Archives par étiquette : Voyage

Past Lives VADMC

Partir, revenir, pourquoi ? (6) Rester : Past Lives

Quand on s’est connu, quand on s’est reconnu

Pourquoi s’perdre de vue, se reperdre de vue ?

Serge Rezvani, « Le Tourbillon de la vie » (1962)

Point besoin de guimauve lacrymale pour passer un très bon moment devant une comédie romantique. Le long-métrage de Celine Song, Past Lives (2023), narre avec brio et une douce mélancolie le passage du temps, côté États-Unis et côté Corée du Sud, via la trajectoire de deux ami·es d’enfance, Na Young/Nora (Greta Lee) et Hae Sung (Teo Yoo). Tous deux issus d’un bon milieu, ils sont séparés à l’âge de douze ans, car les parents de Na Young, un réalisateur et une artiste, émigrent à Toronto avec leurs deux filles.

Douze ans plus tard, Hae Sung n’a pas oublié son amie d’enfance, qu’il recherche sur Facebook après une énième rupture amoureuse. Leur reconnection sur FaceTime tourne court, entre New York, où Nora fait des études littéraires, et Séoul, où Hae Sung est dans une école d’ingénieurs. Ni l’un ni l’autre ne souhaite dévier de la voie professionnelle et existentielle qu’ils explorent. Nora n’a aucune envie de rentre dans son pays natal, pour un troisième déracinement (Séoul, Toronto, New York). Elle souhaite planter son existence aux États-Unis et obtenir une reconnaissance officielle en anglais, comme écrivaine. Hae Sung trace un chemin déjà foulé par des dizaines de ses compatriotes, avec école, service militaire, puis travail, couple ou vie chez ses parents. Une seule envie, en lien avec son labeur, apprendre le mandarin et se rendre en Chine pour se perfectionner. Ce qu’il fait, mais sans que ce voyage ne bouleverse sa trajectoire ni influence sa vie privée.

Au contraire, les choix de Nora la conduisent à un séjour d’écriture dans la campagne new-yorkaise, où elle rencontre Arthur (John Magaro), autre apprenti écrivain, juif Américain. De conversations en verres de vin partagés sous de doux lampions à la nuit étoilée, dans le jardin crissant des bruits nocturnes, ils tombent amoureux et se marient, rapidement afin que Nora obtienne la nationalité américaine et la fameuse « green card » (« carte verte ») qui lui permet de travailler légalement aux États-Unis. Nous sommes dans l’univers sillonné par le réalisateur juif Américain Woody Allen dans ses films, à savoir la bourgeoisie intellectuelle et artistique new-yorkaise, cultivée, attentive au monde sans être engagée politiquement, et qui conserve les us et coutumes traditionnelles de leur classe sociale. Loin, très loin du milieu intellectuel français, certes bourgeois, mais libéré des coutumes patriarcales, grâce à la séparation étatique de la religion et de l’État depuis 1905, et aux luttes féministes séculaires dans tout le pays.

Tout irait donc parfaitement bien pour les deux ami·es si Hae Sung arrivait à oublier son amour d’enfance. Et si Nora était parfaitement détachée de son passé sud-coréen et du déchirement initial. Et si Arthur n’avait pas peur qu’elle ne retourne un beau jour dans son pays natal, comme il le lui exprime dans une scène pleine de tendresse pudique, en masculinité post-#MeToo. Loin, loin très loin du machisme des comédies romantiques hollywoodiennes habituelles des quarante dernières années (Quand Harry rencontre Sally, Quatre Mariages et un enterrement, Love Actually, N’oublie jamais, Two Lovers, Valentine’s Day.…).

Les trois trentenaires se retrouvent donc à New York, soit en duo (Nora et Hae Sung, Nora et Arthur, Hae Sung et Arthur), soit en trio (Nora, Hae Sung et Arthur). Les échanges montrent l’incommunicabilité entre les deux hommes, malgré leur bonne volonté mutuelle, Hae Sung parlant un anglais plus qu’hésitant, Arthur pas tout à fait fluide en coréen. Les longs dialogues, ponctués de silences, de Nora et de Hae Sung, expriment la gêne de la jeune femme devant l’affection constante de son ami et son incapacité à lui à imaginer la vie sans elle et ce qu’est son existence à elle, ce qu’elle a construit au fil des années. Nora reçoit les paroles d’amour de son compagnon et y répond. Lors de leur soirée à trois dans un restaurant italien, avant le départ de Hae Sung, Nora fait le lien entre les deux hommes de sa vie, son amour d’enfance et son mari.

Nora fait ainsi le deuil de son enfance et brise son dernier lien avec son pays natal, plus mature que la jeune Simone de Beauvoir, qui refuse les mariages extra-amicaux de Sophie de Réan à la fin des Vacances (Comtesse de Ségur, 1859), et de Jo March à la fin des Quatre Filles du Docteur March se marient (Louisa May Alcott, Good Wives, 1869), comme elle le rapporte dans ses Mémoires d’une jeune fille rangée (Gallimard, « Folio », 1999, p. 146) :

L’amitié, l’amour, c’était à mes yeux quelque chose de définitif, d’éternel, et non pas une aventure précaire. Je ne voulais pas que l’avenir m’imposât des ruptures : il fallait qu’il enveloppât tout mon passé.

Il n’empêche que la séparation d’avec Hae Sung, résigné, est dure pour Nora, qui éclate en sanglots, une fois son ami parti à l’aéroport.

Heureusement, elle n’est pas seule à rester dans le pays qu’elle a choisi. Elle y est en bonne compagnie, chaudement enveloppée de l’amour d’Arthur.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Partir, revenir, pourquoi ? (6) Rester : Past Lives », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2024. URL : https://vadmc.hypotheses.org/14230

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Christie Beauvoir VADMC

Faire halte ? Christie, Beauvoir

Dans un article précédent, nous avons vu comment l’autrice Agatha Christie met à nu les recoins de l’esprit humain, via son héroïne Joan Scudamore, qui attend son train dans une petite gare du désert syrien, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, dans le roman Loin de vous ce printemps (Absent in the Spring, 1944), publié sous le pseudonyme de Mary Westmacott. Cette bourgeoise égoïste, bornée et superficielle, est alors obligée de faire face à ses mensonges et à découvrir qui elle est véritablement.

Plus tranquillement, l’écrivaine Simone de Beauvoir fait une expérience similaire en Algérie, en février 1946 :

Ouargla ma retenue trois jours. Je voulais aller à Ghardaïa. Un négociant de dattes attendait un camion qui devait y transporter sa marchandise ; chaque matin, je traversais les délirantes esplanades inventées par un colonel pédéraste — le colonel Carbillet — qui s’était visiblement pris pour Lyautey. Je demandais au négociant : « Le camion est-il arrivé ? — Non. Mais demain sûrement… » Je regagnais l’hôtel dont j’étais lunique cliente et où on me nourrissait de chameau ; j’aimais m’asseoir sur sa terrasse, amarrée à la lisière des sables houleux. Je navais plus rien à lire et je ne trouvai au village quun vieux numéro de La Bataille ; par moments, le temps me paraissait sans fond et je me sentais défaillir ; alors je m’avançais, mes sandales à la main, parmi le moutonnement des dunes couleur dabricot que barraient au loin de dures falaises roses ; sous les palmiers passait silencieusement une femme drapée, un vieillard avec un âne : cest beau un pas humain qui traverse, sans la troubler, limmobilité des choses ; je revenais vers l’hôtel, émue dapercevoir sur la douceur du sable lempreinte de mes pieds. Après des années de vie collective, ce tête-à-tête avec moi-même me touchait si fort que je croyais y découvrir laurore dune sagesse : ce n’était quune halte, mais jai longtemps retenu dans mon cœur les palmes, les sables et leur silence1.

Comme Beauvoir, le personnage d’Agatha Christie n’a rapidement plus rien à lire, attend anxieusement des nouvelles de son moyen de transport, et ne converse pas avec les habitants du lieu. Pourtant, état colonial oblige, ils parlent soit anglais soit français. Aucune des voyageuses ne semble intéressée par un échange avec les autochtones.

Leur différence provient de la manière dont elles vivent leur retrait du monde colonial et européen. Là où Joan a peur de la solitude et où elle se retrouve aveuglée par le soleil qui chasse ses faux-semblants, Simone arrive à surmonter l’immobilité temporelle et à goûter son séjour forcé dans l’oasis. Cependant, Beauvoir, lectrice de Christie2, n’aurait-elle pas également lu les romans de Westmacott, dont Loin de vous ce printemps ? Au vu des fortes similitudes entre les deux situations et de l’écriture, dans un ouvrage mémoriel paru en 1963, au sujet d’un séjour fait deux ans après la parution du roman de Christie (1944), et douze ans après sa traduction en français (1951), nous pouvons y penser fortement.

Deux manières de faire halte et de réfléchir à soi, sur soi.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Faire halte ? Christie, Beauvoir », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/13971

1 Simone de Beauvoir, La Force des choses. I., Paris, Gallimard, « Folio », 1999, p. 88.

2 Simone de Beauvoir, La Force de l’âge, Paris, Gallimard, « Folio », 1999, p. 391. Cf. aussi Simone de Beauvoir, Journal de guerre, Paris, Gallimard, 1990, p. 79, 80. Et Simone de Beauvoir, Lettres à Sartre I, Paris, Gallimard, 1990, p. 166, 167. Et Simone de Beauvoir, Jacques-Laurent Bost, Correspondance croisée, Paris, Gallimard, 2004, p. 538.

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Loin de vous ce printemps VADMC

 Faire face ? Loin de vous ce printemps

Qu’il est bon de se retrouver enfin seule, sans mari ni enfants, ni surtout amie d’enfance qui a descendu l’échelle sociale et qui nous fait honte. Par conséquent, quel soulagement qu’elle ait pris la direction opposée. C’est, aussi, reposant d’être en plein désert de (l’actuelle) Syrie1. Et finalement amusant2, cela fait une anecdote à rapporter à ses amies, d’abord par lettre (« Devine d’où je t’écris ? »), puis de vive voix, une fois rentrée en Angleterre :

Dearest Janet: Youll never guess where Im writing this letter! In the middle of the desert. Im marooned here between trains, they only go three times a week3.

C’est-à-dire :

Ma chère Janet,

Tu ne devineras jamais d’où je t’écris cette lettre ! En plein milieu du désert ! Je suis en panne, entre deux trains, car ils ne partent que trois fois par semaine4.

Ainsi pense Joan Scudamore, bourgeoise d’une quarantaine d’années qui revient de Bagdad, où elle est restée soigner sa fille cadette Barbara, jeune mariée atteinte d’un mal mystérieux. Nous sommes à la veille de la Seconde Guerre mondiale, mais Joan n’en a cure, se garantissant d’amis qui sont allés en Allemagne et qui ont trouvé que le régime nazi a de bons côtés5.

L’autrice de romans policiers Agatha Christie écrit Loin de vous ce printemps (Absent in the Spring), un roman psychologique, en 1944, en trois jours6, qu’elle publie ensuite sous le pseudonyme de Mary Westmacott. Ce pseudonyme lui a déjà servi avant-guerre pour Musique barbare (Giant’s Bread, 1930) et Portrait inachevé (Unfinished Portrait, 1934).

Au stade du désert, nous détestons déjà cordialement Joan, dont Christie adopte le point de vue, en interne. Cette femme, qui reconnaît qu’elle a tout et se dit heureuse (mari, enfants, haute situation sociale dans une petite ville de province), nous apparaît rapidement comme une personne imbue d’elle-même, de sa position, et superficielle. Avant de devoir attendre son train pour Istanbul dans une gare minuscule dans le désert syrien, elle a pris de haut une ancienne amie de pension, Blanche Hoggard, qu’elle feint de plaindre. Joan se met ainsi en position de supériorité par rapport à Blanche, sans raison valable. Blanche n’est effectivement pas très heureuse, ayant vagabondé d’homme en homme et ayant ainsi perdu son rang social originel. Cependant, elle a traversé toutes ses épreuves sans trop perdre courage, et elle garde son sens de la répartie et son humour7. Joan pourrait/devrait l’applaudir et l’encourager, mais elle préfère feindre l’apitoiement, plus délectable à son amour-propre8. Et sa prière du soir est éloquente :

Her own fault of course

dreadful quite a shock

thank God I am different

poor Blanche9

C’est-à-dire :

C’est sa faute, bien sûr… Dévergondée, horrible… Quel choc pour moi !… Dieu merci, je suis bien différente… Pauvre Blanche !…10 

Avoir une sexualité, et qui soit épanouie et multiple, quelle horreur et quelle honte ! Joan est, donc, aussi, frigide, envieuse et égocentrique.

Coincée dans le désert, Joan est obligée de laisser ses pensées vagabonder, après avoir tenté de se distraire en finissant les Mémoires de Lady Catherine Dysart11 – dont nous n’avons pu retrouver la trace. Puis, en désespoir de cause, car elle n’aime pas ce type de littérature12, un roman policier de John Buchan, offert par son gendre, The Power-House (1916). Christie s’amuse avec sa propre renommée de romancière policière, en sous-texte. Les titres des ouvrages lus par Joan sont significatifs : souvenirs d’une aristocrate, flattant son snobisme, et référence à une maison puissante. Or, Joan a tout misé sur la réussite et le rang social, détournant son mari Rodney de son envie d’être agriculteur pour l’obliger à devenir avoué, ce qu’il déteste et qui le fatigue énormément.

Face à la lumière aveuglante du soleil moyen-oriental, qui se reflète impitoyablement sur les dunes, Joan finit par reconnaître qu’elle a fait du chantage affectif à son, alors, tout jeune époux, sous couvert du bien-être de leurs enfants13.

La lumière ardente chasse les faux-fuyants de Joan, qui ne peut s’occuper en lisant ou en écrivant. Ses pensées vagabondent tant qu’elle cherche à les éviter, avant de s’ordonner sans lui laisser d’échappatoire : oui elle n’aime pas bien son mari ni ses enfants, elle les juge en les enfermant dans ses cadres étroits et étriqués, tout-faits. Oui elle savait que son mari était gentil et faible, donc incapable d’imposer son choix d’existence campagnarde. Oui son mari a failli la tromper, non avec la jeune et aguicheuse Myrna Randolph, mais bien avec Leslie Sherston, plus âgée que Rodney et qui, elle, n’a pas fui les nombreux problèmes qui se sont trouvés sur son chemin. Non pas des soucis de chaudière, mais de graves choix existentiels. Oui elle a rendu sa fille aînée Averill méfiante et froide, elle l’a poussée à préférer un mariage sans amour à une existence compliquée mais avec la passion. Oui elle a précipité le mariage de sa fille Barbara avec le premier venu, qui est ravie d’habiter à Bagdad et non dans sa médiocre ville natale, mais qui, mal mariée et peu heureuse de sa première maternité, a cédé au premier major venu, un séducteur professionnel, avant de tenter de se suicider. Oui Rodney a eu raison de tenir bon quand leur fils Tony s’est dirigé vers l’agriculture, même si l’Afrique du Sud est horriblement loin de l’Angleterre. Oui, Blanche est une femme courageuse, comme Leslie. Oui, elle, Joan, est une femme au cœur sec, qui n’aime que son petit confort bourgeois :

I’ve stayed where I was Blanche was right, Im the girl who left St Annes. Easy living, lazy thinking, pleased with myself, afraid of anything that might be painfulNo courage14

C’est-à-dire :

Je suis restée ce que j’étais – Blanche avait raison. J’ai toujours été la pensionnaire de Sainte-Anne -, vivant avec insouciance, me bornant à des pensées superficielles, contente de moi, redoutant tout ce qui pourrait me faire souffrir…

La fuite plutôt que faire face à la réalité, le bruit de son entourage plutôt que la réflexion et la solitude :

(…) people lots of people people you could go and see and people who would come and see you … (…) Thinking, that was what upset you15.

C’est-à-dire :

Tout ce qu’elle aimait, c’était vivre entourée, aller voir des amies, en recevoir chez elle. (…) Réfléchir, voilà ce qui était néfaste16.

Car penser, s’analyser, conduit à un miroir sans fards, et ce n’est pas du tout agréable.

Mais Agatha Christie ne condamne pas son héroïne complètement, elle lui offre une chance de changer. Après l’avoir plongée dans le réel à coup de lumière inexorable, l’autrice la fait se confesser à une inconnue17, dans le Taurus-Express, train célèbre à cette époque, prenant le relais de l’Orient-Express à Istanbul vers l’Égypte et vers l’Irak et vice-versa18. Joan se rencogne ensuite dans sa réserve britannique19, dont se moque Christie via l’inconnue, Sasha, une Russe qui parle anglais, russe, allemand, italien, turc, français20. Le monde colonial versus le cosmopolitisme.

Joan souhaite sincèrement demander pardon à son mari des torts qu’elle lui a causé, mais elle recule et préfère lui servir du thé tout en babillant21. Christie change alors de point de vue et adopte celui de Rodney, lucide sur son épouse, qu’il plaint, sincèrement, d’être aussi seule22. Pas de paternalisme, mais l’amour, malgré tout, d’un mari pour son épouse.

Christie nous invite à creuser le réel, à y faire face, à analyser faits et gestes sans fioritures et sans faire preuve d’imagination déformante23.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Faire face ? Loin de vous ce printemps », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/13797

2 Mary Westmacott, Absent in the Spring, Londres, Thereallboooks, 2023, p. 21 (AS) ; Mary Westmacott, Loin de vous ce printemps, Paris, Le Masque, 2000, p. 38-39 (LP).

3 AS, p. 25. LP, p. 47.

4  LP, p. 47.

5 AS, p. 124 ; LP, p. 250.

6  LP, p. XII, préface de François Rivière.

7  AS, p. 10 ; LP p. 18-19.

8  AS, p. 109 ; LP p. 217.

9   AS, p. 16.

10 LP, p. 28.

11 AS, p. 30 ; LP, p. 58.

12 AS, p. 30 ; LP, p. 58.

13  AS, p. 25, 115 ; LP, p. 44, 231.

14 AS, p. 115 ; LP, p. 231.

15  AS, p. 98.

16 LP, p. 195.

17  AS, p. 121-123 ; LP, p. 246-247.

19  AS, p. 123 ; LP, p. 248.

20 AS, p. 120 ; LP, p. 241.

21 AS, p. 130 ; LP, p. 265.

22  AS, p. 137 ; LP, p. 278.

23 Cf. notre article, Tiphaine Martin, « Le Syndrome du Grand Meaulnes », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/779

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Prune et Fleur de Houx VADMC

Choisir sa vie : Prune et Fleur de Houx

Être orpheline n’est déjà pas bien drôle, mais plus encore si le seul cadeau que vous recevez à Noël consiste en des crayons de couleur. Certes, Mademoiselle Berger, l’éducatrice de l’orphelinat, a fait un effort dans le non-genré. Néanmoins, les crayons dégagent peu de chaleur et ne peuvent servir à exprimer sa tendresse. Prune, six ans, cheveux courts et bruns, yeux gris-bleu, une des héroïnes du roman jeunesse Prune et Fleur de Houx (The Story of Holly and Ivy, Rumer Golden, 1986), est donc peinée et déçue :« Une poupée aurait comblé le vide qui lui faisait mal à l’intérieur – et, maintenant, ça faisait si mal qu’elle devait serrer les dents très fort (…). » (Gallimard, « Folio Cadet rouge », 1990, p. 17) C’est une petite fille qui, avec son béret et ses gants rouges et son manteau vert, ne s’attendrit pas sur son sort, sans pour autant être une dure à cuire.

Prune décide de ne pas aller à la campagne, dans le « foyer-crèche » qui sert de relais à l’orphelinat. Elle descend donc du train, où elle a été conduite par Mademoiselle Berger, dans la ville de Pommery, où elle s’est inventée une grand-mère qui l’attend (p. 13, 17, 20, 32, 48, 49, 55, 56), autre moyen de se sentir aimée.

En ville, elle fait ce qu’elle veut, en flânant dans le marché de Noël, mangeant des marrons et une pomme d’amour, buvant une tasse de thé, jouant avec un ballon bleu, grâce à son argent de poche (p. 26-27). Elle part ensuite à la recherche de sa soi-disant parente. Et jette son dévolu sur la maison de l’agent de police Martin et de son épouse Madame Martin, dont elle aime l’absence d’enfant, la couronne de houx à la porte, le sapin et le petit-déjeuner qui fume près de la fenêtre (p. 49).

Dans la même ville, Fleur de Houx s’ennuie, presque seule dans la vitrine, sans compter qu’elle est en but au harcèlement d’Abracadabra. Ce hibou en peluche est le mauvais génie du magasin de jouets de Monsieur Désir. Il s’amuse à faire tomber de son escabeau Pierrot, le jeune employé (p. 22). Il souffle ses remarques vipérines et négatives en direction des autres jouets, et particulièrement de Fleur de Houx (p. 8-9, 10, 34-35, 38), qui a osé lui tenir tête. Cette poupée blonde aux yeux bruns, dans sa robe rouge, ses chaussettes vertes et ses souliers rouges, attend sa « petite fille de Noël » (p. 43). Mais personne ne l’achète et elle craint de finir dans la réserve du magasin, pleine de poussière et avec pour seule compagnie un hibou frustré (p. 35).

Que faire ? Sinon faire un vœu, encouragée par le houx qui pique mais qui est bon aux solitaires. Et la poupée et la petite fille, qui se sont regardées de part et d’autre de la vitrine, grâce aux pérégrinations de Prune (p. 41-43), de souhaiter, souhaiter, souhaiter. Quoi ? un foyer. Pour ne plus avoir envie de « se casser en mille morceaux » (p. 35) et pour faire fuir « le vide qui faisait mal (…) à l’intérieur » (p. 32). L’autrice Rumer Golden exauce le vœu de ses héroïnes, bien sûr. Ainsi que celui de Madame Martin, qui souhaite justement un enfant. Prune, Fleur de Houx béate au creux de ses bras, est adoptée légalement par les Martin : « Prune tendit la main (…) et le vide à l’intérieur disparut pour ne jamais revenir. » (p. 62) La famille biologique, absente, est heureusement remplacée par une famille recomposée.

Abracadabra, lui, finit à la poubelle du magasin de jouets, avant de disparaître mystérieusement.

Un bon conte de Noël, magnifiquement illustré par Barbara Cooney, pour avoir chaud au cœur.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Choisir sa vie : Prune et Fleur de Houx », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/13630

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Un destin exceptionnel : L’Histoire du Suppositoire qui visait la lune

Comment devenir un héros ? Luc choisit, en toute simplicité, de viser la lune. Pour accomplir sa destinée, il lui faut cependant un coup de pouce. Gentil suppositoire de pharmacie, il est choisi, avec ses camarades Imo, Jeff et Elon, pour faire partie du voyage spatial d’Ariane et de Thomas vers la l’astre lunaire, dans l’album jeunesse L’Histoire du Suppositoire qui visait la lune (Alex Vizorek, Caroline Allan, Karo Pauwels, aux éditions Michel Lafon, 2023).

Après quelques bouffées de fierté à l’idée de ce grand départ et un cauchemar où il croise une fusée-suppo-Dark Vador (s.p.), Luc part pour l’objectif lune, comme certains Belges avant lui : le fameux Tintin, le Capitaine Haddock, Milou, le Professeur Tournesol, les Dupond et Dupont, ainsi que les méchants de rigueur (Objectif Lune, Hergé, éditions Casterman, 1953 ; On a marché sur la lune, Hergé, éditions Casterman, 1954).

Comme son alter ego terrestre Paul, dans L’Histoire du suppositoire qui voulait échapper à sa destinée (Alex Vizorek, Caroline Allan, Karo Pauwels, aux Michel Lafon, 2022), Luc le malin glisse hors de portée humaine et part à la découverte d’un nouvel univers. Il fait la rencontre d’une sympathique balle de golf, oubliée là par des humains doublement peu soucieux de l’écologie. Tel un pauvre suppositoire solitaire, il continue son chemin dans la lune tombante. Et tombe dans le l’estomac d’un non moins sympathique extraterrestre. Qui l’a gagné de haute lutte avec un autre non moins sympathique extraterrestre.

Ayant évité de servir à déboucher les intestins d’Ariane ou de Thomas suite à leur consommation de nourriture américaine, anglaise, française, indienne, italienne, Luc finit tout de même comme digestif. Après avoir parcouru des milliers de kilomètres, vu un nouveau monde et ses habitants, avoir pris son destin en… mains, Luc termine son voyage camusien (« Un destin n’est pas une punition. », s.p.) en beauté.

Quelle vie exaltante et quelles aventures ébouriffantes pour un voyage tout en couleurs !

 

Voir aussi notre interview et notre article du L’Histoire du suppositoire qui voulait échapper à sa destinée :

 Tiphaine Martin, Alex Vizorek, Caroline Allan, Karo Pauwels, « Notre héros le Suppo – Interview d’A. Vizorek, C. Allan, K. Pauwels », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9359

Tiphaine Martin, « À la recherche de la rose perdue », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9344

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Un destin exceptionnel : L’Histoire du Suppositoire qui visait la lune », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/13594

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube