Archives par étiquette : Turban

Interview A. Tavakkoli

Le spectre du Deuxième Sexe – Interview d’Amirpasha Tavakkoli

Amirpasha Tavakkoli est Docteur en Sciences Politiques et enseignant à Sciences Po Paris. Il analyse son rapport à Beauvoir, qu’il en soit remercié.

Tiphaine Martin – Quand avez-vous rencontré Beauvoir ? par la lecture à l’école, par la lecture conseillée par … un·e membre de la famille, un·e amie ?

Amirpasha Tavakkoli – J’ai lu pour la première fois Beauvoir quand j’ai commencé mes études à l’université en Iran. J’ai été impressionné par sa remise en question profonde des doxas philosophiques du Siècle des Lumières et sa critique acerbe de Marx, Freud et Nietzsche, les trois « maîtres de soupçon » pour reprendre l’expression de Ricœur. En lisant Beauvoir, je me suis rendu compte de l’importance de la question des femmes et de leur émancipation dans la fabrique d’un ordre égalitaire. Beauvoir rappelle que malgré la participation des femmes dans les plus grandes révolutions des temps modernes, elles ont été exclues du statut de citoyen. Remarque qui m’a paru fondamentale, car très peu de temps après le triomphe de la Révolution en Iran, le gouvernement révolutionnaire a mis en place une politique discriminatoire à l’égard des femmes. Par ailleurs, les intellectuels français les plus progressistes de l’époque sont restés indifférentes à l’égard des politiques sexistes du gouvernement iranien, sous prétexte que la question des femmes était une affaire secondaire, voir même marginale, comparée à d’autres préoccupations de l’époque. Beauvoir a vu très tôt la direction sexiste de la révolution iranienne, mais malheureusement elle n’a pas été prise au sérieux. Nous voyons que le problème de la discrimination à l’égard des femmes a empiré de plus en plus depuis la Révolution et que les revendications égalitaires féministes sont aujourd’hui au centre des luttes sociales au sein de la jeunesse iranienne.

En poursuivant ma lecture des écrits philosophiques de Simone de Beauvoir, je me suis aperçu également que le « phallogocentrisme» philosophique se retrouve face  à l’impensé de son discours sur la condition des femmes. Reprendre et revoir l’histoire de la philosophie sous l’angle du féminisme est un projet qui a été lancé par Simone de Beauvoir, et tout intellectuel soucieux du bien-commun est censé le poursuivre. Ainsi, nous pouvons dire qu’un spectre hante l’avènement de la modernité en Occident : le spectre du deuxième sexe.

T.M. – Quelle a été, quelle est, l’influence de Beauvoir sur votre existence ?

A.T. – Beauvoir a été un modèle pour moi dans certaines circonstances de ma vie. En lisant les mémoires de Simone de Beauvoir, j’ai enfin compris l’importance capitale de désobéir dans l’ «aventure d’être soi ». Hannah Arendt considère le courage dans le champ de l’action et de la pensée comme une vertu. Beauvoir est une intellectuelle vertueuse au sens arendtien du terme, car tout son parcours intellectuel est marqué par le « courage de la vérité » et la lutte contre les injustices. Le parresia et surtout le fait de ne pas avoir peur de ‘dire vrai’ m’ont toujours impressionné chez elle. Par ailleurs, le parcours militant et intellectuel de Simone de Beauvoir met en valeur la dimension humaniste du féminisme. Ainsi je suis devenu féministe, car en me prolongeant dans l’univers de Simone de Beauvoir, j’ai appris que ce ne sont pas uniquement les femmes qui sont concernées par le combat féministe pour l’égalité des droits et des devoirs. En effet, tout personne engagée et responsable se sent concernée par le féminisme, si elle ou il souhaite combattre l’une des formes les plus anciennes de domination, celle de la domination masculine. Grâce à Simone de Beauvoir, aujourd’hui en tant qu’homme, je suis heureux de pouvoir me détacher de toute virilité toxique et combattre le patriarcat dans toutes ses formes et dans toute condition.

 

T.M. – Beauvoir en un mot pour vous ?

A.T. – Révolte.

 

T.M. – le symbole deBeauvoir pour vous (objet, vêtement…) ?

A.T. – Turban, cigarette et un sourire qui se cache minutieusement derrière la fumée.

Amirpasha Tavakkoli

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Amirpasha Tavakkoli, « Le spectre du Deuxième Sexe – Interview d’Amirpasha Tavakkoli », Voyages autour de mon cerveau, avril 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1516

 

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Texte Beauvoir A. Eludut

Alain Eludut – L’influence de Beauvoir

Alain Eludut fait partie de Zeromacho – Des hommes  engagés contre la prostitution et pour l’égalité (https://zeromacho.wordpress.com). Lisons son opinion :

  • J’ai rencontré Beauvoir uniquement par la lecture, mais avant de la lire il y a une dizaine d’années ou un peu plus, je la connaissais pour avoir lu des citations, des témoignages de personnes l’ayant connue… Je vais bientôt avoir 70 ans, j’aurai pu effectivement la rencontrer directement, mais hélas, je ne connaissais personne qui aurait permis une rencontre. J’ai commencé à lire des ouvrages féministes dès le milieu des années 1970, en particulier Notre corps, nous-mêmes (je l’avais offert à mon épouse d’alors). Puis j’ai lu dans ces années-là Le Prince charmant de George Falconnet, La Fabrication des mâles de Falconnet et Lefaucheur, et un peu plus tard Du côté des petites filles de Belotti et La Femme potiche & la femme boniche de Claude Alzon. Mais tous ces ouvrages ne sont pas Beauvoir, bien que tous lui doivent certainement quelque chose.

  • Je n’ai jamais fantasmé sur Beauvoir, ni sur la personne qu’elle représentait, ni après l’avoir vue nue dans Le Nouvel Obs.  Je me souviens de la question qui avait été posée : aurait-on montré les fesses de Sartre ?

  • Beauvoir a très certainement influencé l’homme que je suis devenu, proféministe. Je ne veux pas dire qu’elle est à la racine du féminisme, mais l’ayant lue assez tardivement finalement, son aura est telle qu’elle représente quelque chose de particulier, bien que je me rende compte qu’à présent nombre de jeunes féministes ne la mettent pas particulièrement en avant, bien au contraire, elle fait partie du monde ancien de la deuxième vague du féminisme, et pour certaines, elle représente un féminisme dépassé. Mes lectures féministes dans les années 2000 se sont multipliées, mais je garde d’elle la force et le courage d’avoir écrit Le Deuxième Sexe, un livre passionnant.

  • En un mot… « La statue du commandeur» : malheureusement, je regrette cette vision à la fois autoritaire et mystique, mais sans doute cela tient-il à sa manière d’être, sa « rigidité » de statue justement, et la formalisation de ses propos.

  • Le symbole : Le chignon, ou le turban, bien sûr !

Alain Eludut

Pour citer cet article : Alain Eludut, « Alain Eludut – L’influence de Beauvoir », Voyages autour de mon cerveau, mai 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/83

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube