Archives par étiquette : Yonne

Texte Beauvoir à Joigny

Simone de Beauvoir à Joigny

Le jeudi 14 octobre 1965, Simone de Beauvoir revient de Milan et rentre à Paris. A Joigny, dans l’Yonne (89), dans la région Bourgogne, elle perd le contrôle de son automobile et percute un camion de plein fouet. Le journal local, L’Yonne républicaine, publie deux articles les 15 et 16 octobre. Nous en avons parlé dans notre thèse « Les récits de voyage dans l’œuvre autobiographique de Simone de Beauvoir »1, avec les articles du journal, photographiés par nos soins aux Archives départementales de l’Yonne, que nous publions ci-dessous :

15-10-1965, p. 1.

15-10-1965, p. 3.

16-10-1965, p. 1.

Extrait de notre thèse, sur le rapport de Beauvoir à la voiture, qu’elle a pris à conduire à plus de quarante ans, après la Seconde Guerre mondiale :

« Si Simone semble manquer singulièrement de la prudence la plus élémentaire, rappelons qu’à cette époque le code de la route n’obligeait à aucune limitation de vitesse, ni même au port obligatoire de la ceinture de sécurité1. Son manque de précautions est d’autant plus étonnant qu’elle avait été frappée par la mort tragique de Camus en voiture2. Notons qu’elle a un accident en octobre 19653 dans le même département qu’Albert Camus et Michel Gallimard cinq ans plus tôt : “ À vingt-quatre kilomètres de Sens, sur la RN 5, entre Champigny-sur-Yonne et Villeneuve-la-Guyard (…). ”pour Camus, “ à l’entrée de Joigny” pour Beauvoir5. La folie de la vitesse touche tout le monde, puisque Sartre, qui ne conduit pas, exhorte sa compagne à gagner de vitesse les autres automobilistes, anecdote que l’autobiographe situe en 1952 sur les chemins de l’Italie du Nord6. La voyageuse prend toujours des risques. Cette insouciance est une constante de l’époque, puisque leurs amis Alberto Moravia et Carlo Levi parlent sans gêne des nombreux accidents de voiture qu’ils ont eus7. » (Op. cit., p. 416)

1 France, Le Code de la route, ordonnance et décret du 15 décembre 1958, décret du 9 janvier 1960 et arrêtés d’application au 15-8-60, Paris, Éditions S.O.S.P., 1960.

2 Simone de Beauvoir, La Force des choses II, Paris, Gallimard, « Folio », 1999, p. 276-278.

3 Simone de Beauvoir, Tout compte fait, Paris, Gallimard, « Folio », 1998, p. 339.

4 Olivier Todd, Albert Camus : une vie, Paris, Gallimard, « Folio », 1999, p. 1036.

5 Anonyme, « Simone de Beauvoir échappe à la mort à l’entrée de Joigny », L’Yonne Républicaine, N°240, vendredi 15 octobre 1965, p. 1.

6 Simone de Beauvoir, La Force des choses II, op. cit.,  p. 11.

7 Simone de Beauvoir, La Force des choses II, op. cit.,  p. 209-210.

 

 

Comme indiqué dans l’article de L’Yonne républicaine du 16 octobre, Simone de Beauvoir a été hospitalisée à l’hôpital de Joigny. Nos recherches personnelles ont abouti à la demande de consultation des archives hospitalières, ce qui n’a pas été possible. En revanche, l’archiviste, Madame Yoanna Guffroy, nous a communiqué le scanner du registre médical – consultable par n’importe qui vingt-cinq ans après le décès de la personne hospitalisée. Beauvoir étant décédée le 14 avril 1986, en 2021 nous sommes à trente-cinq ans de sa mort :

Registre médical Beauvoir.

Voici ce qui est écrit :

« Dr M      14/10/65        Madame Simone de Beauvoir      clinique

                                            11bis rue Schœlcher

1°/ Suture et purge d’une plaie de la face antérieure du genou G[auche].

avec gr[os] décollement cutanée mais sans atteinte articulaire.

Biozage MOTS ILLISIBLES nylon sur la peau.

2°/ Suture d’une petite plaie de la paupière supérieure G[auche]. 1 fil.»

Interrogée sur l’identité du médecin, Madame Guffroy nous a répondu qu’il pouvait s’agir soit du docteur André Mercier, soit du docteur Charles Ménage.

 

 

Déchiffré, le registre médical se lit ainsi :

« Dr M      14/10/65        Madame Simone de Beauvoir      clinique

                                            11bis rue Schœlcher

1°/ Suture et purge d’une plaie de la face antérieure du genou G[auche].

avec gr[os] décollement cutanée mais sans atteinte articulaire.

Biozage   Pénisulfa. Nylon sur la peau.

2°/ Suture d’une petite plaie de la paupière supérieure G[auche]. 1 fil.»

La troisième phrase peut se développer comme suit :  brûlure due au frottement du bas nylon.

Nota bene : le Biogaze était une compresse imprégnée d’un produit gras et sert pour les brûlures. Le pénisulfa était une poudre blanche à mettre sur les plaies pour éviter les infections (anti-microbien) à base de pénicilline et de sulfamides. 

 

Nous tenons  à remercier Madame Guffroy, ainsi que Madame Bruleaux et Madame Cros, des Archives départementales de l’Yonne, pour leur aide précieuse et leurs indications juridiques. De vifs remerciements à Denis Martin et à Yvan Ségui pour leur aide dans le déchiffrement du registre médical et leurs précisions médicales.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin, « Les récits de voyage dans l’œuvre autobiographique de Simone de Beauvoir», sous la direction de la Professeure Julia Kristeva, Université Paris Diderot-Paris 7 et du Docteur Éric Levéel, Université de Stellenbosch (Afrique du Sud), 2012.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Simone de Beauvoir à Joigny », Voyages autour de mon cerveau, mars 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1165

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Interview des Sœurs Barbault

« Le cinéma, ça vient de soi » – Interview des Sœurs Barbault

Emilie et Sarah Barbault sont sœurs et réalisatrices : clips, séries, film, rien ne leur résiste, tout les intéresse. Un grand merci à elles pour leurs réponses complètes et passionnantes.

Tiphaine Martin – Comment êtes-vous devenues réalisatrices ?

Émilie et Sarah Barbault – Nous inventons des histoires depuis que nous sommes petites. Notre père était producteur de films, nous avons ainsi baigné dans le milieu du cinéma. Sarah a commencé par faire l’École d’Art Saint-Luc à Bruxelles, elle est devenue graphiste et elle a travaillé dans le milieu de la presse. Émilie a toujours voulu devenir réalisatrice, mais elle a entrepris des études de droit et elle a passé le concours à l’université Paris-Assas. Parallèlement, nous avons hanté les tournages de films, en étant techniciennes, scripte pour Emilie, assistante réal et régisseuse pour Sarah. Et nous réalisions des courts-métrages pendant le week-end. En 2012, nous nous sommes consacrées uniquement à la réalisation, nous avons réalisé notre premier clip pour le groupe Minor Alps (co-fondé par Matthew Caws, fondateur du groupe Nada Surf) [en ligne sur notre site, cf. le lien à la fin de l’interview]. Nous avons ensuite enchaîné les clips, des publicités, continué à réaliser des courts métrages, puis nous avons réalisé les épisodes de la websérie C’est quoi ton nom, créée par le duo Blankass. C’est ainsi que nous sommes rentrées complétement dans la fiction, d’où la réalisation d’épisodes pour la série de France 2 Un si grand soleil.

T.M. – Voyez-vous des différences entre tourner des clips et réaliser des films pour la télévision ou le cinéma ?

E.S.B. – Techniquement, il n’y a aucune différence entre les différentes formats (clips, pubs, films pour la télévision, séries). Ceci dit, un clip, c’est la liberté narrative la plus totale, chacun possède son style, du plus abstrait au plus réaliste. Dans une quotidienne comme « Un si grand soleil », la, le réalisateur·trice n’intervient pas sur le scénario, on filme ce qui a été écrit en amont. Même si on essaie toujours d’aller un peu plus loin, et d’apporter un peu de poésie. Pour un unitaire pour la télé, on va pouvoir apporter notre point de vue sur l’ensemble du scénario, une collaboration avec le ou la scénariste est essentielle, on essaiera ensemble de renforcer certaines choses, par exemple si on veut que le héros existe encore plus, on pourra essayer d’ajouter des scènes du quotidien qui le montreront dans son intimité, pour nous il est essentiel que les personnages soient vivants, on aime montrer une certaine réalité… Et au cinéma, pour un film d’auteur comme le nôtre, on est très libre, car on choisit les comédiennes et comédiens, et c’est notre histoire que l’on réalise. Le cinéma, ça vient de toi.

De toute façon, nous abordons chaque projet avec la même passion, on trouve notre bonheur dans chaque format.

T.M. – Pourquoi venir tourner à Joigny ?

E.S.B. – Nous sommes tombées amoureuses de Joigny et nous y habitons maintenant toutes les deux, avec nos familles. Enfants, nous avions l’habitude de venir passer certaines de nos vacances à Sens. En 2008, nous avons visité des maisons dans l’Yonne, dont Joigny, diligentées par notre mère qui souhaitait s’installer dans le coin. Finalement, c’est nous qui y habitons. Et nous trouvons que ce sont des lieux inspirants, les côteaux, la vue spectaculaire, les maisons, la café de Laïd, les ciels, le pont… Un matin, on a eu une certitude, il fallait que notre film se passe à Joigny. La film évoque un retour aux sources, et, l’été dernier, en regardant le ciel rose, spectaculaire, qui se couchait, ces sources sont devenues Joigny. 

T.M. – Quand et comment est née l’idée de votre prochain film, Retour à Joigny ?

E.S.B. – C’est un projet assez autobiographique, l’héroïne a des choses de nous deux en elle, il y a le personnage du père (qui sera interprété par l’immense Jean-Pierre Darroussin) qui ressemble beaucoup au nôtre, le personnage de la mère a été victime d’inceste de la part de son beau-père, comme la nôtre… 

Nous avons écrit une première version du scénario il y a presque 6 ans maintenant. Notre ami, le très talentueux scénariste Jérôme Reybaud, nous a aidé à le retravailler en élaguant, en nous poussant à aller plus loin dans nos envies et dans notre imaginaire. Nous avons également fait un travail de réécriture pour adapter notre histoire à Joigny, qui se passait initialement en Belgique, et encore avant à Los Angeles. Le scénario a tellement évolué… La première version s’appelait Sasha In L.A., aujourd’hui nous avons  Retour à Joigny en tête, mais on l’appelera peut-être définitivement Sasha de Joigny. C’est le titre qui nous plaît le plus !

T.M. – Ce nouveau film a-t-il des liens avec vos autres productions ?

E.S.B. – Oui, il est un peu relié à notre court-métrage Pleurez des larmes d’enfance (2016). Le personnage de la mère de Sasha, Tessa, qui sera interprété par la magnifique actrice norvégienne Elisabeth Mortensen, est, comme on vous l’a dit, inspiré de notre maman, l’écrivaine et journaliste Tootsie Guéra. Pour le reste…. il faudra attendre la sortie du film en salles ! Ajoutons que maintenant, après toutes nos réalisations différentes, nous connaissons notre style, nous savons ce que nous aimons et ce que nous n’aimons pas. Quand nous faisons des repérages, nous visualisons tout de suite notre mise en scène.

T.M. – Quels sont les rôles principaux et qui les tiendra ?

E.S.B. – Donc…

Personnages, comédiennes et comédiens : Sasha (Sara Mortensen) ; David (Jean-Pierre Darroussin) ; Matthieu (Jean-Christophe Folly) ; Tessa (Elisabeth Mortensen) ; Philippe (Philippe Rebbot) ; Laurence (Maëlle Genet) ; la vétérinaire (Juliette Plumecocq-Mech) ; Vincent (Alban Aumard que nous avons rencontré et dirigé sur Un si grand soleil ), entre autres.

Résumé : Et s’il n’était finalement jamais trop tard pour changer de vie ?

Sasha, 38 ans, revient dans la maison de son enfance à Joigny en Bourgogne, après avoir tout envoyé balader : Londres, Philippe son conjoint, son métier de photographe plutôt bancal. 

Un peu perdue, comme ce chien qui la suit jour après jour, elle recherche calme et réconfort en attendant de pouvoir partir se réinventer ailleurs. Mais son entourage, Tessa sa mère, David son père, Laurence son amie de toujours, et Matthieu le nouveau patron du café de quartier, faisant face eux aussi à leurs propres difficultés, ne peuvent pas lui apporter l’apaisement qu’elle est venue chercher. Et ils ont du mal à comprendre son désarroi, qui pourrait peut-être cacher quelque chose de plus profond…

Emilie et Sarah Barbault

 

Site des réalisatrices, avec les clips, les pubs, les épisodes de websérie et de téléfilm – à consommer sans modération : https://www.emiliesarahbarbault.com/biofilmo

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Emilie et Sarah Barbault, « “Le cinéma, ça vient de soi” – Interview des Sœurs Barbault », Voyages autour de mon cerveau, mars 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/1395

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte E. Desjeux

Emilie Desjeux, peintre et photographe icaunaise laïque – Interview de Delphine Lannaud

J’ai consulté avec grand intérêt quelques éléments des fonds Emilie Desjeux, peintre, qui se trouve à Auxerre (France, Bourgogne, Yonne, 89000). J’ai ensuite interviewé la conservatrice, Delphine Lannaud. Un grand merci à elle pour sa disponibilité.

Les éléments que j’ai consultés se composent d’abord d’un carnet de voyage écrit à l’encre violette, paginé, parfois daté. Il commence à la page 33, par la description d’un voyage à Florence, puis à Bologne, « sous une pluie torrentielle ».

Desjeux concentre ses notes de voyage sur ses visites aux musées, ce qui est logique, au vu de sa profession (p. 39) :

L’après-midi le musée Pitti, quelles merveilles entassées, que de chefs-d’œuvre on est ému là, comme dans une église, je vois les gens qui ôtent leurs chapeaux, les larmes en viennent aux yeux tous ces raphael, oh !il faut renoncer à rien citer c’est un éblouissement et je ne me doutais certes pas de cela (…).

Je n’ai pas modifié l’absence de ponctuation et de majuscules de Desjeux, qui trahit son émotion… et sa modernité. Les adeptes de textos a-grammaticaux et a-ponctués apprécieront. Si la religiosité est explicite, elle n’est pas (seulement) due aux sujets religieux des tableaux de Raphaël. Ce n’est pas non plus celle que la marquise de Blocqueville retrouve en Italie, quelques années plus tôt [voir notre article ici]. C’est celle de la communauté artistique, qui exulte devant tant de savoir-faire et de beauté.

Desjeux varie les plaisirs et se rend quelques pages plus loin à la basilique Santa Croce, au Palais Bargello (musée), puis dans un grand parc, toujours à Florence (p. 48) : « L’après-midi tournée photographique Sta Croce au Bargello ensuite au Cascine où j’ai été dévorée par les moustiques ce qui m’a fait fuir un peu vite ». La peintre photographe ne se prend pas au sérieux et note avec humour la férocité des insectes italiens, indice d’un air peu pollué, pourtant.

Deuxième archive, un carnet écrit à l’encre violette, puis noire, puis écrit au crayon, parfois paginé. Il commence à la page 50 et n’est pas écrit jusqu’à la fin. 

Nous sommes à Sienne (p. 50) : 

(…) arrivée dans la pluie et le vent qui fait rage. Cela manque de charme (…), pension très bien après le déjeuner la pluie s’étant calmée mot illisible de reconnaissance autour de la ville qui est un bijou tout au moins ce qu’il y a de pittoresque, avec du soleil ce doit être très séduisant.

Le terme « pittoresque » est typique des récits de voyage du dix-neuvième siècle et du début du vingtième siècle, avec le goût pour les ruines hérité de la période romantique (fin du dix-huitième siècle- début du dix-neuvième). Le pays étranger est vu à travers un prisme déformant d’exotisme. La voyageuse ou le voyageur ne retiennent que le côté amusant, distrayant du lieu visité. Elle et il ne creusent pas la surface de ce qui est vu.

Troisième archive, un carnet écrit à l’encre violette et noire, non paginé. La première date est celle du « 29 Mars 99 » et nous nous trouvons à Londres avec Desjeux :

Les musées anglais tout merveilleusement installés c’est fort clair, les tableaux de maître bien groupés ce qui rend la visite facile (…). La matinale Gallery se trouve sur la plus belle place de Londres Trafalgar Square (…).

Nous sommes loin des entassements de cadres dans les salles du Louvre de cette époque. La muséographie française ne songeait pas au plaisir de la contemplation des visiteurs et visiteuses.

Quatrième archive, un carnet écrit à l’encre violette puis noire, paginé à partir de la page 3.

Cette fois, direction la Hollande de l’automne 1898, avec l’appareil photo en bandoulière et devant les paysages :

« (…) nous regrettons de ne pas pouvoir faire des photographies, mais nous passons un peu vite (…). » (p. 2)

« Et voici les jolis moulins qui font leur apparition (…). » (p. 3)

« Caractère fait des photographies qui du reste ne donneront rien mot illisible étant faites avec le brouillard, ces appareils de photographie tous mot illisible un succès extraordinaire près des gamins qui nous suivent. » (p. 20)

Le pittoresque refait surface, avec son cliché du moulin qui nous fait reconnaître les Pays-Bas entre mille autres destinations touristiques. La description du travail photographique de Desjeux met en avant les contraintes météorologiques, ainsi que la rareté de ce travail artistique, qui attire la curiosité des jeunes générations.

Cinquième archive, un carnet écrit à l’encre noire puis violette, paginé.

Nous sommes au vingtième siècle, départ de l’Yonne, en gare de Laroche-Migennes :

19 août [dans la marge] Nous quittons Laroche à destination de Chambéry à 11h du soir par un bon train, mais des voyageurs ennuyeux avec cela au complet, si bien qu’en arrivant à Chambéry à 7h du matin nous sommes fatiguées repos à l’hôtel de la Poste et l’après-midi excursions aux Charmettes. La maison de J Jacques et de Mme de Warrens vieille petite maison très bien située et laissée dans l’état primitif avec les meubles anciens retour par la colline des Charmettes et la fontaine St Martin, fort jolie vue, mais quelle route ! 

Récit haletant – surtout sans ponctuation – d’une traversée ferroviaire bourguignonne-savoyarde, avec point de chute littéraire ancien d’un siècle et demi, c’est-à-dire assez nouveau. La culture de Desjeux est multiple et ne se résume pas aux beaux-arts.

Sixième archive, un album de cartes postales, d’envois d’ami·es à Desjeux : Londres, Vézelay, Saint-Georges (près de Nyons), Varsovie, Autriche, Allemagne, Angleterre, Italie, Italie, Italie (surtout Venise, Florence et Rome).

Nous suivons les changements d’adresse de Desjeux, de la capitale à la province :

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Emilie Desjeux, peintre et photographe icaunaise laïque », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=875

Interview de Delphine Lannaud

Tiphaine Martin – Qui est Emilie Desjeux ? 

Delphine Lannaud – Remarquable portraitiste, Emilie Desjeux naît en 1861 à Joigny, un bourg près d’Auxerre, dans un petit milieu de commerçants-artisans. La famille déménage à Paris, où la jeune fille suit un cours de dessin à l’Ecole Municipale et Spéciale de Dessin, puis assez rapidement les cours de l’Académie Julian, sans doute à partir de 1880. Elle devient l’élève de William Bouguereau dès son entrée comme professeur, en 1885. Le peintre la soutient et la cite souvent comme l’une de ses élèves les plus talentueuses.

Secrétaire des Artistes Français, elle expose dans leur Salon chaque année jusqu’en 1908. Surtout, elle s’engage très tôt pour réclamer l’entrée des femmes à l’Ecole des Beaux-arts et prend part à la fondation de l’«Union des femmes peintres et sculpteurs », avec Hélène Berthaux, pour soutenir les droits des femmes dans le domaine de l’art. C’est d’ailleurs au titre de son engagement qu’elle est promue officier de l’ordre des Palmes académiques en 1890.

 Célibataire, son talent lui permet de vivre de sa peinture. L’obtention d’une « mention honorable » à l’Exposition universelle de 1900, pour son Autoportrait, assoit sa réputation. Elle dispose d’un atelier puis ouvre à son tour au 108, rue du Bac puis au 21, rue de Visconti, un lieu où elle dispense son enseignement et prépare les jeunes femmes à entrer aux Beaux-Arts, où elles sont enfin admises à partir de 1896.

Emilie Desjeux fait de nombreux voyages, dont un en Hollande en 1898, pour visiter l’Exposition « Rembrandt » à Amsterdam. Ce qui ne l’empêche pas de passer régulièrement ses étés à Bussy (vers Joigny) où son père a racheté la maison familiale.

Elle se retire de la vie publique à 71 ans, en 1932, chez les sœurs de la Providence à Paris et décède à 96 ans.

T.M. – De quoi sont constitués les fonds Desjeux ? 

D.L. – Les carnets de voyage que vous avez pu étudier proviennent d’un fonds privé, exceptionnellement prêté aux Musées d’Auxerre, qu’il faut distinguer de nos propres collections. Il se compose de notes, de carnets de croquis, d’albums de cartes postales, de carnets de voyages, de lettres et de photographies… des témoignages tous rassemblés par un ami proche d’Emilie Desjeux.

T.M. – Des œuvres d’Emilie Desjeux ont-elles déjà été exposées à Auxerre et dans l’Yonne ? 

D.L. – Oui. Récemment à Joigny, en 2014, à l’occasion d’une exposition sur les artistes du Jovinien et à Auxerre, en 2018, pour célébrer l’acquisition de l’Autoportrait présenté à l’Exposition Universelle de 1900 par les Musées d’Auxerre.

Mais en 2005 déjà, une exposition des Musées d’Auxerre voulait faire redécouvrir l’artiste à travers l’une de ses œuvres les plus emblématiques : Le Banquet. Une oeuvre qui mérite d’ailleurs quelques mots… Emilie Desjeux reçoit, en 1906, la commande officielle de ce tableau témoignant, à Auxerre, du discours d’Emile Combes sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat (1904). Pour l’achever, l’artiste a principalement recours à la photographie et à de nombreuses esquisses, les personnalités et les membres du Conseil municipal d’Auxerre ne mettant guère de bonne volonté pour prendre la pose.

T.M. – Et hors du département ? 

D.L. – A ma connaissance, non. Le chemin est encore long pour faire connaître plus largement le travail des artistes femmes représentées dans les collections publiques de province. Le Musée d’Orsay a envisagé, me semble-t-il, de lancer un programme de recherches et une collecte de données sur cette thématique…

T.M. – Avez-vous des projets concernant la mise en valeur des fonds Desjeux ? 

D.L. – Comme je vous le disais, ce fond reste entre des mains privées. Nous souhaiterions toutefois, avec l’accord des propriétaires, poursuivre son étude. Je suis également attentive à tout ce qui pourrait éclairer certains pans de la vie de l’artiste, ainsi qu’à l’opportunité d’acquérir de nouvelles œuvres pour enrichir les collections auxerroises. Si un parcours dédié aux Beaux-Arts devait venir compléter nos salles d’archéologie, il est évident qu’Emilie Desjeux occuperait une place de choix illustrant la richesse de la production locale.

Delphine Lannaud

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Delphine Lannaud, «Interview de Delphine Lannaud », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=875

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn