Archives par étiquette : Université

Beauvoir Sagan VADMC

Beauvoir-Sagan, l’admiration tendue

Les  photographies de couverture sont issues de Wikimedia Commons.

L’écrivaine Simone de Beauvoir fait volontiers l’éloge de ses consœurs et confrères dans ses mémoires, dont celui de Françoise Sagan, dont le Bonjour tristesse paraît la même année que ses Mandarins (prix Goncourt), soit en 1954. Beauvoir aurait-elle craint que sa cadette ne lui fasse de l’ombre ? Ou est-elle rebutée par la veulerie de Cécile, l’héroïne saganienne ? En l’absence de témoignage(s) direct(s), nous en sommes réduites aux conjectures. Reste ce qu’en écrit Beauvoir presque dix ans plus tard, dans La Force des choses (1963), troisième tome de ses mémoires :

(…) Françoise Sagan. Je n’aimais guère son roman : je devais plus tard préférer Un certain sourire, Dans un mois dans un an ; mais elle avait une manière plaisante d’éluder son personnage d’enfant prodige1.

Dans un premier temps, Beauvoir préfère la personne au roman. Elle note se délecter de Un certain sourire (1956) et Dans un mois, dans un an (1957), soit les deux romans suivants de Sagan, également centrés sur une héroïne, Dominique et Josée. Et qui paraissent juste avant 1958, année de publication du premier tome des mémoires de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée.

D’après les propos de Beauvoir, leurs rapports seront toujours emprunts d’une certaine distance :

Sortie du cercle de mes intimes je naimais causer avec les gens qu’en tête à tête, ce qui permet souvent de brûler l’étape des banalités mondaines ; je regrettais de n’avoir jamais su la dépasser au cours de mes rares entrevues avec Françoise Sagan. Jaimais bien son humour léger, sa volonté de ne pas sen laisser conter et de ne pas faire de grimaces ; je me disais toujours en la quittant que la prochaine fois nous nous parlerions mieux ; et puis non, je ne sais trop pourquoi. Comme elle se plaît aux ellipses, aux allusions, aux sous-entendus, et quelle nachève pas ses phrases, il me semblait pédant d’aller jusquau bout des miennes, mais il ne m’était pas naturel de les briser et finalement je ne trouvais plus rien à dire. Elle mintimidait, comme mintimident les enfants, certains adolescents et tous les gens qui se servent autrement que moi du langage. Je suppose que, de mon côté, je la mettais mal à l’aise. Nous nous sommes retrouvées, un soir d’été, à une terrasse du boulevard Montparnasse ; nous échangeâmes quelques mots, elle avait, comme dhabitude, de la grâce et de la drôlerie et je ne demandais qu’à rester seule avec elle (…)2.

Arrêt sur image sur « les deux bourgeoises s’empêtrant dans leur réserve réciproque » : la verve stylistique beauvoirienne rend vivante la gêne entre les deux autrices, incapables de trouver une langue commune lors de leur échanges si parisiens, en terrasse d’un café dans un quartier où les artistes et les écrivain·es pullulent depuis les années 1920. Beauvoir donne également un léger coup de griffe à sa consœur, en la comparant implicitement à une enfant/adolescente.

Pourtant, Sagan s’engage, comme Beauvoir, pour la reconnaissance des tortures et du viol infligés à la résistante algérienne Djamila Boupacha :

Nous constituâmes un comité de défense de Djamila Boupacha. Des télégrammes furent adressés au Président de la République, demandant le renvoi du procès. Un article de Françoise Sagan dans L’Express appuya cette campagne. Le Monde fut saisi à Alger pour mon article, et aussi pour une page sur l’affaire Audin 3.

Cet article, qui est un témoignage, figure dans le recueil consacré à Djamila Boupacha, dont Beauvoir endosse la responsabilité juridique, accompagnée de Gisèle Halimi, qui l’a alertée sur la situation de Djamila Boupacha. Voici ce qu’écrit Sagan :

Je ne pensais pas qu’un simple récit pourrait m’arracher à ce confort douteux que donne le sentiment de l’impuissance, ni à cette lassitude horrifiée que l’on éprouve à signer une millième pétition. (…) Voilà l’histoire. J’y crois. (…) J’en parle parce que j’en ai honte. Et que je ne comprends pas qu’un homme intelligent, qui a le sens de la grandeur et le pouvoir, n’ait encore rien fait. (…) Je n’imagine pas que les fanfares de la grandeur puissent couvrir les hurlements d’une jeune fille4.

Sagan file la métaphore sonore pour nous faire entendre la douleur du viol et des tortures autres subies par la résistante algérienne, ainsi que sa propre horreur, dans son style impeccable et sans fioritures.

Par contre, Beauvoir ne cite pas la participation de Sagan à la signature du « Manifeste des 343 », en avril 1971, préférant parler de la conception de ce brûlot par de jeunes militantes féministes inconnues5.

L’autrice ne manque pas de signaler le vif intérêt que portent les jeunes générations à leur célèbre contemporaine, quel que soit le pays :

Le public a soif de nouveauté ; au moment de notre passage, on venait de traduire l’œuvre complète de Remarque — pourquoi ? — et celle de Saint-Exupéry : il les dévorait. « Traduisez Camus, Sagan, Sartre, tout, réclamaient les jeunes. (…) A l’université de Lvov, les étudiants ont posé à Sartre les mêmes questions que les écrivains de Vilno l’année passée, de Kichinev cette anné; ils s’intéressaient au cinéma italien, surtout à Antonioni, et à la littérature française : surtout au nouveau roman et à Sagan6.

Beauvoir se trouve alors, en 1962, puis en 1966, dans l’empire soviétique. Elle ne triche pas avec ses souvenirs en se citant, ce qui lui aurait été pourtant facile, personne n’allant vérifier ses dires en ces temps de Guerre froide. La mémorialiste met en avant son ancien ami-ennemi Albert Camus, son compagnon nécessaire Jean-Paul Sartre, ses non-ami·es quoique collègues du Nouveau Roman7, et Françoise Sagan, comme représentant·es de la modernité littéraire française.

Toujours dans le registre littéraire, Beauvoir s’agace de la mise en compétition de ses Belles Images, parues en 1966, avec les romans de Sagan :

« C’est le monde de Françoise Sagan, ce n’est pas le vôtre. Ce n’est pas du Simone de Beauvoir. » Comme si je leur avais frauduleusement refilé une marchandise différente de celle qu’annonçait le label8.

Le ton beauvoirien vire à l’ironie, l’écrivaine utilisant un lexique populaire pour démonter les rouages de la critique. Parions que ces mêmes critiques étaient prêts à râler sur la répétition de l’univers romanesque beauvoirien, si jamais elle avait écrit un nouveau roman se passant dans le monde des intellectuel·les… tiens, mais ne serait-ce pas ce qui s’est passé en 1968 pour la nouvelle « L’âge de discrétion », paru dans le recueil La Femme rompue ?

Rappelons pour mémoire que Beauvoir, puis Sagan, ont failli être scénaristes du drame Hiroshima, mon amour (Alain Resnais, 1959) : « Après avoir pensé à Simone de Beauvoir, il propose à Resnais, qui est daccord, le nom de Françoise Sagan9. » Ce sera finalement Marguerite Duras, autre grande autrice des années d’après-guerre qui l’écrira, avec le succès que l’on sait.

Sagan, de son côté, cite plus volontiers Sartre, à laquelle elle a dédié une magnifique et flamboyante lettre d’amour en 1979, reprise dans Avec mon meilleur souvenir (1984), que Beauvoir mentionne dans La Cérémonie des adieux (1980), en se trompant d’un an10.

Ce bref tour d’horizon des rapports entre les deux écrivaines font état d’une admiration réciproque, mais tendue de part et d’autre par trop de timidité. Nous avons pu montrer précédemment11 que de nombreux points communs existent entre les deux œuvres, qui sont à (re-)lire en miroir l’une de l’autre.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Beauvoir-Sagan, l’admiration tendue », Voyages autour de mon cerveau, mars 2024. URL : https://vadmc.hypotheses.org/15459

1 Simone de Beauvoir, La Force des choses. II., Paris, Gallimard, « Folio », 1999, p. 44.

2 Simone de Beauvoir, La Force des choses. II., op. cit., p. 250-251.

3 Simone de Beauvoir, La Force des choses. II., op. cit., p. 299-300.

4 Françoise Sagan, « Témoignage », in Simone de Beauvoir, Djamila Boupacha, Paris, Gallimard, 2006, p. 277, 278.

5 Simone de Beauvoir, Tout compte fait, Paris, Gallimard, « Folio », 1999, p. 608.

6 Simone de Beauvoir, La Force des choses. II., op. cit., p. 468 ; Simone de Beauvoir, Tout compte fait, op. cit., p. 444.

7 Simone de Beauvoir, La Force des choses. II., op. cit., p. 458-460.

8 Simone de Beauvoir, Tout compte fait, Paris, Gallimard, « Folio », 1999, p. 173.

9 Dominique Noguez, « Jeunesse d’Hiroshima » , in Marie-Christine de Navacelle (dir.), Tu n’as rien vu à Hiroshima, Paris, Gallimard, 2009, p. 37.

10 Simone de Beauvoir, La Cérémonie des adieux, suivi de Entretiens avec Jean-Paul Sartre, Paris, Gallimard, « Folio », 1998, p. 157. Pour la datation correction, cf. la notice du tome II des Mémoires de Beauvoir en Pléiade, Gallimard, 2018, p. 1400.

11 Tiphaine Martin, « Manger l’autre pour se découvrir, chez Simone de Beauvoir et Françoise Sagan », en ligne sur le site de lObservatoire de limaginaire contemporain, 2016, Université du Québec à Montreal, http://oic.uqam.ca/fr/publications/manger-lautre-pour-se-decouvrir-chez-simone-de-beauvoir-et-francoise-sagan ; Tiphaine Martin, « Henri et Luc, ou le mythe de Pygmalion revisité dans Les Mandarins et Un certain sourire »Voyages autour de mon cerveau, 14 mai 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/67

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Nos frangins VADMC

Nos frangins : solidarités, République, justice

Paris, la morgue, décembre 1986. Un infirmier, Oussmane (Wabinlé Nabié) parle à un cadavre et lui promet que personne ne l’oubliera, lui, le cadavre inconnu. Tandis que le cadavre à côté, lui, a une identité : Malik. Oussekine.

Le réalisateur Rachid Bouchareb continue d’explorer l’histoire de France au vingtième siècle, après Indigènes (2006). Il revient sur la mort d’un jeune étudiant français, Malik Oussekine, tué par des policiers en marge de manifestations étudiantes demandant le retrait de la loi Devaquet, qui instaurait une sélection à l’entrée de l’université : « Devaquet, t’es foutu, les étudiants sont dans la rue ! » scandent les étudiant·es face au CRS : « CRS, vos enfants sont aussi des étudiants ! » lancent les jeunes aux policiers bottés, casqués, matraque et bouclier au poing.

L’heure n’est pas à la joie, les sinistres voltigeurs (policiers à moto) sillonnent les rues du Quartier Latin, matraquent, blessent et tuent1. Ils tuent Malik Oussekine, qui était extérieur à la manifestation, et qui s’était réfugié dans un immeuble rue Monsieur-le-Prince2. Et ne feront jamais de la prison, malgré le soulèvement de l’opinion publique et les demandes de justice de la famille Oussekine, ici interprétée par Lyna Khoudri (la sœur de Malik) et Reda Kateb (son frère aîné), comme le précise un carton à la fin du film.

Entre-temps, on a rendu son identité au cadavre sans nom : Abdel Benyahia, jeune homme habitant à Pantin, tué par un policier en civil et ivre3. Abdel tentait de séparer deux hommes qui se battait devant un bar. Son action d’apaisement l’a tué. Et l’inspecteur de l’IGN Daniel Mattei (Raphaël Personnaz, aussi opaque qu’Alain Delon chez Melville) est obligé d’affronter la colère du père d’Abdel (Samir Guesmi) et du frère d’Abdel (Laïs Salameh), auquel il a sciemment menti au début du film, prétendant qu’Abdel était toujours en vie et que les circonstances de son décès étaient inconnues. Le policier qui a tué Abdel sera, lui, condamné, et fera, lui, de la prison, un peu, comme le précise un carton à la fin du film.

Ce qui frappe, et qui, à la fois fait chaud au cœur et nous le brise, est la confiance des deux familles dans les institutions de la République. Et, bien sûr, la solidarité des étudiant·es, qui manifestent silencieusement, en hommage à Abdel et à Malik.

Laissons un instant nos larmes couler, et retenons bien les paroles de « Petite », chanson de 1988 de Renaud, qui clôt le film :

Garde-leur ton amour

Garde-toi de la haine

Non aux violences, oui à la démocratie, à la République et à la solidarité.

1 https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/malik-oussekine-mort-voltigeur

2 https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/on-vous-raconte-l-histoire-de-malik-oussekine-tue-par-des-policiers-en-1986

3 https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/abdel-benyahia-malik-oussekine

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Nos frangins : solidarités, République, justice », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7491

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Texte Guide du doctorat

Guide du doctorat

Ce guide a pour but de te guider, toi la doctorante, toi le doctorant, à travers la jungle thésardienne.

A) Conseils pratiques, la rédaction :

1) Faire un plan de la thèse (chapitres et sous-chapitres) :

  • classer ses idées du plus général au plus spécifique
  • classer ses idées du plus théorique au plus thématique
  • lister ses exemples (citations, témoignages) pour chaque idée.

Pas de panique, ton plan général va changer environ dix fois au cours de ta thèse. Normalement, ta/ton directeur·trice de thèse te laisse un an pour écrire un premier plan. Les tâtonnements sont normaux, dans ce premier jet, ainsi que pendant la thèse. Mais il faut commencer par là. Malheureusement, tu n’es pas un·e poète de l’époque romantique, avec une Muse ou un Museau qui te souffle l’inspiration de trente pages impeccables par jour.

2) Faire un plan pour chaque partie et chaque sous-partie :

  • reprendre en petit la méthode du 1), puis :
  •  idée 1, exemple 1, analyse 1
  •  idée 2, exemple 2, analyse 2
  • continuer jusqu’à la fin de la partie/de la sous-partie.Je conseille de bonnes listes de morceaux de musique pour stimuler la concentration (avec un casque hein ! Tu es quelqu’un·e de bien, tu sais que les autres autour de toi n’ont pas forcément les mêmes goûts musicaux que toi).

Je conseille de bonnes listes de morceaux de musique pour stimuler la concentration (avec un casque hein ! Tu es quelqu’un·e de bien, tu sais que les autres autour de toi n’ont pas forcément les mêmes goûts musicaux que toi).

3) Styler sa thèse :

  •  paragraphes courts
  • faire des phrases COURTES : oui moi aussi j’aime Proust, mais je ne suis pas lui
  • les virgules, ça existe en français, donc tu rythmes ta phrase avec, de manière régulière, sinon ton lectorat jette le fichier à la corbeille
  • si tu commences à écrire à la troisième personne (« nous »), tu continues ; pas d’hésitation entre « nous », « on » et « je »
  • vocabulaire technique oui, charabia et vacuité des idées non.

Et tu t’inscris dès la première année de thèse à un atelier d’écriture ! Il y en existe en ligne et en vrai, pour toutes les bourses. Taper « atelier d’écriture » + nom de ta ville/ton département.

4) Conversations et relectures :

  • parler de sa thèse avec des spécialistes
  • parler de sa thèse avec des non-spécialistes (en évitant la surdose cf. Carnets de thèse de Tiphaine Rivière)
  • se faire relire par un·e proche (évite ta compagne/ton compagnon tout de même, le but n’est pas de te retrouver célibataire si tu es en couple)
  • quand tu envoies un chapitre de ta thèse à quelqu’un·e, mettre Nom du document_INITIALES PRÉNOM ET NOM ; pareil pour ta ton relecteur·trice : Nom du document_INITIALES PRÉNOM ET NOM
  • quand tu envoies un chapitre de ta thèse à quelqu’un·e, tu l’as relu et tu as éliminé les coquilles (espaces en trop, éventuelles fautes de frappe/d’orthographe) : respect à la correctrice, au correcteur
  • ne pas oublier qu’un mail, c’est : formule de politesse ; texte du message, relu et orthographié correctement ; phrase type* : « Sauf urgence explicite, ce message n’appelle ni traitement ni réponse en dehors des horaires de travail, pendant le week-end ou en période de congés. » ; formule de politesse ; signature
  • se rappeler que les relecteurs et relectrices ont une existence aussi, donc ne pas passer en mode claquement de doigts/insistance déplacée
  • se former sur les droits d’auteur·trice (document papier, internet et images)
  • faire un cours de théâtre pour avoir une diction claire et agréable, le public, universitaire ou non, est là pour passer un moment agréable à t’écouter et non pour jouer à CandyCrush
  • être présent sur Linkedin, Twitter, Facebook.

La thèse est un exercice pédagogique, d’où l’importance des échanges avec les deux publics, celui qui connaît très bien ton champ d’étude et celui qui le découvre. Ces conversations te permettront de clarifier tes idées et de les rendre accessibles hors de ton jury de soutenance.

* Merci à la maîtresse de conférence qui nous a autorisé à publier cette phrase type.

B) À côté de la thèse :

  •  publier une fois/an sur son sujet de thèse
  • communiquer une fois/an sur son sujet de thèse dans un colloque, une journée d’études, une conférence
  • communiquer une fois/an sur un autre sujet
  • communiquer une fois/an sur son sujet de thèse dans une journée doctorale de son laboratoire
  • faire attention qu’il y ait des actes au colloque auquel on participe
  • ne pas hésiter à contacter les bibliothèques municipales, les médiathèques, les mairies, les universités pour tou·te·s (retraité·es), les écoles, collèges, lycées et grands écoles ; y donner une/ des conférences
  • être présent·e dans l’annuaire de son laboratoire
  • avoir sa page de CV sur le site de son laboratoire
  • avoir une adresse mail de son université.

Le tout, pour :

  • élargir ses domaines de recherches
  • montrer qu’on est capable de parler sur une thématique différente
  • confronter son écrit à des publics variés
  • être visible dans le milieu universitaire
  • élargir son réseau
  • les sites Fabula et Calenda sont tes amis dans la recherche de colloques et de publications à venir.

C) Conseils pratiques, la vie au quotidien :

  • éviter la solitude #tous et toutes en terrasse et au resto #vive les potes et les potesses #le sexe c’est bien aussi, quand c’est entre adultes consentant·es #les voyages forment la jeunesse
  • se cultiver (livres, expositions, concerts, films, spectacles, sport, détente)
  • penser que livres, dvd et cd sont empruntables et consultables dans les bibliothèques et médiathèques municipales et de recherche
  • manger sainement : mmm… les légumes, les fruits, les galettes végétales, les œufs, l’eau plate, l’eau gazeuse et les jus de fruits non sucrés
  • prendre trente/quarante minutes pour chaque repas + pour la pause café/thé de l’après-midi (pas plus d’une tasse de café/jour !)
  • ne pas hésiter à aller consulter un·e psy : BAPU, gratuit pour les étudiant·es ; CMP, gratuit pourtou·te·s ; en cabinet, voir avec sa sécurité sociale quel·les spécialistes sont remboursés et à quelle hauteur.

 

Les années de thèse sont formidables, car elles augmentent radicalement tes savoirs et tes compétences. MAIS le risque est grand que tu te recroquevilles en position fœtale autour de ton ordinateur et que le reste du monde disparaisse, même si tu bosses comme un·e dingue pour trois centimes/jour au fast-food en bas de chez toi, pour payer ta thèse. Donc,

TU TE BOUGES !

Sur ce, à vous les studios et bon courage !

Tiphaine Martin

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Guide du doctorat », Voyages autour de mon cerveau, octobre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=662

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube