme contresens. » (TCF, 177-8). Cet échange sur le sens du personnage de Monique m’intrigue. D’autres chercheuses l’ont analysé : Toril Moi, Elizabeth Fallaize, Suzanne Dow, et récemment Marine Rouch avec vous-même, Tiphaine [voir ici, merci Judith !], ce qui montre bien que ce rapport, ce malentendu continue à fasciner.

De mon point de vue, pour commencer, les lectrices qui semblaient ressembler à Monique sont infiniment plus intéressantes que ce que ne le suggère Beauvoir. En plus, elles refusent de reconnaitre la condescendance de Beauvoir envers elles et, de la même manière, se rebellent contre une culture qui les méprise. Pour beaucoup d’entre elles, la situation de la femme, ce « minuscule quotidien» est « misérable » mais non pas « méprisable » comme l’écrivait une lectrice. Pour passer maintenant de cette correspondance à des questions historiographiques, cet épisode m’a beaucoup fait penser à ce que Lauren Berlant appelle the female complaint, laquelle représente une désillusion profonde face aux défauts et aux insuffisances du monde et la recherche d’une forme de consolation ou de communauté quelconque. Et ce refus et cette désillusion engendrent un attachement particulier aux « fantasme du conventionnel » (Berlant, The Female Complaint: The Unfinished Business of Sentimentality in American Culture Durham, [North Carolina] ; London : Duke University Press, copyright 2008). Au cours de l’histoire, ce « female complaint » se croise, s’entremêle et se confond avec un féminisme qui renonce forcément au fantasme du conventionnel. Cela rend l’histoire du féminisme difficile, pétrie d’ambivalence face à la question de l’émancipation et aux moyens de s’émanciper. Ce que je prends de Berlant, c’est une manière de conceptualiser tout un registre d’émotions et de désir qui ne s’imagine pas politique et qui travaille l’histoire du féminisme de l’intérieur. C’est un des fils conducteurs de mon livre. Je voulais écrire une histoire du féminisme qui ne refuse pas ses propres ambivalences.

T.M. – Quels sont vos projets éditoriaux ?

Je m’intéresse maintenant à Histoire d’O., de Dominique Aury. Elle a écrit en 1950 un fascinant compte-rendu du Deuxième Sexe en même temps qu’elle rédigeait Histoire d’O. J’adore ce genre de juxtapositions qui paraissent tellement incongrues – il s’agit pour moi d’ essayer de comprendre la logique historique qui les a produit, tout comme j’ai pensé à ce moment où Kinsey et Beauvoir se sont tous deux attachées à penser la questions de la sexualité. A Short Biography of the Story of O propose donc une analyse la politique de l’après-guerre dans le contexte de l’éros et de la sexualité, pour pouvoir ensuite placer ce moment dans la longue histoire du féminisme. Je continue aussi à travailler sur Ménie Grégoire et l’histoire de la radio, sujet qui me fascine depuis longtemps, et qui est aussi une forme d’intimité imaginaire.

Judith Coffin

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Judith Coffin, « Pour l’amour et des lettres – Interview de Judith Coffin », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/926

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn