Archives par étiquette : Watergate

Robin des bois politique ?

Robin des bois, Disney politique ?

Sorti fin 1973 aux États-Unis, la version Disney de Robin des Bois ne prône pas tant la réconciliation peuple/roi que la désobéissance civile, tout en se moquant des puissants et de leurs fidèles collaborateurs.

Aux États-Unis, le Watergate bat son plein. La guerre du Vietnam est encore très présente dans le quotidien des Nords-Américain·es, malgré les Accords de Paris de janvier 1973. Les jeunes Américains manifestent pacifiquement avec les Américaines1, brûlent leurs cartes de conscription2, fuient parfois au Canada afin de ne pas partir assassiner des Vietnamien·nes3, ou se marient afin d’être mutés dans un pays de l’OTAN, comme c’est le cas dans le film Bobby (Emilio Estevez, 2006).

Cette situation explosive est présente dans le film des studios Disney, puisque Robin des Bois et son ami Petit Jean sont réfugiés dans la forêt de Sherwood, ferraillant contre le pouvoir en place, qui, entre autres, espionne les habitant·es sous couvert de récolter les taxes et de faire régner l’ordre.

La fiancée de Robin, Belle Marianne, se languit de lui, comme des centaines de jeunes femmes nord-américaines attendant des nouvelles de leur promis – et de leurs frères, cousins, amis. Leurs retrouvailles, lors du tournoi où Marianne a servi d’appât, sont l’occasion pour elle de se politiser (sic sexisme de base), en entrant en lutte aux côtés de son cher et tendre.

Robin et Petit Jean peuvent également être assimilés aux Vietnamiens qui défendent leur pays en luttant contre l’occupation étasunienne. L’attaque du carrosse du Prince Jean ainsi que l’incendie (par le Prince Jean) du château aboutissent à désarçonner l’adversaire, à sa chasse du territoire occupé et à son emprisonnement dans un camp à ciel ouvert, comme certaines prisons vietnamiennes4. Robin et Petit Jean mènent aussi des actions de guérilla contre le Prince Jean, son acolyte Triste Sire et son fidèle collaborateur le Shérif de Nothingham, sapant leur autorité et leur despotisme, qui est sans frein et totalement mégalomaniaque. Rappelons qu’au dernier tiers du film, l’ensemble de la population de Nothingham est sous les verrous, faute d’avoir pu acquitter les énormes taxes exigées par le Prince Jean. Et qu’il faudra toute la ruse de Robin et Petit Jean pour la délivrer.

Quant à la fête dans la forêt, pinacle du film5, elle en représente l’acmé politique. Les habitant·es sont réuni·es autour de Robin, de Belle Marianne, de Petit Jean et de Dame Gertrude.

Marianne accepte volontiers d’accorder ses pas avec celles et ceux qui l’invitent, abolissant brièvement les différences de classe, de race et de sexe, puisque, renarde de haute lignée, elle danse avec un chien, un cochon, une lapine et un hibou.

La chanson « The Phony King of England » ridiculise le Prince Jean, l’infantilise, le compare à une marionnette, et prédit que sa postérité sera désastreuse au regard de l’Histoire6, telle celle de Nixon. Les paroles appellent également au remplacement du Prince par Robin, donc d’un homme politique malhonnête par un autre, non corrompu. En 1973, Nixon n’a pas encore démissionné, mais les pressions sont fortes en ce sens.

Dans cette séquence de Robin des Bois, le coq-ménestrel, narrateur de l’histoire, est bien sûr présent, tel un Bob Dylan frondeur. En 1973, les « protest songs » (chansons contestataires) fleurissent toujours contre la Guerre du Vietnam7. L’art tente d’insuffler du courage et de la révolte aux jeunes qui refusent ce conflit colonial.

Si Robin et Petit Jean peuvent continuer leur lutte souterraine contre l’oppresseur, les habitant·es de Notingham payent cher le prix de leur rébellion, moine (Frère Tuck) compris. Et il faut toute l’habileté du renard en chef et de son compagnon ursidé pour les délivrer des geôles du Prince Jean. Ce dernier mérite son surnom de « phony king (…) calls for his Mum » (« faux roi qui appelle sa Maman »), car il ne trouve rien de mieux que de se mettre en rage et d’incendier le château maternel. C’est-à-dire qu’il se met lui-même en difficulté et se met lui-même à la porte de l’espace qu’il occupe indûment. Une façon comme une autre de régler son Œdipe, aussi.

Et tout est bien qui finit bien : la guerre est finie, le roi Richard (= le nouveau président) revient et pardonne à tous les insurgés : « Oh de lally, quel beau jour vraiment ! »

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Robin des Bois, Disney politique ? », Voyages autour de mon cerveau, août 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/6274

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube