Archives par étiquette : Valeria Bruni Tedeschi

Folle Embellie et Folles de joie VADMC

Folle Embellie et Folles de joie : la force de vivre

Que représente la folie féminine au cinéma ? Une révolte et/ou une fuite de l’autorité patriarcale ou une névrose bien hystérique, c’est-à-dire issue des ovaires, donc biologique, donc impossible à guérir et non imputable à la société ?

Les cinéastes de Folle Embellie et Folles de joie ont choisi la première alternative, ce qui leur permet également d’ausculter l’époque où se déroule leur long-métrage. Qu’il s’agisse de la France de l’exode de juin 40 (Folle Embellie, Dominique Cabrera, 2004) ou de l’Italie de 2016 (Folles de joie, La Pazza Gioia, Paolo Virzi, 2016), la situation politique et économique est problématique, et les marginaux sont exclus de la roue capitaliste, sans aucune surprise.

La condition des gens considérés comme fous est cependant plus dure, au vu de l’époque1, dans Folle Embellie. Au début du fils, la caméra s’attarde brièvement sur des lits en plein air, où des malades sont enchaînés, criant leur souffrance. Est-ce sous l’effet de l’affolement général que personne ne s’en occupe, ou est-ce l’habitude ? Les conditions matérielles des asiles n’étaient pas si brillantes, ni les traitements administrés, pas si évolués depuis le dix-neuvième siècle2. Quant à la psychanalyse, freudienne ou non, sa pénétration est lente en France3. D’où l’état d’hébétude et/ou de violence de l’ensemble des patient·es de Folle Embellie. Le petit groupe qui s’échappe (mère, père, fils, et deux sœurs, une femme et un homme) ne sort pas indemne de sa liberté retrouvée pour autant, à l’instar de Beatrice et de Donatella dans Folles de joie.

Pourtant, ces deux femmes ont des conditions de vie optimales dans leur enfermement : médecin·es, psychiatres qui sont à leur écoute, minimum de médicaments, des travaux encadrés peu contraignants à l’extérieur de la structure hospitalière, qui se trouve dans la campagne, une liberté de mouvements à l’intérieur. Ce n’est pas un paradis, mais un endroit où les souffrances sont entendues et prises en compte au maximum, contrairement à ce qui se déroulait dans la plupart des instituts psychiatriques jusque dans les années soixante, comme on le voit dans le film fleuve Nos meilleures années (La Meglio Gioventù, Marco Tullio Giordana, 2003).

C’est que, la liberté, oui, mais pour en faire quoi ? Donatella (Micaela Ramazotti) veut reprendre son fils, que l’assistance publique lui a ôté, après qu’elle a tenter de se noyer avec lui. Beatrice (Valeria Bruni Tedeschi) souhaite reprendre son existence confortable de grande bourgeoise proche de Berlusconi et des politiques qui ont mis l’Italie à genoux, tout en jouant avec le corps des femmes4.

Côté français, Hélène (Yolande Moreau), suit ses compagnes et compagnons, sans poser de questions, enfermée dans son univers, mais souriant aux autres, tout comme Florent (Philippe Grand’Henry). Colette (Maryline Canto), une jeune femme, et sa sœur cadette Lucie (Julie-Marie Parmentier) se libèrent progressivement de leurs miasmes de mal-être, de timidité, de manque de confiance en elles et, pour Lucie, de mutité. Les entraves liées à une éducation féminine type tombent alors. Quant à Alida (Miou-Miou), elle a simplement suivi son mari Fernand (Jean-Pierre Léaud) à l’asile, lorsque celui-ci y a été enfermé pour démence. Elle n’a pas de séquelles du harcèlement sexuel qu’elle a subi dans sa jeunesse, lorsqu’elle était domestique chez des bourgeois. On apprend à la fin du film son ascendance italienne, par une chanson qu’elle entonne afin de remercier la fermière de l’avoir recueilli avec sa famille et ses compagnes et compagnon de voyage. Son fils Julien (Morgan Marinne), presque adulte, protège sa mère des violences subites de son père et tente de construire sa propre vie.

Par conséquent, se trouver loin des médecin·es et des murs des structures psychiatriques devrait aboutir uniquement à d’heureux résultats, notamment pour les femmes, qui ne sont plus sous surveillance patriarcale.

C’est ce qui se passe pour presque toutes, sauf Hélène, qui accepte la condamnation à mort imposée par Fernand. Elle se pend dans la cour d’une ferme abandonnée. Colette et Lucie rejoignent la vie normale par la fréquentation d’autres personnes que les malades de l’asile et par le trajet qu’elles accomplissent avec leur groupe, spatial donc mental, et trouvent chacune un petit ami, Julien pour Colette, le fils de la fermière, pour Lucie.

Alida, après s’être libérée, pour quelques jours, de la présence de son mari, connaît une sexualité heureuse avec un batelier, Moïse (Gabriel Arcand), avant de reprendre la route et de recroiser Fernand et de s’installer dans une ferme tenue par la patronne, qui a besoin de bras et qui tient à conserver Alida, Lucie et Julien, qui se sont bien intégrés. Un retour à la terre bien différent que celui imaginé et imposé ensuite par le maréchal Pétain.

Ce n’est qu’à la fin du film qu’elle affronte son époux et refuse de réintégrer le foyer-asile conjugal. Alida protège également Julien du même sort. Elle lui conseille de faire sa vie loin de Fernand – et d’elle. Alida offre la liberté à son fils tout autant qu’à elle-même.

De même, c’est Beatrice qui convainc Donatella de s’enfuir de leur structure psychiatrique et qui l’aide à retrouver son fils, adopté par un couple. La volubilité de Beatrice et sa faconde font sortir Donatella de son mutisme et de son désespoir. Elle lui donne la force d’affronter ses nombreux problèmes qui l’ont conduit à tenter de se suicider avec son fils. Et, par conséquent, de laisser son enfant dans sa nouvelle famille. De son côté, Donatella apaise Beatrice et lui fait trouver moins insupportable leur retour dans la structure psychiatrique, loin de l’Italie à peine sortie de l’ère Berlusconi, c’est-à-dire dans un monde extérieur bien plus dur et violent que là où elles ont été placées.

La force de vivre soutient l’ensemble de ces femmes, à une exception près. Elles luttent contre des systèmes politiques qui les oppriment car ne voulant pas les écouter, ni les aider à sortir de leurs maux, provoqués par ledit système. Un cercle vicieux dont seule la sororité les sort. Debout pour la vie !

 

1 Isabelle von Bueltzingsloewen, « Les “aliénés” morts de faim dans les hôpitaux psychiatriques français sous l’Occupation », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2002/4 (no 76), p. 99-115. URL : https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2002-4-page-99.htm

2 Fanny Le Bonhomme, Anatole Le Bras , « Les institutions psychiatriques en Europe, XIXe-XXe siècles », Encyclopédie d’histoire numérique de l’Europe [en ligne]. URL : https://ehne.fr/fr/node/14132

Hervé Guillemain, « Le soin en psychiatrie dans la France des années 1930 », Histoire, médecine et santé [En ligne], 7|printemps 2015. URL : http://journals.openedition.org/hms/804      Cf. aussi Elisabeth Roudinesco, Histoire de la psychanalyse en France, Paris, Seuil, 1994. 2 tomes.

 4 Lorella Zanardo, Il Corpo delle Donne, Universale Economica Feltrinelli, 2010.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Folle Embellie et Folles de joie : la force de vivre », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7297

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Continuer la lutte VADMC

Continuer la lutte ?

Les tentatives d’assassinats, les enlèvements et les assassinats perpétrés par les groupuscules d’extrême-gauche européenne dans les années soixante-dix ont abouti à la traque, puis à la condamnation et à l’emprisonnement des militant·es. Le cinéma s’est bien entendu emparé du sujet, d’abord sur le moment, puis avec de plus en plus de recul.

Dans Allonsanfàn (Frères Taviani, 1974), c’est l’échec de la lutte pour la démocratie et l’unité italiennes, initiée par certains bourgeois, qui est au cœur du dispositif scénique. Tant les villageois·es que les paysan·nes n’en ont que faire des idées des Lumières et de la mise en marche d’une justice et d’un monde plus équitables. De même que les Brigades rouges, issues de la classe moyenne, ont échoué à rallier l’ensemble du peuple italien, tout en tuant certains de ses membres, de même les aristocrates d’Allonsanfàn tuent des paysans et des soldats.

De même, dans Cavale (Lucas Belvaux, 2002), Bruno Le Roux (Lucas Belvaux), militant de l’« Armée populaire » (Action directe dans le scénario publié aux Cahiers du Cinéma) qui s’évade après de longues années de prison, préfère insister sur les mauvais traitements subis par ses camarades de lutte quand ils ont été interrogés par la police après leur capture, plutôt que de faire face aux assassinats de gens ordinaires que ses amis et lui-même ont commis des années auparavant. Sans parler de son association avec le malfrat Jacquillat (Patrick Descamps), qui, lui, n’a jamais été inquiété et est devenu un industriel en vue. C’est d’ailleurs un scénario quasi identique qui a été choisi en 1994 par Joël Séria dans sa transposition du Brouillard au Pont de Tolbiac de Léo Malet (1956) avec Guy Marchand en Nestor Burma, l’agitation politique des années trente du roman étant remplacée par la révolution de Mai 68 et ses suites plus radicales, mais toujours avec la complicité de malfaiteurs apolitiques. Tout comme dans Romanzo Criminale (Michele Placido, 2005), les voyous n’ont pas d’opinion politique et se tiennent soigneusement à l’écart de cet univers.

Aucun regret également du côté de Lisa Venturi (Valeria Bruni Tedeschi), Brigade rouge emprisonnée suite à plusieurs meurtres, dont le dernier, heureusement raté, permet à la victime, Alberto Sajevo (Nanni Moretti), de la contacter plusieurs années ensuite, dans La Seconda Volta (Mimmo Calopresti, 1996). Lisa reste dans son monde de slogans, comme Bruno, dont celui qui justifie la mise à mort de certain·es : « En tuer un pour en éduquer cent ». Ni l’une ni l’autre ne changent d’avis, Lisa en prison, son casque de walkman vissé sur les oreilles, Bruno englouti dans les neiges grenobloises, sa mitraillette en main.

Le sort de Giulia Monfalco (Sonia Bergamasco), dans Nos meilleures années (La Meglio Gioventù, Marco Tulio Giordana, 2003), est plus doux. Brigadiste, elle est arrêtée et emprisonnée, puis libérée au début des années deux mille. Si ses motivations profondes à franchir le pas de l’illégalité et de la violence restent obscures, tant son mal-être est ancré en elle, sa culpabilité de jeune femme issue de la bourgeoisie, ainsi que sa colère devant les injustices criantes de la société de consommation des années soixante-dix, sont visibles. Et, tout comme Lisa, elle reste emmurée dans le silence, même après avoir retrouvé sa liberté.

Des films qui montrent le danger de vouloir régler les problèmes du monde par la violence.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Continuer la lutte ? », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7103

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube