Archives par étiquette : Tout compte fait

Zaza, une jeune fille trop rangéeok

Zaza, une jeune fille trop rangée 

La figure de Zaza, surnom d’Élisabeth Lacoin, amie de cœur de Simone de Beauvoir, est essentielle dans le fil narratif et dramatique des Mémoires d’une jeune fille rangée (1958) de Beauvoir. Son destin tragique est analysé ultérieurement par l’autrice de manière multiple, mais dans l’ouvrage de 1958 nous assistons à sa marche vers la mort, sans explications de la part de la narratrice, à savoir Beauvoir elle-même.

Comme l’a étudié Éliane Lecarme-Tabone[1], chaque chapitre des Mémoires d’une jeune fille rangée se clôt sur Zaza et sur une annonce de plus en plus précise de son décès : « Zaza » (première partie) ; « raconterais » (deuxième partie) ; « mort » (troisième partie) ; « mort » (quatrième partie). Soit, « je raconterais la mort de Zaza », voire « je me raconterais la mort de Zaza ». C’est-à-dire, narrer à la lectrice et au lecteur comment est morte Zaza, ma meilleure amie, mais aussi, comment est-ce que j’envisage la mort de Zaza et qu’est-ce que je veux faire passer comme message à mon lectorat sur ce décès ?

Éliane Lecarme-Tabone parle également de « tombeau[2] » érigé à la mémoire de Zaza, à l’instar du genre poétique éponyme du seizième siècle. Au vu de la passion de Beauvoir – non réciproque – pour son amie, nous pouvons également songer aux élégies du poète romain Catulle, qui glorifie amoureusement et douloureusement la figure de Lesbie. Car Zaza, tout comme Lesbie, reste inaccessible.

Elle est pourtant rangée dans son cercueil à la fin des Mémoires, définitivement. Mais elle s’en échappe immédiatement, en venant hanter le sommeil de Beauvoir : « Souvent la nuit elle m’est apparue, toute jaune sous une capeline rose, et elle me regardait avec reproche[3]. » Le fantôme de Zaza met Beauvoir en accusation, comme plus tard Jean de Florette poursuit son assassin Ugolin dans le film de Marcel Pagnol L’Eau des collines. 2. Ugolin (1952). Mais quel crime peut avoir bien commis Beauvoir ? Éliane Lecarme-Tabone souligne le remords de la jeune femme, (trop) absorbée par sa nouvelle histoire d’amour avec Jean-Paul Sartre pour avoir prêté suffisamment d’attention aux signaux d’alarme émis par Zaza[4]. Beauvoir confond d’ailleurs ses deux amours : « J’ai fait un petit rêve sur vous, dans le genre de ceux que je fais sur Zaza, je vous regardais avec rancune en vous demandant pourquoi vous ne me voyiez plus jamais et je me sentais profondément triste[5]. » Nous sommes le 25 décembre 1939, Beauvoir écrit à son « tout cher petit être» Jean-Paul. L’écrivaine prend la place qu’elle assigne à Zaza dans ses mémoires et accuse son cher et tendre d’abandon. Si rancune n’est pas reproche, nous trouvons cependant le premier terme associé à Zaza dans les Mémoires :

En ne se décidant pas pour moi, Zaza pactisait avec des adversaires acharnés à me détruire et je lui en voulus. Elle redoutait le voyage qui lui était imposé, elle se tourmentait ; je marquai ma rancune en refusant d’entrer dans ses soucis ; je me laissai aller à un accès de bonne humeur qui la déconcerta[6].

À l’automne 1928, un an avant son décès, Zaza est en effet contrainte par ses parents, surtout par sa mère, de quitter Paris pour partir à Berlin, afin de couper tout lien avec la Sorbonne et ses étudiant·es intellectuel·es plus ou moins athé·es, dont Simone de Beauvoir[7]. À ce moment-là, Beauvoir ne veut voir qu’un aspect du problème, celui qui la touche, à savoir son propre exil hors du paradis bourgeois catholique, symbolisé par la famille Lacoin (Mabille dans les Mémoires), qui refuse de se « laisser contaminer[8] » par les athé·es. Elle met Zaza dans le même panier[9] que ses parents et feint la gaieté, tandis que son amie est déchirée et angoissée. La situation de leur enfance est inversée : ce n’est plus Zaza qui est « néfaste » à Simone[10], mais Simone qui porte malheur à Zaza.

Beauvoir n’entend ni ne voit l’état douloureux de son inséparable. Cette époque est celle où ses remords rétrospectifs peuvent prendre source. Dans son rêve de 1939, Beauvoir transfère l’abandon où elle pense avoir laissé Zaza, d’abord en 1928 puis en 1929, sur Sartre. Elle vit avec lui ce qu’elle a fait vivre à Zaza. Sartre n’est pas aux côtés de Beauvoir, puisque c’est la guerre, comme elle n’a pas été aux côtés de Zaza.

Notons que, selon Beauvoir, un nouveau séjour berlinois a été décidé pour Zaza, bien plus long que le premier :

Zaza me parut très abattue ; elle avait maigri et perdu ses couleurs ; elle avait de fréquents maux de tête. Mme Mabille l’autorisait, provisoirement, à revoir Pradelle, mais en décembre, elle partirait pour Berlin et y passerait l’année : elle envisageait cet exil avec terreur[11].

Cette fois, c’est vraiment d’une séparation amoureuse qu’il s’agit, contrairement à celle de 1928. Zaza avait en effet écrit à Beauvoir, le 6 octobre 1928, que sa famille l’exilait à l’étranger à l’instar des fils de bonne famille qu’on éloignait d’une maîtresse trop encombrante[12]. La comparaison est étonnante dans le contexte d’une rupture voulue avec un milieu et non avec une personne, sauf à assimiler Simone de Beauvoir à la maîtresse en question, ce qui supposerait de l’ironie de la part de Zaza, avec, sous-jacente, peut-être, la perception par Zaza de la passion non platonique que lui voue Beauvoir. Ou, sinon de Zaza, la vue perçante de Marguerite Lacoin, qui assimile Simone de Beauvoir à une « créature », soit une femme de mauvaise vie, selon l’agenda de Zaza elle-même[13].

À ce sujet, Beauvoir mémorialiste est ambiguë, comme dans le reste de ses souvenirs, où elle ne fait pas état de sa bisexualité, mais laisse affleurer des flottements linguistiques, à déchiffrer aujourd’hui à l’aune de ses correspondances et journaux intimes déjà publiés. Ainsi, dans les Mémoires, Beauvoir déclare à Zaza, en septembre 1928 : « Moi je vous aimais », lui dis-je ; elle tomba des nues ; elle m’avoua que je n’avais eu qu’une place incertaine dans la hiérarchie de ses amitiés, dont aucune d’ailleurs ne pesait bien lourd[14]. » La langue française manquant de nuances dans ce cas précis, contrairement à l’anglais qui établit une différence entre « to like » et « to love », la confidence de Beauvoir peut passer pour une amitié très profonde.

En tout état de cause, le nouveau séjour à Berlin projeté en 1929-1930 correspond bien à un éloignement pour cause d’amour indésirable ou du moins très compliqué, à savoir celui que Zaza éprouve désormais pour Maurice Merleau-Ponty, déjà présent dans sa lettre du 6 octobre 1929, alors même qu’elle ne le connaissait que par les récits de Beauvoir, et rencontré au printemps 1929, grâce à Beauvoir.

Le manque de couleurs de Zaza et sa maigreur sont des signes avant-coureurs de son décès, de ses « griffes pâles » et de son visage « jaune » sous sa « capeline rose »[15], loin, très loin de l’harmonie des pralines roses mélangées à de la crème pâtissière jaune qui faisaient le délice de la jeune Beauvoir[16].

Cette mort tragique a d’autant plus de force que nous avons suivi le déroulement de l’existence de Zaza, depuis son arrivée au Cours Désir un matin d’octobre 1918 jusque’à son décès dans une clinique de Saint-Cloud – clinique de Sceaux dans la réalité[17].

Simone de Beauvoir se fait biographe de son amie, comme elle se fait biographe de Sartre dans La Force de l’âge (1960), La Force des choses (1963), Tout compte fait (1972) et La Cérémonie des adieux (1981). Tous sont d’ailleurs similaires aux yeux de Beauvoir : « Sartre n’avait que trois ans de plus que moi ; c’était, comme Zaza, un égal (…)[18]. » Comme le déclare l’historien Pierre Assouline dans ses Vies de Job : « S’embarquer dans une biographie revient à partir en voyage avec un ami, suffisamment loin pour vivre des aventures contrastées qui mettront l’amitié à l’épreuve (…)[19]. » Et ce sont bien les aléas de l’existence de Zaza et de cette amitié-passion que narre Beauvoir dans ses Mémoires d’une jeune fille rangée.

Le point de vue est toujours celui de Beauvoir, puisqu’il s’agit, officiellement, de ses souvenirs à elle, de son enfance à l’entrée, brutale, dans l’âge adulte, avec la mort de Zaza. L’autrice retranscrit scrupuleusement la focale qui était la sienne dans cette première partie de son existence : « J’étais jusqu’à un certain point victime d’un mirage ; je me sentais du dedans, je la voyais du dehors : la partie n’était pas égale[20]. » Cette rêverie sur Zaza est solide, bien plus que le « mirage » de la foi en Dieu, qui s’effondre l’été de ses douze ans : « (…) en Zaza j’entrevoyais une présence, jaillissante comme une source, robuste comme un bloc de marbre, aussi fermement dessinée qu’un portrait de Dürer[21]. » Beauvoir reconnaît l’hermétisme de Zaza, corps vivant et pensant, qui lui échappe, autant que l’existence échappe au héros de La Nausée (1938) de Sartre, dont le titre premier était Melancholia, en référence à une lithographie de Dürer[22]. Beauvoir échoue d’ailleurs à se glisser dans la peau de son amie :

J’essayais de voir la chambre avec les yeux de Zaza, de m’insinuer dans ce monologue qui se déroulait d’elle à elle : en vain. Je pouvais toucher tous ces objets où sa présence était inscrite : mais ils ne me la livraient pas ; en me l’annonçant, ils me la cachaient ; on aurait même dit qu’ils me défiaient de jamais m’en approcher. L’existence de Zaza me parut si hermétiquement fermée sur soi que la moindre place m’y était refusée[23].

Zaza, telle une princesse de conte, est gardée par des objets dont le pouvoir est magique et qui empêchent l’approche d’une personne extérieure. Bien plus, ils la rendent invisible, au lieu d’expliquer sa vie quotidienne, ses goûts. Beauvoir n’atteint pas plus le mental de Zaza, ses pensées lui restent obscures. Est-ce une des raisons pour lesquelles Beauvoir l’écrivaine privilégie la forme narrative du monologue intérieur dans ses romans et nouvelles ? Et qu’elle n’hésite pas à transcrire des extraits de ses journaux intimes dans ses volumes mémoriels, afin de réussir à exprimer la vérité d’un·e individu·e, remportant ainsi la victoire sur Zaza ? Et d’apaiser ses propres remords, lorsqu’elle a « refusé d’entrer dans ses soucis » (cf. ci-dessus) ?

L’aura de Zaza est si forte qu’à partir de son apparition au Cours Désir, elle est présente à presque toutes les pages des Mémoires d’une jeune fille rangée. Retarder l’arrivée d’un personnage très important est une technique dramatique classique, utilisée par exemple par Molière dans Tartuffe (1669) : ce dernier n’arrive qu’à l’acte II. Si, jusqu’à l’entrée en scène de Zaza nous ne doutons pas que la jeune fille rangée ne soit Simone, la balance penche désormais en faveur de Zaza, puisque c’est elle qui remue définitivement le conformisme de Beauvoir :

Brusquement, conventions, routines, clichés volèrent en éclats et je fus submergée par une émotion qui n’était prévue dans aucun code. Je me laissai soulever par cette joie qui déferlait en moi, violente et fraîche comme l’eau des cascades, nue comme un beau granit[24].

À cet instant, Zaza est présente en Beauvoir, sans aucun obstacle. L’image puissante de la conversion de Beauvoir à Zaza marque un tournant existentiel et narratif. Zaza prend une place prépondérante dans ce « roman d’apprentissage », selon les termes de Beauvoir[25]. C’est par rapport à Zaza que Beauvoir se situe, les actions de Zaza sont mises en avant, les mouvances de son comportement plus ou moins interrogées.

Si Zaza est plus vivante et vivace que Beauvoir, elle n’est pas anticonformiste et se déchire aux normes de son milieu, plus cruellement que Simone, qui s’en sort, « pay[ant] ma liberté de sa mort[26] ». La biographie de Zaza par Beauvoir commence par des gestes et une parole non stéréotypées, ce qui rejoint la forte impression produite par Élisabeth sur Simone. La vivacité de la première s’oppose au conformisme de la seconde, qui reste cependant maîtresse de la narration[27].

Zaza est d’abord un corps, une présence agile (elle est bonne en gymnastique[28]) et une langue véloce qui, comme le père de Beauvoir, sait devenir actrice et imitatrice. De même que Georges de Beauvoir joue le rôle d’« une cuisinière idiote qui s’appelait Rosalie[29]. », de même Zaza contrefait les professeures du Cours Désir[30]. Un possible désir incestueux de type complexe d’Électre se glisse alors dans la narration.

Et c’est dans le bureau du père de Zaza que les deux enfants parlent et parlent encore : « Nous nous réfugiions dans le bureau de M. Mabille, et loin du tumulte, nous causions. (…) Avec Zaza, j’avais de vraies conversations, comme le soir papa avec maman[31]. » L’écrivaine utilise le verbe « causer », comme plus tard avec Sartre[32], autre similitude entre ses deux amours. En outre, le parallèle que Beauvoir établit entre ses conversations avec Zaza et celle qu’ont ses parents entre eux en indique bien la portée homoérotique ; Simone (le père) et Élisabeth (la mère) forment couple, selon la mémorialiste.

De même, après que Beauvoir a évoqué le voyage en Italie fait par Zaza et une partie de sa famille au printemps 1922[33], elle se coule un peu plus tard dans la peau de son amie, lors de sa visite avortée dans la chambre de Zaza[34] et note la « Sainte Anne de Vinci », c’est-à-dire une reproduction du célèbre tableau de Léonard de Vinci, conservé au Louvre et non dans un musée italien. Cependant, Simone a déjà accompagné Zaza et son père au Louvre[35]. Il n’est pas anodin que la mémorialiste tire un fil transalpin qui va jusque’à sa propre expérience métaphysique à La Grillère :

J’avais lu longtemps, au bord d’un étang, une histoire de saint François d’Assise ; au crépuscule, j’avais fermé le livre ; couchée dans l’herbe, je regardais la lune ; elle brillait sur l’Ombrie mouillée par les premiers pleurs de la nuit : la douceur de cette heure me suffoquait[36].

Si l’autrice ne relie pas ces deux épisodes, notre travail sur le fond d’archives de Zaza pour notre exposition[37] a permis de découvrir que Zaza est allée en Ombrie, à Assise, la ville natale de saint François. Sans remettre en cause la signification spirituelle et viatique de l’envolée hors d’elle-même de Beauvoir, il n’empêche que c’est aussi un crypto-signe de son attachement à Zaza, une strate implicite du palimpseste (auto)biographique.

Ce fil Zaza-Italie continue jusqu’à La Force de l’âge, lorsque Beauvoir associe sa passion pour les voyages et les récits de voyages de Zaza, surtout celui d’Italie[38]. De même, nous avons analysé dans notre thèse le remplacement de Zaza par Sartre, notamment pour les voyages[39]. À la proposition de Zaza en 1928 : « Quand partons-nous ensemble pour voir Séville, Cordoue et Barcelone[40] ? », Beauvoir répond en 1960, dans La Force de l’âge, à propos de Sartre et elle : « (…) ensemble nous partions à la découverte du monde[41]. » et enchaîne son désir de voyage dû à Zaza rentrée d’Italie par le récit de son premier voyage en Espagne, avec Sartre, en 1931[42]. Nous retrouvons l’équation Zaza égale Sartre, ainsi que la bisexualité de Beauvoir.

Nous pouvons voir une annonce de ces voyages-hommages à chaque départ de Simone de Gagnepan, en 1927 puis en 1928 :

Quand vint le jour de mon départ, elle m’accompagna en train jusqu’à Mont-de-Marsan. Nous mangeâmes sur un banc de petites omelettes sèches et froides et nous nous séparâmes sans mélancolie car nous devions nous retrouver à Paris dans peu de temps. (…) Cette année-là, Zaza ne m’accompagna pas à Mont-de-Marsan ; je m’y promenai entre deux trains en pensant à elle. J’étais décidée à lutter de toutes mes forces pour qu’en elle la vie l’emportât sur la mort[43].

Si la biographe de Zaza travestit la réalité pour annoncer le décès prochain de son amie, qui l’a bien accompagnée au moins jusqu’à Mont-de-Marsan, voire jusqu’à Paris en 1929[44], il n’en reste pas moins vrai que départ, train, voyages et Zaza sont liés. De même, le hasard des lignes ferroviaires fait descendre Beauvoir à Bayonne, lorsqu’elle revient de Barcelone à l’automne 1931 et qu’elle part enseigner à Marseille[45]. Bayonne, lieu des origines de Zaza[46] et où elle se rend pour tenir compagnie à « une cousine malade », plutôt que de venir chercher Beauvoir à la Bibliothèque Nationale, souriante « sous sa cloche de feutre rose[47] ». Déjà, la maladie, déjà, le chapeau rose, mais un sourire vivant plutôt qu’un regard mort de reproche. Rien n’est anodin dans la construction (auto)biographique beauvoirienne.

Quant aux portraits à charge des parents de Zaza, la jalousie de Beauvoir est tout à fait palpable vis-à-vis d’une famille bien plus aisée que la sienne et où le couple parental s’entend mieux que ses propres parents, sans compter son ressentiment par rapport à l’amour de Zaza pour sa mère.

Le bureau du père de Zaza répond au bureau du père de Simone, la cuisine étroite où madame de Beauvoir fait la vaisselle au quotidien avec ses filles répond, en moins bien, à la cuisine, bien plus spacieuse, de Haubardin où madame Lacoin et ses filles préparent à manger pour les piques-niques mondains. La division genrée de l’espace marque la structure patriarcale de la société d’alors, peu mixte.

Il n’empêche que les pères s’intéressent à l’éducation de leurs filles, et les aiment. Nous avons montré dans notre exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin à quel point Maurice Lacoin est proche de Zaza[48], ce que montre Beauvoir au début des Mémoires d’une jeune fille rangée, avant le dénigrement, selon elle, de son père par Zaza pendant leur adolescence[49], période où Simone connaît le désamour de son géniteur, qui reproche à sa fille aînée son non-conformisme aux codes bourgeois de la féminité (corps et professorat)[50]. Et le terme « rancune », utilisé par Beauvoir pour parler de Zaza et d’elle par rapport à leurs pères, dit bien l’irritation des deux jeunes filles et la déception dans l’amour qu’elles leur portent.

Zaza et Simone divergent cependant dans leur rapport à leur mère. Là où Beauvoir déclare à l’adolescence que « Ma véritable rivale, c’était ma mère[51] », Zaza ne cesse de réclamer l’affection de sa génitrice, quelle que soit l’époque[52]. Mais Beauvoir n’a-t-elle pas, elle aussi, dans son enfance[53], passionnément aimé sa maman ? La similitude entre l’ascendant maternel sur Simone et celui sur Zaza est troublant, pour le moins. Si ce n’est que Beauvoir s’en détache, de ses propres dires, plus rapidement et plus facilement que Zaza.

C’est surtout la structure familiale bourgeoise qui pose problème à la mémorialiste. Elle s’en explique dans Tout compte fait (1972) :

Ma famille m’a inspiré, à partir de mes seize ans, un désir d’évasion, des colères, des rancunes ; mais c’est à travers l’entourage de Zaza que j’ai découvert combien la bourgeoisie était haïssable. De toute façon, je me serais retournée contre elle ; mais je n’en aurais pas éprouvé dans mon cœur et payé de mes larmes le faux spiritualisme, le conformisme étouffant, l’arrogance, la tyrannie oppressive. L’assassinat de Zaza par son milieu a été pour moi une expérience bouleversante et inoubliable[54].

Il y a bien une immersion de Beauvoir au sein de la famille Lacoin et un désir de vengeance qui s’exprime ici, réalisé dans l’écriture des Mémoires d’une jeune fille rangée et dans le portrait au vitriol de Marguerite et Maurice Lacoin. Beauvoir s’approprie aussi les souffrances de Zaza, qui deviennent un processus dans sa propre libération. Il est d’ailleurs dommage que Beauvoir n’ait pas écrit dans ses Cahiers de jeunesse sur ses deux séjours (1927, 1928) à Gagnepan, car peut-être y trouverions-nous un son un peu moins âpre et vindicatif. Ou, au contraire, la confirmation de ses raisons objectives de haïr particulièrement madame et monsieur Lacoin, ainsi que d’autres personnes de la parenté de Zaza qui « ricanent » et font que Beauvoir a le « cœur lourd » lors de ses séjours à Gagnepan[55]. Ici, la biographie de Zaza se mélange à l’autobiographie beauvoirienne. Zaza devient la victime expiatoire d’un monde haïssable.

Zaza est aussi un double de Beauvoir : double heureux dans une famille aisée et au sein d’une nombreuse fratrie, double dans les tourments qu’elle endure, double dans le poids de la religion dans son existence, double dans une éducation bourgeoise au féminin qui aurait pu être celle Beauvoir (arrêt brutal des études, mondanités, soumission à l’ordre parental), double dans l’amour tourmenté pour son cousin (André pour Zaza, Jacques pour Simone), double dans l’amour pour un apprenti philosophe qui vivra toute sa vie avec sa mère (Merleau-Ponty pour Zaza, Sartre pour Beauvoir), double dans un patriotisme dont le racisme éclate grâce aux voyages, double dans le chemin vers l’écriture.

En effet, si l’expérience berlinoise de la liberté et de l’indépendance est un quasi échec pour Zaza, elle lui aura permis de se défaire de ses clichés racistes sur les « Boches », dix ans après la fin de la Première Guerre mondiale[56]. Beauvoir est plus évasive sur sa propre évolution, depuis son racisme envers les Allemands et les Japonais[57], mais nous avons pu montrer dans nos travaux de doctorat et nos articles que son parcours jusque’à l’antiracisme passe par les voyages, tout comme Zaza. Et, à l’instar de son amie[58], Beauvoir a commencé par une être une bonne Française, patriote catholique, en quêtant pour les « petits réfugiés belges[59] ». Le doublet entre les inséparables est parfait.

Dans les Mémoires d’une jeune fille rangée et dans Tout compte fait, Beauvoir émet l’hypothèse de Zaza écrivaine. D’abord, par un aveu de Zaza elle-même : « Elle aussi, disait-elle, elle aimerait écrire, plus tard, et je l’encourageai[60]. » Dans Tout compte fait, Beauvoir s’interroge : « Pourquoi a-t-elle échoué dans la mort alors qu’elle aurait souhaité vivre, aimer, écrire peut-être[61] ? » Dans Les Inséparables, fiction autobiographique, la narratrice Sylvie (Simone de Beauvoir) est « secrètement convaincue » qu’Andrée (Zaza) écrira[62]. Les correspondances, les journaux intimes et les numéros du Cocorico (journal familial composé pars Zaza) révèlent une autrice en herbe de qualité[63]. Si ce n’est que la mort fauche son talent – et son antiracisme – et que c’est Beauvoir qui poursuit et achève son œuvre, en écrivant la biographie de son amie et en rendant hommage à son talent en la citant régulièrement.

Mais, ce décès, dont Beauvoir fait explicitement une étape dans sa propre libération, sans mourir comme elle l’avait prévu[64], ou plutôt en faisant mourir à jamais son ancien moi de jeune fille rangée, est-ce un assassinat ou un suicide ? Car « (…) les fantômes ne la laissèrent pas longtemps en paix, et en face d’eux elle était bien seule[65]. » Ces ombres sortent de l’imagination de Zaza, ce sont des fantasmes au sens propre du terme. Et pour les combattre, elle n’a que sa volonté, ce qui est peu. Beauvoir note également que « Sa fragilité originelle a rendu ces conflits mortels[66]. » Le point médian de l’analyse beauvoirienne se trouve sans doute dans La Force de l’âge : « Près de moi, j’avais vu Zaza précipitée dans la folie et dans la mort par le moralisme de son milieu[67]. » Beauvoir fait toujours porter la responsabilité de la mort de Zaza sur la société catholique bourgeoise de leur enfance et adolescence, qui n’a pas beaucoup bougé après le premier conflit mondial et qui étouffe toute velléité d’être heureuse, pour Zaza.

Une fois passée les Mémoires d’une jeune fille rangée, la figure de Zaza n’est plus au premier plan des mémoires beauvoiriennes, du moins explicitement. Zaza est cité de ci de là dans La Force de l’âge et dans La Force des choses, avant de reparaître longuement dans le premier chapitre de Tout compte fait, ultime volume mémoriel où Beauvoir est censée parler d’elle-même en priorité, puisque nous avons vu qu’elle met en avant Zaza comme principale protagoniste dans les Mémoires d’une jeune file rangée. Et, dans les volume suivants, l’existence, les faits et gestes de son compagnon principal Jean-Paul Sartre occupe beaucoup de place, avant l’apothéose de La Cérémonie des adieux (1981).

Tout est mouvement, tout est voyage, mais seulement pour Beauvoir. Zaza, elle, d’après son amie, ne peut qu’être une jeune fille rangée, trop bien, dans sa boîte mortuaire. Seule l’écriture permet de l’en sortir, un temps.

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Zaza, une jeune fille trop rangée », Voyages autour de mon cerveau, mai 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=5236


[1] Éliane Lecarme-Tabone, Mémoires d’une jeune fille rangée de Simone de Beauvoir, Paris, Gallimard, « Foliothèque », 2000, p. 122-124.

[2] Ibid., p. 121.

[3] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, Gallimard, « Folio », 1999, p. 503.

[4] Éliane Lecarme-Tabone, Mémoires d’une jeune fille rangée de Simone de Beauvoirop. cit., p. 144-147.

[5] Simone de Beauvoir, Lettres à Sartre. I., Paris, Gallimard, 1990, p. 381.

[6] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 400-401.

[7] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), Paris, L’Harmattan, 2004, p. 275.

[8] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 389.

[9] Expression ô combien beauvoirienne. Cf. Ibid., p. 460.

[10] Ibid., p. 173.

[11] Ibid., p. 496-497.

[12] Ibid., p.400. Cf. aussi Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 141.

[13] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 275.

[14] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 358.

[15] Ibid., p. 502, 503.

[16] Ibid., p. 12.

[17] Cf. notre exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, partie Paris : https://vadmc.hypotheses.org/3135

[18] Simone de Beauvoir, La Force de l’âge, Paris, Gallimard, « Folio », 1998, p. 35.

[19] Pierre Assouline, Vies de Job, Paris, Gallimard, « Folio », 2012, p. 14.

[20] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 158.

[21] Ibid., p. 156-157.

[22] Simone de Beauvoir, La Force de l’âgeop. cit., p. 325.

[23] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 167-168.

[24] Ibid., p. 130.

[25] Simone de Beauvoir, Tout compte fait, Paris, Gallimard, « Folio », 1998, p. 27.

[26] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 503.

[27] Cf. Valérie Stemmer, «Euphorion sans Théagène : Elisabeth Lacoin par elle-même», SELF XX-XXI, Journée d’étude « Zaza, figure et traces », avril 2010 (Cécile Decousu dir.). URL : https://self.hypotheses.org/files/2018/11/Euphorion-sans- Théagène.pdf

[28] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 128.

[29] Ibid., p. 37.

[30] Ibid., p. 125.

[31] Ibid., p. 127.

[32] Simone de Beauvoir, La Force de l’âgeop. cit., p. 19.

[33] Cf. notre exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, partie Italie : https://vadmc.hypotheses.org/3873

[34] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 167-168.

[35] Ibid., p. 160.

[36] Ibid., p. 175-176.

[37] Cf. note 32.

[38] Simone de Beauvoir, La Force de l’âgeop. cit., p. 96.

[39] Tiphaine Martin, « Les récits de voyage dans l’œuvre autobiographique de Simone de Beauvoir », Université Paris 7-Paris Diderot, Stellenbosch University, 2012. Direction : Professeur Julia Kristeva, Dr Éric Levéel.

[40] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 122.

[41] Simone de Beauvoir, La Force de l’âgeop. cit., p. 35.

[42] Ibid., p. 96-104.

[43] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 358, 392.

[44] Notes privées, Association Élisabeth Lacoin.

[45] Simone de Beauvoir, La Force de l’âgeop. cit., p. 104.

[46] Cf. notre exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, partie Sud-Ouest: https://vadmc.hypotheses.org/3143

[47] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 426.

[48] Cf. notre exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, partie « La vie à Paris » : https://vadmc.hypotheses.org/3135

[49] Ibid., p. 160, 161.

[50] Ibid., p. 247, 249.

[51] Ibid., p. 149.

[52] Ibid., p. 162. Simone de Beauvoir, Tout compte faitop. cit., p. 629-630. Cf. aussi notre exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin https://vadmc.hypotheses.org/3873

[53] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 55-56.

[54] Simone de Beauvoir, Tout compte faitop. cit., p. 22.

[55] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 389.

[56] Ibid., p. 419-420. Cf. aussi notre exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, partie « Une Française à Berlin » : https://vadmc.hypotheses.org/3046

[57] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 37-38.

[58] Notes privées, Association Élisabeth Lacoin.

[59] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 40.

[60] Ibid., p. 358. Cf. aussi p. 500.

[61] Simone de Beauvoir, Tout compte faitop. cit., p. 22.

[62] Simone de Beauvoir, Les Inséparables, Paris, Éditions de L’Herne, 2020, p. 147. Cf. aussi p. 166.

[63] Cf. Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), et notre exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin https://vadmc.hypotheses.org/3873

[64] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 131.

[65] Ibid., p. 500.

[66] Simone de Beauvoir, Tout compte faitop. cit., p. 23.

[67] Simone de Beauvoir, La Force de l’âgeop. cit., p. 255.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 1

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

24 avril 2021 : Partir en voyage est toujours un plaisir, mais jamais autant qu’aujourd’hui. Pour la première fois depuis septembre 2020, lors du colloque Sorcières, êtes-vous là ? à Orléans, je franchis les limites de mon département. Et ce, en vue d’un jackpot : je me rends à Haubardin, près de Dax, pour un séjour d’écriture et de recherches archivistiques ; et je suis hébergée au sein de la famille Lacoin.

Quelques précisions s’imposent, pour les néophytes en terre beauvoiriano-lacoinienne. Or donc, il était une fois une petite fille, très fière d’être une brune aux yeux bleus, couvée par ses parents et première de sa classe parisienne du Cours Désir. Un beau matin de rentrée scolaire de 1918, « une petite noiraude, aux cheveux coupés court » se retrouve sur le même banc qu’elle. C’est un coup de foudre amical, puis amoureux, pour la première, une amitié sans faille pour la seconde : « (…) on nous appela désormais : “les deux inséparables”1. ». Non, je ne parle pas d’une version partiellement homosexuelle de L’Amie prodigieuse d’Elena Ferrante, mais bien de la future écrivaine Simone de Beauvoir et de sa meilleure moitié, Élisabeth Lacoin, surnommée Zaza.

En tant que lectrice assidue et comme chercheuse spécialiste de Beauvoir, la figure – oserais-je dire le personnage ? – de Zaza m’a fortement touchée, dès ma première approche des Mémoires d’une jeune fille rangée, au printemps 2000, alors que je m’acheminais vers la fin de mon année de Seconde et de mon premier voyage en avion, aux vacances d’avril, en Martinique, pour voir une de mes meilleures amies, Sarah, qui y avait emménagé un an auparavant avec ses parents. Je me souviens d’ailleurs avoir lu Tout compte fait au retour. Ou comment revenir à Zaza d’une autre manière, puisque Beauvoir reparle de sa « complice » dans ce dernier tome mémoriel.

Mon projet d’exposition vient justement de mes lectures et relectures de l’œuvre beauvoirienne, où Zaza est très présente, sous différents masques : jeune bourgeoise assassinée par son milieu, elle se nomme Élisabeth/Zaza Mabille dans les Mémoires, Anne dans la nouvelle éponyme du recueil Quand prime le spirituel, et Andrée dans le récit Les Inséparables. Je souhaitais donc, en cet automne 2020, sortir Élisabeth Lacoin de la gangue beauvoirienne, où Simone a placé son inséparable pour l’éternité, avec elle dans ses Mémoires d’une jeune fille rangée. J’ai donc pris contact avec Anne-Marie Taupin, fille de Vincent Lacoin frère de Zaza, et présidente de l’Association Élisabeth Lacoin, en novembre 2020, en lui proposant une exposition virtuelle sur sa tante, sur mon carnet de recherches Voyages autour de mon cerveau. Les membres de l’association ayant donné leur accord, j’ai commencé à échanger avec certain·es d’entre elles et eux, par visioconférence et par messages. Tout s’est si bien passé qu’Anne-Marie Taupin et Françoise Lacoin, une autre des enfants de Vincent Lacoin, m’ont invitée chez elles dans les Landes et le Pays basque. Cet énorme cadeau m’a fait flotter sur de bleus nuages et sourire toute seule dans mon bureau-bibliothèque bourguignon.

Et quand vint le moment de boucler ma valise, l’euphorie légère m’a fait siffloter gaiement. Ce fut pareil pendant mon trajet, même lorsque mes yeux se sont exorbités devant le graffiti « Non à la GPA-Non à la PMA-1 Papa – 1 Maman », en marge de l’autoroute, au niveau d’Orléans-Nord. Puis, je me suis détendue devant les panneaux « Chambord_Mer », « Tours », « Cheverny », « Chambord », « Amboise», « Blois », « Le Clos-Lucé », traces vivantes de notre histoire royale et surtout culturelle, époque où François Ier rejoignait, dit-on, son peintre et technicien préféré par un long couloir souterrain. Du moins, c’est ce que nous avait raconté le guide de la demeure de Léonard de Vinci lorsque je l’avais visité gratuitement avec mes parents dans les années quatre-vingt dix, grâce à mon abonnement au Petit Léonard, revue d’art pour enfants.

Dernière anecdote culturelle, avant de m’arrêter à Châtellerault pour manger, puis avant Bordeaux afin de me dégourdir les jambes, j’ai stoppé ma fière cavale sur l’aire d’autoroute de Meung-sur-Loire. J’ai eu une pensée émue pour le jeune Gascon qui a eu tant d’aventures dans cette bourgade, à cause de la couleur et de la carrure de sa jument, alors que lui montait à Paris. Oui, avant La Jument verte de Marcel Aymé (un Icaunais comme moi), il y a eu la jument jaune de d’Artagnan, le fameux

bidet du Béarn [dont les] qualités étaient si bien cachées sous son poil étrange et son allure incongrue que, dans un temps où tout le monde se connaissait en chevaux, l’apparition du susdit bidet à Meung, où il était entré il y avait un quart d’heure à peu près par la porte de Beaugency, produisit une sensation dont la défaveur rejaillit jusqu’à son cavalier2.

 

Heureusement, mon entrée et ma sortie de l’espace de pique-nique se sont effectuées sans tambour ni trompette.

Et je suis arrivée tranquillement à destination, soit à cinquante mètres de Haubardin, près de Dax, une des demeures familiales des Lacoin, où Zaza retrouvait sa grand-mère paternelle Marie Darracq, dite Bonne-Maman, sœur de sa grand-mère maternelle Céline Darracq, dite Anmé, qui habitait à Gagnepan, à une heure de Haubardin. Accueil souriant de la famille Taupin, apéritif et dîner en plein air – mon premier de ce printemps 2021 -, discussion jusqu’à une heure avancée : tout commence très bien.

 

Site de l’Association Élisabeth Lacoin : http://zazalacoin.fr

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 1 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1597

 

1 Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, Paris, Folio, 1999, p. 126.

Alexandre Dumas, Les Trois Mousquetaires, Paris, Le Livre de Poche, 2009, p. 57-58.

 

 

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Interview J. Coffin

Pour l’amour des lettres – Interview de Judith Coffin

Judith Coffin est professeure et chercheuse à l’Université du Texas. Son ouvrage Sex, Love and Letters. Writing  Simone de Beauvoir est paru en septembre 2020 chez Cornell University Press.  Elle travaille également sur Ménie Grégoire et Françoise Giroud. Un grand merci à elle de nous avoir répondu directement en français.

Tiphaine Martin – Comment êtes-vous venue à lire et à travailler sur Simone de Beauvoir, puis sur la correspondance de ses lecteurs et lectrices ?

Judith Coffin – J’écrivais un compte-rendu de quelques ouvrages au sujet du Deuxième Sexe quand je suis tombée sur un article de Mauricette Berne, l’archiviste et conservatrice générale au département des Manuscrits à la Bibliothèque Nationale. L’article se trouvait dans le beau volume créé pour le cinquantenaire du Deuxième Sexe par Christine Delphy et Sylvie Chaperon (Paris, Syllepse, 2002). Dans ce recueil, Mauricette Berne parlait des lettres de Beauvoir et je suis donc moi-même allée les consulter. Il n’y avait qu’une centaine de lettres au moment de ma visite, la collection n’étant pas encore cataloguée. Mais j’ai été bouleversée par cette collection –pour reprendre le mot préféré des lectrices et lecteurs dans leurs lettres à Simone de Beauvoir. Quel déferlement d’émotion, de projections, d’identification, d’attentes, de déceptions et de passions !

Je ne suis pas venue à ce sujet par le biais de la philosophie mais plutôt par celui de l’histoire sociale et culturelle. J’avais travaillé sur le genre, le travail des femmes, la consommation, et la sexualité. Je m’intéressais à la culture de masse, et à l’histoire du savoir social et de la connaissance de soi. J’ai beaucoup admiré La Lecture et La Vie de Judith Lyon-Caen, une analyse des lettres à Balzac. J’avais travaillé et écrit sur les archives de Ménie Grégoire. Mais petit à petit, les lettres de Beauvoir ont pris le dessus. Comme le dit si bien Amélie Nothomb dans Une forme de vie en parlant de son rapport épistolaire avec ses lectrices et lecteurs « (…) les autres ont tant de façon de débarquer chez vous et de s’imposer. » En plus, l’existence même de cette collection – le fait que Beauvoir a conservé cette correspondance — m’impressionnait. Je me suis rendu compte qu’il fallait penser l’archive en tant qu’objet historique produit par et représentant un moment bien particulier du vingtième siècle.

T.M. – Votre plus beau souvenir de lettre, dans un hasard proustien (sans réfléchir) ?

J.C. – Il y en a tant ! Mais voici une belle lettre, d’une jeune femme de 16 ans en 1963. Le Deuxième Sexe, comme Le Discours de la méthode, lui a appris à penser, dit-elle. Mais sa réaction au deuxième tome du Deuxième Sexe est plus vive :

 (…) je sentais d’une façon vague et confuse tout ce qui m’attendait dans ma vie, tout ce que j’allais vouloir faire sans le pouvoir faire, tout ce qui était d’injuste et ridicule dans la vie des femmes. Maman ne m’a pas défendu de lire ce livre, mais elle m’a dit qu’il n’était pas intéressant. Pas intéressant ???!!!!… Je l’ai dévoré et, en prenant des notes, j’ai fait de lui mon arme de bataille, mon livre de chevet (…).(17 novembre, 1963)

On entend bien la voix de jeune fille rebelle ; en fait, il y a relativement peu de lettres dans ce genre – moins qu’on en attend.

Par contre, voici une lettre d’une militante syndicale, impatiente et découragée :

(…) Alors on ne sait plus quoi faire. Brandir le drapeau du féminisme ? A quoi bon ? Faire des activités purement féminines ? Il y aurait le danger de retomber dans la complicité des démissions collectives. S’imposer, non comme femme, mais comme être humain ? On cherche toujours des motivations “féminines” et par là on vous refuse toute valeur (…). (16 nov. 1963)

Une belle illustration des impasses du féminisme dans la vie quotidienne.

T.M. – Quelle est la ligne directrice de votre ouvrage et comment est-il organisé ?

J.C. – Le livre traite de ce rapport intime et réciproque entre Beauvoir et ses lectrices/lecteurs. Je voudrais d’ailleurs en souligner la réciprocité, car l’on peut concevoir cette correspondance comme une collaboration. Cette intimité a plusieurs sources, dont le caractère même du genre épistolaire, le pouvoir de la lecture, la culture de la célébrité qui s’imposait alors à travers le pays (et le monde) à ce moment du vingtième siècle, les sujets intimes évoqués par ces lecteurs, sujets qui étaient tabous et pourtant prenaient de plus en de plus d’importance dans la culture, mais aussi le courage avec lequel Beauvoir semblait se risquer en tant qu’écrivaine et individu dans ses écrits autobiographiques. Cette intimité était souvent une invention du lecteur, un fantasme qui ancrait et encrait leur désir d’une relation privilégiée avec Beauvoir. Mais ce n’est pas parce qu’elle est fantasmée que l’intimité perd de son pouvoir ; elle continue à irriguer l’imaginaire de celles et ceux qui continuent d’écrire à Beauvoir. Dans mon ouvrage, je suis le cours de ces correspondances à partir de la publication du Deuxième Sexe (1949) et jusqu’à la rédaction de Tout compte fait (1972). On traverse donc plusieurs des périodes les plus tumultueuses qui ont suivi la Deuxième Guerre mondiale, en particulier, l’après-choc de la guerre, la Guerre d’Algérie, et l’apogée de la libération de la femme et de la libération homosexuelle après 1968.

T.M. – Beauvoir parle régulièrement dans ses mémoires des lettres qu’elle reçoit, s’en est-elle inspiré pour construire ses personnages romanesques ?

J.C. – Oui ! À plusieurs reprises (voir Tout compte fait, Gallimard, Folio, p. 171-179). Le plus intéressant, à mon avis, est sa nouvelle « La femme rompue » (1968). D’ailleurs, Beauvoir en parle longuement dans Tout compte fait 

J’avais récemment reçu les confidences de plusieurs femmes d’une quarantaine d’années que leurs maris venaient de quitter pour une autre. Malgré la diversité de leurs caractères et des circonstances, il y avait dans toutes leurs histoires d’intéressantes similitudes : elles ne comprenaient rien à ce qui leur arrivait… elles se débattaient dans l’ignorance et l’idée m’est venue de donner à voir leur nuit.

Monique, femme mécontente et mal-aimée de « La femme rompue », sert à illustrer les confusions et les impasses parmi lesquelles une femme peut se perdre à l’intérieur d’elle-même. « Elle tisse elle-même les ténèbres dans lesquelles elle sombre au point de perdre sa propre image, » dit Beauvoir (TCF, 175). Monique n’est pas un personnage particulièrement sympathique ni attirant ; il y en a beaucoup qui ont trouvé l’histoire morne et sans intérêt. Mais – et ce fait a beaucoup irrité Beauvoir- ce sont justement les lectrices que Beauvoir espérait éduquer qui ont tout de suite adoré le personnage de Monique : « … je fus submergée de lettres émanant de femmes rompues, demi-rompues, ou en instance de rupture. » Non seulement les lectrices s’identifiaient-t-elles à Monique, mais elles l’admiraient. Autrement dit, pour Beauvoir, elles avaient aussi mal compris leurs situations que l’avait Monique : elles étaient aveugles, « leurs réactions reposaient sur un énorme contresens. » (TCF, 177-8). Cet échange sur le sens du personnage de Monique m’intrigue. D’autres chercheuses l’ont analysé : Toril Moi, Elizabeth Fallaize, Suzanne Dow, et récemment Marine Rouch avec vous-même, Tiphaine [voir ici, merci Judith !], ce qui montre bien que ce rapport, ce malentendu continue à fasciner.

De mon point de vue, pour commencer, les lectrices qui semblaient ressembler à Monique sont infiniment plus intéressantes que ce que ne le suggère Beauvoir. En plus, elles refusent de reconnaitre la condescendance de Beauvoir envers elles et, de la même manière, se rebellent contre une culture qui les méprise. Pour beaucoup d’entre elles, la situation de la femme, ce « minuscule quotidien» est « misérable » mais non pas « méprisable » comme l’écrivait une lectrice. Pour passer maintenant de cette correspondance à des questions historiographiques, cet épisode m’a beaucoup fait penser à ce que Lauren Berlant appelle the female complaint, laquelle représente une désillusion profonde face aux défauts et aux insuffisances du monde et la recherche d’une forme de consolation ou de communauté quelconque. Et ce refus et cette désillusion engendrent un attachement particulier aux « fantasme du conventionnel » (Berlant, The Female Complaint: The Unfinished Business of Sentimentality in American Culture Durham, [North Carolina] ; London : Duke University Press, copyright 2008). Au cours de l’histoire, ce « female complaint » se croise, s’entremêle et se confond avec un féminisme qui renonce forcément au fantasme du conventionnel. Cela rend l’histoire du féminisme difficile, pétrie d’ambivalence face à la question de l’émancipation et aux moyens de s’émanciper. Ce que je prends de Berlant, c’est une manière de conceptualiser tout un registre d’émotions et de désir qui ne s’imagine pas politique et qui travaille l’histoire du féminisme de l’intérieur. C’est un des fils conducteurs de mon livre. Je voulais écrire une histoire du féminisme qui ne refuse pas ses propres ambivalences.

T.M. – Quels sont vos projets éditoriaux ?

Je m’intéresse maintenant à Histoire d’O., de Dominique Aury. Elle a écrit en 1950 un fascinant compte-rendu du Deuxième Sexe en même temps qu’elle rédigeait Histoire d’O. J’adore ce genre de juxtapositions qui paraissent tellement incongrues – il s’agit pour moi d’ essayer de comprendre la logique historique qui les a produit, tout comme j’ai pensé à ce moment où Kinsey et Beauvoir se sont tous deux attachées à penser la questions de la sexualité. A Short Biography of the Story of O propose donc une analyse la politique de l’après-guerre dans le contexte de l’éros et de la sexualité, pour pouvoir ensuite placer ce moment dans la longue histoire du féminisme. Je continue aussi à travailler sur Ménie Grégoire et l’histoire de la radio, sujet qui me fascine depuis longtemps, et qui est aussi une forme d’intimité imaginaire.

Judith Coffin

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Judith Coffin, « Pour l’amour et des lettres – Interview de Judith Coffin », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/926

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Exposition Beauvoir médiathèque

Exposition Simone de Beauvoir, médiathèque Olympe de Gouges – Joigny

En novembre 2019, la direction des affaires culturelles ainsi que les bibliothécaires de la médiathèque Olympe de Gouges à Joigny ont accepté mon projet d’exposition sur Simone de Beauvoir, dans le cadre des soixante-dix ans de la parution du Deuxième Sexe.

J’ai alors effectué une conférence intitulée « Simone de Beauvoir, la vie, l’écriture et les voyages » à la médiathèque, afin d’établir un lien entre l’exposition et l’ensemble de l’existence beauvoirienne. Quelques jours avant ma conférence, j’ai été interviewée par Mathieu Doucet pour France Bleu Auxerre : https://www.francebleu.fr/emissions/france-bleu-auxerre-midi/auxerre/simone-de-beauvoir-amour-et-voyages

Suite à ma conférence, j’ai été interviewée par Isabelle Clermont, du journal local L’Yonne républicaine : https://www.lyonne.fr/joigny-89300/actualites/une-conference-avait-lieu-samedi-apres-midi-a-la-mediatheque-olympe-de-gouges_13697686/#refresh

Première partie de mon exposition, ma présentation de Simone de Beauvoir :

Simone de Beauvoir (9 janvier 1908-14 avril 1986) est une écrivaine, journaliste, philosophe, dramaturge, essayiste. Elle est la grande figure du féminisme universaliste français de la seconde moitié du vingtième siècle, avec Le Deuxième Sexe (1949). Beauvoir milite pour que les femmes aient les mêmes droits et les mêmes devoirs que les hommes, quel que soit le pays.

Outre un recueil de nouvelles, elle a écrit plusieurs romans, dont Les Mandarins, prix Goncourt 1954 : quels choix font les intellectuels à la Libération ? comment sortir du cauchemar de la Seconde Guerre mondiale ? comment oser vivre ? Les échappées des personnages hors de la France leur font toucher au Portugal de Salazar, à l’Espagne de Franco et … à l’amour d’un bel Américain de Chicago, avec lequel il est possible de se rendre au Mexique, pour renaître enfin.

Le voyage est la grande passion de Simone de Beauvoir. Elle a rêvé sur les planches de son atlas, puis son grand-père paternel lui a fait découvrir les plantes, les insectes et la petite rivière du parc de Meyrignac, dans sa propriété du Limousin. Petit à petit, la jeune fille se promène seule dans la campagne, avec sa sœur cadette Henriette, loin de leur école catholique parisienne, le Cours Désir. Simone y a rencontré Élisabeth Lacoin, dite Zaza. Leur longue amitié est brisé lorsqu’elles atteignent 21 ans. Zaza décède brutalement, laissant Beauvoir inconsolable. L’écrivaine ne parvient pas à faire entrer son amie dans une fiction. Il lui faut l’écriture de ses Mémoires d’une jeune fille rangée (1958) pour qu’Élisabeth entre au panthéon des Lettres.

Côté cœur, Beauvoir a rencontré le futur philosophe Jean-Paul Sartre en 1929, lorsqu’ils préparaient l’agrégation de philosophie à la Sorbonne. Outre leur longue histoire, elle a de nombreux compagnonnages avec des femmes et des hommes, dont l’actrice Olga Kosakiewicz, l’écrivain nord-américain Nelson Algren, le réalisateur Claude Lanzmann. Jamais Beauvoir ne relâchera son combat contre l’antisémitisme. En témoignent la production du film de Lanzmann Shoah (1985) et sa préface au Treblinka (1966) de Jean-François Steiner. Simone se mobilise également pour les guerres de décolonisation, tant en Indochine qu’en Afrique du Nord. Elle se rend en 1974 dans le Portugal de la Révolution des Œillets, en 1955 dans la Chine de Mao, en 1960 dans le Cuba de Castro et du Che… mais aussi au Japon en 1966 et dans bien d’autres pays, dont l’Italie, où elle prend régulièrement ses vacances.

Admirée, critiquée, mise à l’Index par le Vatican, Beauvoir est entrée dans la Pléiade en juin 2018. Son amour des livres, mais aussi du cinéma, de la peinture, des alcools divers et des bons petits plats y éclatent. Simone de Beauvoir, cette femme vivante.

Conférence le 30 novembre 2019, 15h : Simone de Beauvoir, la vie, l’écriture et les voyages

Deuxième partie de mon exposition, abécédaire de Beauvoir :

Beauvoir en dix points

Amitié : avec sa meilleure amie Zaza : « Nous nous sommes mises à parler, à raconter, à commenter : les mots se précipitaient sur mes lèvres, et dans ma poitrine tournoyaient mille soleils (…). » Mémoires d’une jeune fille rangée, Folio, 1999 (1958), p. 130.

Amour : « Le temps et l’espace sont suspendus, immobiles devant un visage qui contient l’essence de tout ce qu’il y a de précieux au monde. » Août 1965, « Une célèbre Française explique ce que l’amour est et ce qu’il n’est pas », McCalls (journal américain), in  Les Écrits de Simone de Beauvoir, Gallimard, 1979, p. 413.

Cinéma : « La plupart des Français aiment alterner les envolées mystiques et la grivoiserie et vice-versa. Avec B.B. c’est peine perdue. Elle les coince et les oblige à être honnêtes avec eux-mêmes. Ils sont forcés d’admettre la grossièreté de leur désir, dont l’objet est très précis : ce corps, ces cuisses, ces fesses, ces seins. » Août 1959, « Brigitte Bardot and the Lolita Syndrom », traduction de Claude Francis et de Fernande Gontier, in Les Écrits de Simone de Beauvoir, Gallimard, 1979, p. 370-371.

Écriture : « Il y a un effort de reconstruction du réel avec les mots qui est, à mon avis, plus difficile dans le roman que dans un récit autobiographique qui se base sur la vérité. » In Josée Dayan, Malka Ribowska, Simone de Beauvoir, Gallimard, 1979, p. 29.

Féminisme : « Et ce serait une erreur de penser que, pour être féministe, il ne faut pas avoir d’enfants : loin de là ! » In Francis Jeanson, « Entretiens avec Simone de Beauvoir », Simone de Beauvoir ou l’entreprise de vivre, Seuil, 1966, p. 263.

Jeunesse : « Je me plais particulièrement dans la compagnie des jeunes. (…) Changer la vie leur semble urgent, parce que c’est leur propre avenir qui est en question. » Tout compte fait, Folio, 1998 (1972), p. 84.

Musique : rencontre avec Boulez en 1961 : « Il nous expliqua comment on restitue la musique ancienne, comment s’opère un enregistrement : pas en une fois comme je le croyais, mais par petits morceaux ; on colle bout à bout les fragments du ruban enregistreur comme on monte un film. » La Force des choses. II., Folio, 1999 (1963), p. 401.

Peinture : « (…) la peinture qui m’offre de si grandes jouissances : Picasso, Derain, Cézanne, Foujita. » Janvier 1927, Cahiers de jeunesse, Gallimard, 2008, p.258.

Théâtre : « J’allai à Porgy and Bess présenté d’une manière ravissante par une troupe américaine, et aux Sorcières de Salem que Rouleau avait très bien monté. » La Force des choses. II., Folio, 1999 (1963), p. 66.

Voyages : « Voyager : ç’avait toujours été un de mes désirs les plus brûlants. Avec quelle nostalgie, jadis, j’avais écouté Zaza quand elle était revenue d’Italie ! » La Force de l’âge, Folio, 1999 (1960), p. 96.

Troisième partie de mon exposition, « Échantillon des œuvres et des goûts de Simone de Beauvoir », à partir des ouvrages présents dans la médiathèque  :

  1. Livres :

– Œuvres de Beauvoir : 

  • Le Deuxième Sexe : « Écrit en moins de deux ans, publié en 1949, scandale énorme. Lire absolument cette analyse de la condition féminine. Exemple : “Être féminine, c’est se montrer impotente, futile, passive, docile.” »
  • Mémoires d’une jeune fille rangée : « Mes parents, ma sœur, mon cousin Jacques, ce drôle de Sartre, les amitiés, la nature en Limousin, la scolarité, mon évolution, Paris.»
  • Une mort très douce : « La mort de sa mère et la description de l’acharnement thérapeutique. Toujours actuel, toujours fort en sentiments haine/amour envers la figure maternelle. »
  • Lettres à Nelson Algren : « Grenouille Simone écrit à son cher Crocodile Nelson. Mais les amours transatlantiques sont parfois difficiles… »

Treblinka, Jean-François Steiner : « (…) dans ma préface, j’essayais de défendre Steiner contre l’accusation d’antisémitisme que certains ne manqueraient pas de porter contre lui. » Tout compte fait, Folio, 1998 (1972), p. 182.

Shoah, Claude Lanzmann : « Le grand art de Claude Lanzmann est de faire parler les lieux, de les ressusciter à travers les voix, et, par-delà les mots, d’exprimer l’indicible par des visages. » Simone de Beauvoir, « “Shoah”, la mémoire de l’horreur », Le Monde, 29 avril 1985.

– Le Lièvre de Patagonie, Claude Lanzmann, Gallimard, 2008 : « J’exhortai ma chérie, sans peine ni effort, à boire avec moi, et les gouttelettes de sueur qui perlaient sur sa lèvre supérieure m’émouvaient tant que je les aspirai dévotement. » p. 262.

B. DVD :

– Les Temps modernes, Charlie Chaplin : « Nous assistâmes à deux séances de suite, nous aurions voulu connaître toutes les images par cœur. » La Force de l’âge, Folio, 1999 (1960), p. 279.

-Drôle de drame, Marcel Carné (1937) : « Autrefois L’affaire est dans le sac, plus récemment Drôle de drame, mis en scène par Carné, avec Barrault, Jouvet, Françoise Rosay nous avait charmés. » La Force de l’âge, Folio, 1999 (1960), p. 399.

-Le Voleur de bicyclette, Vittorio de Sica : « Je vis quelques films ; sur Le Voleur de bicyclette, je partageai l’avis de Cocteau : c’était Rome et un chef-d’œuvre. » La Force des choses. I., Folio, 1998 (1963), p. 272.

-Rocco et ses frères, Luchino Visconti : à Moscou, en juin 1962, avec la famille d’un cinéaste soviétique: « La femme de Kheilfitz et leur fils d’une vingtaine d’années, sont arrivés au café  : ils venaient de voir Rocco et ses frères, elle était remuée et ravie. » La Force des choses. II., Folio, 1999 (1963), p. 479.

C. Livres d’art :

-De Greco à Picasso : [exposition] Musée du Petit Palais, Paris, 10 octobre 1987-3 janvier 1988 : Giacometti parle à Beauvoir de Picasso : « (…) devant chaque nouvelle œuvre, il est comme un adolescent qui commence à peine à découvrir les ressources de l’art. » La Force des choses. I., Folio, 1998 (1963), p. 124.

-De Cézanne à Matisse : chefs-d’oeuvre de la Fondation Barnes : 1931 : « Je marchai sur des chemins rouges et ocre, à travers la plaine d’Aix où je reconnaissais les toiles de Cézanne. » La Force de l’âge, Folio, 1999 (1960), p. 107.

Jean Dubuffet, Centre d’art de Tanlay (Yonne) : « Je connaissais assez bien Dubuffet. (…) C’était, en deçà de ce monde, un autre monde, dérisoire et pourtant joyeux. » Tout compte fait, Folio, 1998 (1972), p. 276. 

D. CD :

-Le Sacre du Printemps, Stravinsky, Igor (1882-1971) (Interprétation de Boulez) : 1927 : « (…) deux fois, Le Sacre du Printemps me transporta. » Mémoires d’une jeune fille rangée, Folio, 1999 (1958), p. 364.

-La Confiture, Les Frères Jacques : passage des Frères Jacques dans la cave/cabaret La Rose rouge : « J’y entendis Les Frères Jacques : leur vogue était énorme et méritée. » La Force des choses. I., Folio, 1998 (1963), p. 247.

-Déshabillez-moi, Juliette Gréco : 1949, avec Nelson Algren : « Dans un grenier d’Antibes où avait émigré le club du Vieux-Colombier, nous écoutâmes Luter ; Gréco chanta (…). » La Force des choses. I., Folio, 1998 (1963), p. 256.

-Quella Fiamma !, Michelle Robert pour « The Man I Love » George Gershwin : « (…) la plainte des hommes, leurs joies égarées, les espoirs brisés avaient trouvé pour se dire une voix brutalement jaillie du cœur de leur nuit et secouée de révolte (…). » La Force de l’âge, Folio, 1999 (1960), p. 161.

Et voici les photos de mon exposition :

                        @Tiphaine Martin

@Tiphaine Martin

@Tiphaine Martin

@Tiphaine Martin

@Tiphaine Martin

@Tiphaine Martin

@Tiphaine Martin

@Tiphaine Martin

@Tiphaine Martin

@Tiphaine Martin

 

@Tiphaine Martin

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Exposition Simone de Beauvoir, médiathèque Olympe de Gouges – Joigny », Voyages autour de mon cerveau, mai 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/213

 

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube